Hommes, femmes : qui transmet le plus le Covid-19 ? Une étude répond

Éternuer ou tousser dans son coude est devenu une habitude afin d’éviter la transmission du Covid-19. Mais les hommes et les femmes véhiculent-ils le virus de la même manière ? Une nouvelle étude récemment parue nous éclaire.

Restez informée

Qui des hommes ou des femmes transmet le plus le Covid-19 ? Des chercheurs de l’université du Colorado ont analysé le rôle de l’expulsion de gouttelettes respiratoires dans la transmission du coronavirus. Les résultats de leur étude ont été publiés le 9 novembre dernier dans la revue Environmental Science and Technology.

Une soixantaine de personnes en bonne santé, d’âge et de sexe variés, ont participé à cet essai. Leurs émissions de gouttelettes respiratoires ont été relevées lorsqu’ils parlaient et lorsqu’ils chantaient.

Les hommes produisent plus de gouttelettes respiratoires que les femmes

Les résultats de l’étude montrent que les hommes produisent 34% de gouttelettes respiratoires de plus que les femmes : leurs émissions de CO2 (dioxyde de carbone) sont donc plus importantes. Les hommes véhiculent donc potentiellement davantage le Covid-19, ce virus se transmettant essentiellement par le biais des voies respiratoires.

Les chercheurs ont également analysé l’écart de transmission entre les adultes et les enfants : ainsi, les adultes produisent 62% de gouttelettes respiratoires de plus que les mineurs. Selon eux, cette différence s’explique notamment par la « plus grande capacité pulmonaire vitale » des adultes.

Le chant véhicule plus de particules respiratoires que la parole

La respiration, la toux ou encore les éternuements sont à l’origine du rejet de particules salivaires dans l’air. Chaque participant a donc effectué une série de manœuvres allant de la simple parole au chant, afin d’analyser sa potentielle transmission du Covid-19.

Au regard de l’étude, il ressort que le fait de chanter produirait 77% de gouttelettes respiratoires de plus que la parole. Ces particules jouent un rôle clé dans la transmission des maladies infectieuses et plus particulièrement du coronavirus. Selon les scientifiques, ces résultats doivent donc être le point de départ d’études plus approfondies sur le risque d’infection par le biais des gouttelettes respiratoires.

Source : Respiratory Aerosol Emissions from Vocalization : Age and Sex Differences Are Explained by Volume and Exhaled CO2 (Environmental Science and Technology)

Source: Lire L’Article Complet