« Il n’y a pas de faux suspense » : Emmanuel Macron sur le point d’officialiser sa candidature à la présidentielle ?

Des mois à éluder la question. Face aux lecteurs du « Parisien », Emmanuel Macron a été plus bavard que jamais quant à sa possible entrée en campagne.

C’est un long entretien qui ressemble étrangement à un programme de pré-campagne présidentielle. En répondant aux questions de sept lecteurs du Parisien, mardi 4 janvier, Emmanuel Macron a balayé les grandes thématiques d’un deuxième mandat, ou du moins à s’y méprendre : l’Europe, le vaccin, le nucléaire, la sécurité, les hôpitaux, les impôts, l’éducation… Puis est venu le moment d’évoquer sa potentielle candidature dans la course à l’Élysée de 2022. Le président sortant ne s’est pas montré indécis : « Il n’y a pas de faux suspense. J’ai envie. Dès qu’il y aura les conditions sanitaires qui le permettent et que j’aurai clarifié ce sujet, en moi-même et par rapport à l’équation politique, je dirai ce qu’il en est avec la même liberté car je ne veux rien m’interdire. J’ai toujours été libre, c’est ce qui m’a permis de faire.« 

Alors que tous les grands partis politiques ont déclaré leur candidat, le chef de file de La République en Marche maintient l’attention sur sa personne en s’amusant à jouer avec le doute. « Est-ce que je continue à avoir des ambitions, des rêves et des volontés pour notre pays ? Oui. Est-ce le temps des choix personnels alors que j’ai des décisions importantes à prendre à très court terme face à la pandémie ? Non. Est-ce que ce moment va venir, plutôt tôt que tard compte tenu du calendrier ? Oui« , a-t-il indiqué.

« Cette décision se consolide en mon for intérieur »

Il apparaît que son choix et ses pistes de travail sont définis, mais encore à cimenter : « Cette décision se consolide en mon for intérieur. J’ai besoin d’être sûr d’avoir la capacité d’aller aussi loin que ce que je veux. » Dans un sourire de fierté, Emmanuel Macron a rappelé à son audience son parcours atypique : « Il y a sept ans, je n’étais pas en politique. Il y a cinq ans, peu de gens misaient sur votre serviteur. » Mais l’ancien banquier d’affaires convaincra-t-il une seconde fois ?

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Eric Tschaen / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet