Ecole covid : lycéens en demi-groupes, grève du 10 novembre

L’enseignement à distance est désormais mis en place au lycée, avec 50% des cours en présentiel. Mais plusieurs syndicats enseignants maintiennent leur appel à la grève ce mardi 10 novembre. Un cluster a par ailleurs été enregistré à l’école de police de Montbéliard

  • Lycée et covid
  • Actualités
  • Attestation scolaire
  • Protocole renforcé
  • Ecoles ouvertes

[Mise à jour du 9 novembre à 15h55]. La semaine dernière, lycéens et syndicats enseignants ont dénoncé le non-respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires, notamment à la cantine ou dans les classes, où la distanciation physique est difficile à respecter. Craignant de nouveaux “foyers de contamination”, un préavis de grève a été déposé ce mardi 10 novembre pour “défendre la santé des personnels et des élèves”. Les annonces de Jean-Michel Blanquer concernant les cours à distance avec 50% en présentiel au lycée et l’aménagement du baccalauréat 2021 n’ont rien changé. Les syndicats réclament un protocole adapté, également pour les collégiens et les écoles primaires.

Lycées et Covid : cours à distance, bac en contrôle continu

Face à l’inquiétude des lycéens et pour limiter le brassage des élèves, Jean-Michel Blanquer a décidé d’instaurer un plan de continuité pédagogique avec 50% de cours en présentiel pour chaque élève. Le baccalauréat 2020-2021 est également aménagé, “aussi bien pour le contrôle continu que pour les épreuves de spécialités”, précise le ministre de l’Education. Concrètement, les évaluations communes n’auront pas lieu et se passeront en contrôle continu, avec la moyenne des bulletins scolaires des élèves de Première et de Terminale. “En pratique, cette mesure concerne l’histoire-géographie, les langues vivantes, et la spécialité qui n’est pas poursuivie en terminale, ainsi que les mathématiques pour la voie technologique et l’enseignement scientifique pour la voie générale. Elle concerne les élèves en terminale, inscrits pour la session 2021, comme les élèves en première inscrits à la session 2022, pour les évaluations communes prévues cette année scolaire” précise le ministre de l’Education dans un communiqué du 5 novembre.

Les épreuves de terminales sur les enseignements de spécialité sont maintenues en mars 2021, mais elles seront également adaptées face à la crise sanitaire. Deux sujets ou des exercices au choix seront proposés pour chaque épreuve et l’un des deux sujets devra avoir été étudié en cours par l’élève. Enfin, le ministère rappelle que le calendrier de Parcoursup reste inchangé

Lycées, universités et confinement : Pour les BTS, IUT et prépas, les cours se tiennent à distance. En revanche, les travaux pratiques se feront en présentiel, a précisé Gabriel Attal ce 29 octobre.

  • Bac 2021 : pas d'épreuves communes, bac en contrôle continu

    Comme lors du premier confinement, les lycéens passeront des épreuves en contrôle continu, a annoncé Jean-Michel Blanquer. Les épreuves communes sont annulées et les enseignements de spécialité adaptés. Le point sur le bac 2021.

Le point sur les dernières actualités :

