Et si vous rechargiez l'Apple Watch avec votre transpiration ?

Et si vous rechargiez votre Apple Watch avec une technologie passive grâce à un capteur de bioénergie ? Et si l’énergie utilisée n’était autre que votre transpiration ? C’est ce que des scientifiques ont imaginé !

L’Apple Watch promet énormément alors que la présence d’un lecteur de glycémie fait souvent parler. Et aujourd’hui, l’autonomie de la montre connectée et autres modèles en général est au cœur d’une nouvelle technologie. Vous avez sans doute entendu parler des biocarburants. Ces derniers permettent, dans le cadre des transports, de fabriquer une énergie en mélangeant généralement de l’éthanol ou du diesel issu de la biomasse avec de l’essence, du carburant diesel, du mazout… L’objectif est de réduire la consommation d’essence pure et de carburant diesel fabriqués depuis le pétrole dans une démarche écologique. Et dans le cas de l’Apple Watch, la transpiration de l’utilisateur sert d’énergie pour ne jamais tomber en rade de batterie !

Les scientifiques de l’université de Californie, à San Diego, ont imaginé cette technologie prenant la forme d’une bande mince et flexible placée au bout des doigts. Il s’agit d’un capteur de bioénergie récupérant en permanence l’énergie de la sueur. Le dispositif a l’avantage d’être passif alors que jusqu’à présent, les collecteurs de bioénergie étaient basés sur des mouvements corporels. La technologie développée par les scientifiques prend le nom (traduit) de « moissonneuse bioénergétique à pile à combustible ». Bien évidemment, il ne s’agit là que d’expérimentations. De là à recharger son Apple Watch avec la simple sueur, il faudra sans doute attendre encore plusieurs années.

Source: Lire L’Article Complet