Insomnies : 6 conseils d’un médecin du sommeil pour mieux dormir

Epidémie de Covid-19, confinement, crise économique… La période actuelle est pour le moins anxiogène. Résultat : la santé mentale des Français est en berne, ce qui a un impact non négligeable sur leur sommeil. Comment lutter contre,les troubles du sommeil tels que les insomnies ? Nicolas Juenet, médecin du sommeil, livre ses conseils.

Restez informée

En France, une personne sur trois est concernée par un trouble du sommeil, parmi lesquels on retrouve l’insomnie. 15 à 20 % de la population aurait ainsi des difficultés à s’endormir ou à dormir suffisamment. Un phénomène amplifié par la période actuelle, marquée par la crise sanitaire et le confinement. Preuve en est : “Les recherches Google du terme ‘insomnie’ ont explosé depuis mars-avril”, souligne Nicolas Juenet, médecin du sommeil.

Une réalité qui n’étonne pas ce spécialiste : “C’est très caractéristique de la période actuelle. A la fois l’anxiété liée à la pandémie, les modifications de rythmes de vie, les incertitudes professionnelles et financières, on est plus dans des troubles réactionnels que dans des vraies maladies du sommeil”, explique-t-il.

Alimentation, écrans… Les bons réflexes contre les troubles du sommeil

Vous avez des difficultés d’endormissement ? Vous vous réveillez la nuit ? Vous êtes fatigué la journée ? Il existe des solutions. Le premier bon réflexe à adopter pour avoir un sommeil serein est tout simplement d’avoir une bonne hygiène de vie. Il faut être “extrêmement rigoureux sur tous les petits éléments de la vie quotidienne, même des choses qui peuvent paraître bénignes mais qui vont jouer sur la régulation de notre sommeil”, précise Nicolas Juenet. Il convient ainsi de :

  • s’exposer à la lumière du jour.
  • avoir une journée active, “en faisant du sport” ou encore “en se mettant à l’air frais”, suggère le spécialiste.
  • manger sainement.
  • limiter l’exposition aux écrans, “surtout les tablettes et les smartphones”, précise le médecin du sommeil. “Pourquoi ? Parce que ces écrans sont très proches, ils ont une luminosité qui est stimulante pour le fond de la rétine et donc pour l’information d’éveil pour le cerveau. Ils simulent vraiment la lumière de la journée et c’est quelque chose qu’il faut à tout prix éviter dans les unes a deux heures avant de se coucher”, précise-t-il.
  • garder le même rythme de sommeil, car “si je change énormément mes rythmes, notamment de lever entre la semaine et le week-end, je m’inflige quelque part une sorte de décalage horaire artificiel”, ajoute Nicolas Juenet.
  • apprendre à lâcher prise. “Je ne vais pas me coucher parce que je dois dormir, je vais me coucher parce que je vais enfin pouvoir prendre du temps pour moi, pour pouvoir me relaxer”, rappelle le spécialiste. Pour y parvenir, miser sur la sophrologie, la relaxation, la cohérence cardiaque ou encore les thérapies de pleine conscience peut être efficace.

Troubles du sommeil : éviter les solutions inadaptées

Pour lutter contre les troubles du sommeil, certains ont recours à l’alcool, à certains produits de parapharmacie ou aux somnifères. Un réflexe fortement déconseillé par Nicolas Juenet. Et pour cause : “Ce sont des supercheries. Ce sont des produits qui vont vous assommer, qui vont éteindre votre cerveau, mais qui ne vont sûrement pas vous faire dormir. Le sommeil (…) ce n’est pas un temps d’extinction du cerveau, c’est un temps d’activité (…) la preuve, c’est qu’on rêve”, rappelle le médecin du sommeil.

A lire aussi :

⋙ Sommeil : mon programme pour bien dormir

⋙ Troubles du sommeil : quels sont les différents types de parasomnie ?

⋙ Que se passe-t-il dans notre corps quand on manque de sommeil ?

Source: Lire L’Article Complet