Électroencéphalogramme (EEG) : comment se déroule cet examen neurologique ?

Un électroencéphalogramme ou EEG est un examen qui permet d’enregistrer l’activité électrique du cerveau. Dans quel cas est-il recommandé ? En pratique, comment se déroule-t-il ? On fait le point.

Électrocardiogramme, biopsie, scanner, bilan hormonal… Il existe différents types d’examens médicaux. Parmi eux, on retrouve également l’électroencéphalogramme. Il s’agit d’un examen pratiqué aussi bien pour les adultes que pour les enfants et les nourrissons depuis les années 1950. Bien que l’équipement utilisé, à savoir un casque maintenant des électrodes, puisse faire peur, un électroencéphalogramme ne représente aucun danger. Cet examen est simple, non invasif et indolore.

Qu’est-ce qu’un électroencéphalogramme ?

Un électroencéphalogramme ou EEG est un examen qui permet de mesurer et d’enregistrer l’activité électrique générée par les neurones du cerveau. Il est réalisé par l’intermédiaire de détecteurs ou électrodes, placés sur le cuir chevelu nettoyé avec une pâte conductrice. Les électrodes sont maintenues par un casque et reliées par des câbles électriques à l’appareil EEG.

Un électroencéphalogramme permet de suivre les effets d’un traitement, de diagnostiquer et de surveiller des maladies, ainsi que de détecter toute activité électrique anormale du cerveau. Cet examen sert également à localiser une tumeur au cerveau, une inflammation, une infection, une blessure ou un saignement. Il est aussi réalisé pour surveiller le cerveau durant une chirurgie au cerveau.

EEG : dans quels cas un électroencéphalogramme est-il prescrit ?

Cet examen est recommandé pour réaliser un bilan des malaises, détecter ou surveiller une épilepsie, à savoir une maladie chronique caractérisée par la survenue de crises épileptiques. Il est utile pour déterminer et confirmer les causes de certains comas mais également pour suivre certaines maladies neurologiques, telles que les encéphalites ou les états confusionnels. Un électroencéphalogramme est prescrit pour les nourrissons dans tous les cas de souffrance cérébrale. Cet examen peut aussi être indiqué pour étudier le sommeil et ses troubles.

Électroencéphalogramme : comment se déroule un EEG ?

Un électroencéphalogramme est pratiqué dans un cabinet médical, à l’hôpital ou à la clinique médicale. La durée totale du rendez-vous est d’une heure environ. L’examen dure en moyenne 20 minutes. Cependant, il peut prendre plus de temps.

Vidéo: Tachycardie ventriculaire : Tout savoir sur ce trouble du rythme cardiaque (Gentside)

  • Singapour prend une mesure inédite contre le diabète

    Gentside

  • Quand les scientifiques découvraient un 80e organe dans le corps humain

    Gentside

  • Retrouvé il y a 30 ans, ce squelette de "vampire" révèle ses secrets

    Gentside

  • Le jour où une adolescente est décédée dans son sommeil à cause de son smartphone

    Gentside

  • Un site préhistorique de Néandertal et des restes de Mammouth découverts aux portes de Paris

    Gentside

  • Un homme nage au milieu d'alligators et se fait attaquer (VIDÉO)

    Gentside

  • Cholécystectomie : Tout savoir sur l’ablation de la vésicule biliaire

    Gentside

  • Selon cette étude, il y a 50% de chances que nous vivions dans une simulation

    Gentside

  • Des "fourmis folles jaunes" menacent l'État Australien du Queensland

    Gentside

  • Un Australien trouve une énorme araignée dans son casque après l'avoir sentie lui "chatouiller l'oreille"

    Gentside

  • Lymphome non hodgkinien : Tout savoir sur ce type de cancer du système immunitaire

    Gentside

  • Quelle est l’origine des noms de meubles IKEA ?

    Gentside

  • Quel est votre groupe sanguin? Il pourrait bien affecter votre risque de souffrir d'une Covid-19 sévère

    Gentside

  • Anciens Béringiens : l'ADN d'une petite fille vieille de 11 500 ans révèle un nouvel ancêtre amérindien

    Gentside

  • Canal cholédoque : Tout savoir sur l'obstruction de la principale voie biliaire

    Gentside

  • D’où vient l’expression "couvre-feu" ?

