Des fossiles de 125 millions d'années révèlent pourquoi nous avons des oreilles

Les mammifères modernes, dont les humains, doivent leur ouïe à trois osselets (parmi les plus petits du corps humain) situés dans l’oreille, d’où ils transmettent les vibrations du tympan à la cochlée, aiguisant considérablement l’audition. Ces trois osselets (marteau, enclume et étrier) de l’oreille moyenne n’étaient pas présents chez nos ancêtres reptiles. C’est une véritable découverte réalisée par des scientifiques, car jusqu’à présent, on ignorait à quel moment dans le temps la transformation avait commencé.

On apprend dans l’étude publiée dans la revue Sciences le 5 décembre 2019 que les chercheurs ont analysé les fossiles d’une espèce vivant il y a 125 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui le nord-est de la Chine. Les six fossiles sont des proto-mammifères du Crétacé inférieur que les chercheurs ont baptisé Origolestes lii. Ayant côtoyé les dinosaures, ces animaux avaient la taille et l’apparence de rongeurs, comme les souris.

Deux systèmes fonctionnels séparés : auditif et mâcheur

Selon le principal auteur de l’étude, Fangyuan Mao, paléontologue au Musée américain d’histoire naturelle (AMNH) et l’Académie chinoise des sciences, ces fossiles, découverts depuis le milieu des années 2000, sont “à couper le souffle”.

Galerie: 10 idées reçues sur l’eau du robinet et l’eau en bouteille (Femme Actuelle)

Mao et ses collègues ont analysé les osselets de plusieurs spécimens et ont noté un espace entre les os et un morceau de cartilage ossifié qui se connecte à la mâchoire. Cette découverte pointe à quel moment de l’évolution les osselets se sont découplés de la mâchoire inférieure, divisant les deux systèmes fonctionnels jusqu’alors définis : auditif et mâcheur.

Une diversification du régime alimentaire et une meilleure ouie

En effet, les reptiles utilisent leur mâchoire pour mâcher et transmettre des sons externes par vibrations jusqu’à leur cerveau. Quant aux mammifères, il dispose d’un système auditif impliquant les trois osselets et permet aux humains d’écouter une symphonie.

Cette séparation des fonctions mâcher et entendre aurait accru le potentiel de développement plus rapide et plus efficace de l’audition et de la mastication, permettant ainsi aux mammifères de diversifier leur régime alimentaire et d’améliorer leur ouïe. “Peut-être est-ce l’un des facteurs qui ont contribué au succès des thériens”, a expliqué Mao.

Source: Lire L’Article Complet