  • Cluster à l’école de police de Montbéliard. Selon France Bleu, 57 élèves sont positifs au Covid-19 après une dizaine de cas identifiés dans une classe. “Sur les deux dernières semaines, le virus a ensuite circulé très vite et a ainsi contaminé 57 élèves, soit un quart des élèves (250 en tout)”. Par conséquent, “43 personnes sont à domicile en ”cas contact” a précisé ce 8 novembre le directeur Denis Wurhlin. L’ARS a décidé d’effectuer un dépistage massif de 166 étudiants.
  • Evaluations d’élèves : des résultats en baisse à cause du Covid-19 : Le ministère de l’Education nationale vient de dévoiler les résultats des évaluations de CP et CE1. De manière générale, les résultats, en baisse par rapport à 2019, démontrent très logiquement que, malgré les efforts de tous, les apprentissages des élèves – et plus particulièrement des plus fragiles d’entre eux – ont été affectés par la situation particulière qui a touché notre pays depuis mars dernier” précise un communiqué du 9 novembre.
  • A Compiègne, dans l’Oise, des violences ont de nouveau eu lieu ce 9 novembre au lycée Mireille-Grenet. Des lycéens se sont notamment révoltés contre les forces de l’ordre en tentant de retourner une voiture de police. Ils ont par ailleurs enflammé une poubelle devant l’établissement scolaire.
  • Grève du mardi 10 novembre. Les annonces de Jean-Michel Blanquer concernant la continuité pédagogique pour les lycéens n’ont pas convaincu le syndicat SNUipp-FSU qui maintient son appel à la grève ce 10 novembre. Le syndicat majoritaire dans le premier degré exige que les nouvelles mesures annoncées par le Ministre de l’Éducation nationale soient également appliquées dans les collèges et les écoles primaires. “On garderait une distance respectable dans les classes, dans les cours (…) Cela permettrait également de mieux gérer le décrochage scolaire (lié au confinement)”, a expliqué sur France Bleu Gard Lozère Georges Michel, co-secrétaire départemental du SNUipp-FSU dans le Gard.
  • Comment les lycéens font-ils cours à distance ? Les enseignements à distance débutent ce lundi pour les lycéens. Concrètement, des documents seront partagés sur le logiciel Pronote et les élèves pourront suivre les cours en visioconférences, mais chaque enseignant pourra s’adapter en fonction de la situation. Des demi-groupes permettront par exemple à certains élèves de venir en cours le matin, d’autres l’après-midi. 
  • BalanceTonProtocole. Des parents, des élèves et des enseignants sont en effet inquiets de voir le virus se propager dans les établissements scolaires et jugent insuffisant le protocole sanitaire mis en place par le Ministère de l’Education Nationale. Rassemblés derrière le hashtag #BalanceTonProtocole, ils mettent en avant l’impossibilité de respecter la distanciation sociale dans les réfectoires et les cantines bondées, les couloirs embouteillés et les classes surchargées. Ils soulignent aussi qu’une aération régulière des locaux n’est pas possible dans ce contexte.
  • “Il faut maintenir les écoles ouvertes”. Opposée à la proposition de Georges Meric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne et médecin, de fermer les écoles pour limiter la propagation du virus, le Professeur Isabelle Claudet, responsable des urgences médicales du Pôle Enfants du CHU de Toulouse, demande que les enfants puissent continuer à être scolarisés. “Les enfants restent beaucoup moins touchés que d’autres catégories d’âge (…) Il n’y a pas de raison de fermer les écoles primaires où il n’y a d’ailleurs pas eu de flambée de cas chez les élèves ou les professeurs après deux mois de scolarité“, a confié ce 6 novembre à 20 Minutes Toulouse Isabelle Claudet qui rappelle que le Haut conseil de la santé publique et la Société Française de pédiatrie partage le même avis. “Dans les milieux défavorisés où elles sont déjà en surpopulation dans les logements, ne pas envoyer les enfants à l’école risque de contribuer à une contamination plus élevée“, ajoute la pédiatre.
  • Le masque même à la maison ? Selon une étude publiée ce 30 octobre par les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la transmission du coronavirus “est fréquente, entre les membres d’un même foyer, que ce soit par les enfants ou les adultes“. Préoccupés par ce constat, certains médecins militent pour le port du masque au sein des familles.Moi, j’ai commencé à essayer de mettre le masque dans l’univers familial (…) J’ai des enfants de tout âge, c’est compliqué, c’est contraignant, il faut s’organiser, mais on est dans une situation où il faut être innovant“, a expliqué ce 5 novembre sur LCI Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon à Paris. William Dab, ancien Directeur général de la Santé a un avis plus mitigé. “Ma position n’est pas le port du masque systématique à la maison (…) C’est à chaque famille de décider, c’est un choix délicat entre le besoin affectif et le besoin sanitaire (…) La représentation dominante est qu’il n’y a pas de problème à la maison, où on a le sentiment d’être protégé. Ce n’est pas vrai”, a expliqué l’épidémiologiste au Monde ce 5 novembre.
  • Nombre d’écoles et de classes fermées. Au 5 novembre à 13h, le ministère de l’Education nationale comptait 3 écoles et 2 lycées fermés en France (sur 61500 établissements scolaire, soit 0,01%), et 7 classes fermées parmi les établissements scolaires ouverts. Sur les 4 derniers jours, 3528 élèves étaient atteints de Covid-19 et 1165 cas positifs ont été enregistrés parmi le personnel de l’éducation. Les élèves concernés bénéficient donc de la continuité pédagogique assurée par leurs professeurs.
  • Le baccalauréat 2021 se fera en contrôle continu pour les épreuves communes, et les lycéens auront cours à distance avec une partie en présentiel à 50% pour chaque élève, a précisé Jean-Michel Blanquer ce 5 novembre.
  • Pourquoi les enfants ne sont-ils pas confinés ? “Nous voulons leur éviter cela. Ils sont notre priorité absolue et c’est pourquoi ils sont la grande exception du confinement que nous faisons“, a-t-il précisé dans Le Parisien. “Il vaut mieux un confinement ciblé tenant compte d’une situation sanitaire locale plutôt qu’un confinement généralisé pour les enfants. C’est ce que nous avons su faire en septembre et en octobre” a précisé le ministre de l’Education.
  • Masque obligatoire dès 6 ans. Pour pouvoir accueillir les élèves dans les meilleures conditions, le protocole sanitaire est renforcé. Parmi les nouvelles mesures : le port du masque obligatoire dès 6 ans “conformément” à un avis du Haut conseil de santé publique rendu ce 28 octobre. Aussi, en cas de fermeture d’une école, le plan de continuité pédagogique sera mis en place. Le brassage des élèves sera limité entre les différents niveaux d’élèves, à la fois dans la cour de récréation, à la cantine ou encore lors des déplacements dans les bâtiments. L’aération et la ventilation des classes sera également renforcée, tout comme le nettoyage des classes. 
  • Protocole sanitaire à l'école: ce qui change à la rentrée