    Gentside


  • Singapour prend une mesure inédite contre le diabète
    En 2019, Singapour devenait le premier pays à proscrire les publicités pour les boissons sucrées. La population de cette cité-État est l’une des plus consommatrices en sucre d’Asie.


    Gentside


  • Quand les scientifiques découvraient un 80e organe dans le corps humain
    Les scientifiques ont découvert en 2018 un nouvel organe potentiel, probablement le plus grand du corps humain. Baptisé "interstitium", il avait jusqu'à présent échappé au regard des chercheurs à cause des techniques d'observation.


    Gentside


  • Retrouvé il y a 30 ans, ce squelette de "vampire" révèle ses secrets
    Il y a 30 ans des archéologues découvraient, non sans surprise, le squelette d'un "vampire". Des analyses ADN permettent d'en apprendre davantage sur son histoire.


    Gentside

VIDÉO SUIVANTE

Un électroencéphalogramme se déroule en situation de détente. Le neurologue place sur la tête du patient un casque maintenant des électrodes et frotte sous chaque électrode une pâte conductrice. Les électrodes étant fixées au cuir chevelu, il est conseillé de faire un shampoing la veille ou le matin de l’examen afin que les cheveux soient propres. Le patient est dans une pièce calme. Il est soit confortablement assis dans un fauteuil, soit allongé sur un lit.

Durant l’examen, il lui est demandé de fermer et d’ouvrir les yeux à plusieurs reprises. Le praticien lui demande également de respirer profondément pendant trois à cinq minutes, sauf en cas d’insuffisance respiratoire. Cette épreuve est appelée “hyperpnée”. Elle permet de mettre en évidence des anomalies discrètes. Au cours de l’électroencéphalogramme, une stimulation lumineuse intermittente (SLI) est pratiquée. Un stroboscope, autrement dit une lampe, produit une série de brefs éclairs lumineux dont la fréquence varie. La lumière peut favoriser les crises épileptiques chez certains individus.

Le praticien peut également envisager d’enregistrer le sommeil de certains patients faisant des crises durant leur sommeil ou au réveil. Dans ce cas, on demande au patient de dormir durant l’examen après une privation de sommeil la nuit précédente. L’électroencéphalogramme peut également être couplé à un enregistrement vidéo.

Lorsque le sommeil et ses troubles sont étudiés, des explorations polygraphiques et polysomnographiques sont réalisées. Durant ses explorations effectuées la nuit, l’électroencéphalogramme est accompagné d’un enregistrement des mouvements respiratoires, des mouvements oculaires, de l’électrocardiogramme, de l’activité musculaire et du taux d’oxygénation du sang.

Dans certaines situations, les personnes souffrant d’une épilepsie dite focale résistante aux traitements peuvent réaliser un enregistrement vidéo EEG durant plusieurs jours ou une radiothérapie stéréotaxique, à savoir une technique de radiothérapie pour atteindre des zones du cerveau de manière précise. Ces derniers examens sont réalisés dans des centres spécialisés.

Pendant l’électrocardiogramme, l’appareil enregistre l’activité électrique sous forme de lignes ondulées. Le signal est transcrit sur un ordinateur ou une feuille de papier. Le neurologue interprète ensuite les résultats de l’examen.

Électroencéphalogramme : quelles sont les conditions pour les enfants ?

Réaliser un électrocardiogramme nécessite un sommeil naturel de l’enfant. Les parents doivent ainsi coucher leur enfant tard la veille de l’examen et le réveiller de bonne heure le matin. Il doit également rester éveillé durant le transport. Le Centre Hospitalier de Troyes conseille aux parents d’amener le doudou de l’enfant afin qu’il dorme mieux.

L’électrocardiogramme doit être pratiqué après le repas pour les nouveaux nés de 0 à 6 mois. Pour les tout-petits de 6 mois à 6 ans, il convient de le réaliser durant la sieste habituelle de l’enfant.

À lire aussi :

⋙ Écho-doppler veineux : comment se déroule cet examen ?

⋙ Angiographie : comment se déroule cet examen des vaisseaux ?

⋙ Arthroscanner : comment se déroule cet examen ?

Source: Lire L’Article Complet