"J'ai découvert une nouvelle personnalité qui était cachée au fond de moi", Lulu Gainsbourg revient avec un 4e album "Replay"

Lucien Ginsburg, dit Lulu Gainsbourg, 35 ans est musicien, compositeur, arrangeur, interprète. Il est aussi le fils de Serge Gainsbourg et de Bambou. Il a fait de la musique son métier. Son nouvel album sort aujourd’hui et s’appelle : Replay. Contrairement à son album précédent qui était très raffiné, celui-ci renverse la table de la chanson française dite « classique ».

franceinfo : Sur vos trois premiers albums, vous vous cherchiez un peu. Là, on a l’impression que vous avez enfin réussi à vous trouver.

Lulu Gainsbourg : Oui, en quelque sorte. On va dire que j’ai découvert une nouvelle personnalité qui était cachée au fond de moi. Dans mon travail, je cherche vraiment à pousser l’artistique, à découvrir d’autres horizons que je ne connais pas.

Le son est assez incroyable, c’est-à-dire qu’on ne s’attendait pas du tout à ça et on a l’impression que vous-même, ne vous y attendiez pas non plus.

Oui. Replay est un projet assez spécial pour moi. C’est la première fois que je rentre en studio et que je ne viens pas avec des mélodies comme je l’ai fait sur mes précédents albums. Je suis venu improviser. On a improvisé des heures et des heures de musique, et ces improvisations ont donné vie à cet album fait en impro.

Vous avez fonctionné à l’envers, avec les musiques d’abord et ensuite les textes. Vous les avez peaufinés avec votre moitié, Lilou. Elle vous accompagne depuis le début et est au cœur de cette prise de confiance.

C’est vrai que je me sens vraiment à l’aise de travailler avec Lilou. Elle sait trouver les mots justes qui me correspondent. Elle me connaît aussi par cœur, donc c’est vraiment ce lien qui nous unit assez fort qui fait que c’est facile de travailler ensemble.

Dans cet album, il y a énormément de résonance avec votre père. Il a aimé, tout au long de sa vie, mélanger les styles. Là, il y a de l’électro. Lui-même a joué avec l’électro, il a été l’un des premiers à en jouer d’ailleurs. Il vous inspire ?

Évidemment qu’il m’inspire après il inspire énormément de gens. Il fera toujours de toute façon partie de moi. La musique, je pense que je tiens ça de lui.

Vous avez mis du temps à accepter ce poids de légende. Et là, vous avez enfin décidé de dire que vous étiez là, que vous existiez tout seul.

Oui, c’est ça. Replay, c’est vraiment un nouveau projet pour moi. Je suis vraiment content qu’il soit enfin là.

« Replay, personnellement, c’est un pas en avant et je continue, je fais mon chemin. »

à franceinfo

Ça a été dur de lâcher prise ? Quand on écoute la chanson Intime, on sent que vous allez jusqu’au bout du bout. On ne soupçonnait pas du tout que vous viviez ça à l’intérieur.

J’ai un bon auteur ! Elle sait vraiment bien écrire, elle a une bonne plume. Après, Replay n’est pas forcément un album qui retrace ma vie. Je suis plus le narrateur de l’histoire, celui qui la raconte. Intime est un peu une déclaration, une histoire d’amour. Dans cet album, je laisse, un peu, à l’auditeur cette chance de voir s’il passe par du vécu ou je laisse l’imagination à celui qui écoute.

Il y a aussi une chanson qui s’appelle L’enfance. Pour le coup, c’est autobiographique. Vous parlez de vous, on ne peut pas dire le contraire. La première fois que vous montez sur scène, c’était en 88. C’est votre père qui vous fait monter sur la scène du Zénith à Paris, vous avez deux ans. À cinq ans, vous commencez le piano. À huit, vous entrez au Conservatoire de musique à Paris et vous étudiez le piano et le solfège. Quand on regarde votre parcours, vous avez suivi toutes les études possibles et imaginables, vous avez été reçu partout et pourtant vous doutez encore.

Je douterai toujours, mais j’avance. Et c’est pour ça que j’ai besoin d’être bien entouré et d’avoir une bonne équipe comme Jérémie et Lilou. Ils m’ont redonné un peu confiance en ce que je fais et à trouver aussi qui je suis.

On a l’impression que quand on s’appelle Gainsbourg, c’est facile. C’est loin d’être facile de trouver sa place quand on a un monstre sacré comme père.

Ce n’est pas simple, mais ce n’est pas impossible. J’y crois.

Je voudrais qu’on parle de votre maman, très importante pour vous.

C’est un peu un héros, ma mère. Elle m’a élevée seule, elle a su faire de moi, l’homme que je suis aujourd’hui, c’est ‘made by’ maman et papa. Ma mère, c’est beaucoup d’amour. C’est quelqu’un de très important à mes yeux et qui le sera toujours.

On a trouvé le ‘vrai’ Lulu Gainsbourg. Qui est Lulu Gainsbourg ?

C’est quelqu’un d’assez réservé, plutôt intime pour le coup. Non, je suis quelqu’un de très rêveur. J’ai toujours été un rêveur depuis mon plus jeune âge et je pense que c’est ça aussi, peut-être, qui me pousse à aller plus loin, à aller de l’avant, dans mon chemin.

Source: Lire L’Article Complet