    Limitation du brassage des élèves, masques dès 6 ans, récréations et cantines… Jean-Michel Blanquer dévoile le nouveau protocole sanitaire renforcé pour les écoles, collèges et lycées.

Attestation scolaire à télécharger pour la rentrée :

Pendant le confinement, une attestation pour se rendre au travail, à un rendez-vous médical, pour porter assistance, faire ses courses ou prendre l’air seront possibles. Les écoles restant ouvertes durant le confinement, une nouvelle attestation scolaire est disponible pour les parents qui déposeront ou iront chercher leurs enfants à l’école ou à leurs activités périscolaires.

  • Attestation scolaire, garde d'enfant : les déplacements en famille

    Quelle attestation est nécessaire pour accompagner mon enfant à l'école ou chez la nounou ? L'attestation scolaire est-elle suffisante pour mon ado qui va seul à l'école ? Le point sur les déplacements en famille, les sorties au parc ainsi que les parents en garde alternée.

Crèches, écoles, collèges et lycées ouverts en confinement

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Alors que le confinement a débuté le 30 octobre, les crèches, écoles, collèges et lycées ainsi que les établissements périscolaires restent ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés. “Nos enfants ne sauraient être durablement privés d’éducation, de contact avec le système scolaire” a déclaré Emmanuel Macron, qui a notamment pointé du doigt les conséquences sur l’éducation, en particulier pour les plus modestes. A l’inverse, les facultés et les établissements d’enseignement supérieur assureront des cours à distance“Au-delà des conséquences éducatives pour les enfants, le confinement peut aussi avoir des conséquences sur leur développement psychique et même sur leur santé“, a rappelé Jean-Michel Blanquer ce 29 octobre. Il ajoute que les contaminations qui peuvent exister se passent généralement “en dehors des établissements scolaires”. Maintenir les écoles ouvertes est donc une priorité pour le ministère de l’Education. 

Source: Lire L’Article Complet