Espérance de vie : ce trait de caractère pourrait vous faire vivre plus longtemps

Les pratiques qui nous feraient vivre plus longtemps sont nombreuses. Faire du sport, rire, manger sainement… Selon une nouvelle étude américaine, il y aurait même un état d’esprit à adopter pour prolonger son espérance de vie.

Restez informée

De nombreuses habitudes quotidiennes influent sur la longévité humaine comme notamment le fait d’avoir une bonne alimentation, de pratiquer une activité physique régulière et d’avoir un bon sommeil, comme l’explique Alptis.

Selon des chercheurs américains de Harvard, l’optimisme prolongerait également notre espérance de vie. Les optimistes savent souvent reconnaître leurs problèmes, les accepter et voir le bon côté de la vie même dans des situations difficiles. Il n’est pas tout le temps facile d’être optimiste mais il est possible d’y arriver en adoptant certaines attitudes.

Étude : les femmes optimistes vivent plus longtemps

Pour cette étude publiée le 8 juin 2022 dans le Journal of The American Geriatrics Society, des chercheurs de la prestigieuse université américaine Harvard ont démontré que l’optimisme jouait un rôle dans la longévité de nos vies ou plus particulièrement dans la longévité des vies des femmes. L’étude réalisée sur 159 255 femmes et participantes à la Women’s Health Initiative à suivi ces dernières, ménopausées et âgées de 50 à 79 ans (lors de l’inscription) pendant 26 ans. Les femmes analysées viennent toutes de catégories socioprofessionnelles différentes et sont d’origines variées.

Les chercheurs ont mesuré le niveau d’optimisme de chacune des participantes grâce à des tests psychologiques pour ensuite les diviser en quatre groupes allant du plus pessimiste au plus optimiste.

Une vie plus longue de 5,4 % pour les plus optimistes

Parmi près de 160 000 femmes, le groupe le plus optimiste sur les quatre, soit 25 % des participantes, avait une espérance de vie 5,4 % plus longue et une probabilité de vivre au-delà des 90 ans 10 % supérieurs comparés au groupe le plus pessimiste.

De plus, l’étude constate aucun lien direct entre l’optimisme et l’origine ou d’ethnie. Toutes les participantes sont mélangées de manière assez équitable à travers les groupes peu importe leur couleur de peau ou classe socioprofessionnelle. Les facteurs liés au mode de vie, telles certaines activités, une alimentation saine, des vacances etc… représentaient moins de 25 % des raisons de l’optimisme ou à l’inverse, du pessimisme. Cela indique que plus de 75 % des raisons d’être optimistes ne sont donc pas liées au mode de vie.

En conclusion… soyons optimistes

L’auteure principale de l’étude et étudiante à Harvard, Hayami Koga, tente elle-même d’être positive avec cette étude : “Nous avons tendance à nous concentrer sur les facteurs de risque négatifs qui touchent à notre santé, il est également important de penser aux ressources positives, comme l’optimisme, qui peuvent être bénéfiques pour notre santé, surtout quand nous constatons que ces avantages sont observés dans tous les groupes sociaux et ethniques”.

Source : Optimism, lifestyle, and longevity in a racially diverse cohort of women, Journal of The American Geriatrics Society

Source: Lire L’Article Complet