Kyste pilonidal : 3 remèdes naturels pour le traiter

Vous avez un kyste pilonidal douloureux et handicapant au quotidien ? Les conseils du Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue.

Restez informée

Kyste pilonidal : c’est quoi exactement ?

Première chose à savoir : il n’est pas anormal d’avoir un kyste pilonidal, que l’on appelle aussi ” kyste sacro-coccygien ” ou ” sinus pilonidal “.

Chez certaines personnes, au moment de la conception du fœtus, on observe la formation d’un kyste composé de résidus embryonnaires : très concrètement, il s’agit d’une petite boule qui se développe (dans 95 % des cas) au-dessus du sillon inter-fessier, et dans laquelle on trouve des résidus embryonnaires – des débris cellulaires, des débris cutanés, des débris neurologiques, des poils… Le bébé vient au monde avec ce kyste, et ça n’a rien de grave ” explique le Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue.

Problème : dans certaines situations, ce kyste pilonidal peut devenir inflammatoire. Cela concerne notamment les personnes qui ont une importante pilosité au niveau du sillon inter-fessier, qui portent des vêtements très serrés et/ou qui restent assis à longueur de journée. Ce n’est toutefois pas systématique : ” il est tout à fait possible d’avoir un kyste pilonidal qui ne s’enflamme jamais ” remarque la spécialiste.

Kyste pilonidal : les symptômes. Lorsque le kyste pilonidal est le siège d’une inflammation, on peut remarquer des symptômes caractéristiques : on sent une ” boule ” assez molle au-dessus du sillon inter-fessier, cette boule peut être douloureuse, rouge et chaude au toucher.

Kyste pilonidal : le traitement médical

En cas de kyste pilonidal enflammé, le médecin généraliste pourra prescrire des médicaments anti-inflammatoires (pour réduire l’inflammation et apaiser les symptômes) mais aussi une antibiothérapie (c’est-à-dire des médicaments antibiotiques : en effet, il peut être question d’une surinfection bactérienne).

En attendant l’apaisement des symptômes, il peut être intéressant d’investir dans une bouée / un coussin sur lequel s’asseoir car le kyste pilonidal peut être très douloureux ” recommande le Dr. Isabelle Gallay.

Si le kyste est gros et/ou qu’il s’enflamme de façon régulière, le médecin traitant pourra adresser son patient à un chirurgien qui retirera la lésion : c’est une opération qui nécessite de faire appel à un spécialiste car le kyste est parfois assez profond ” remarque la dermatologue.

Autre possibilité, le laser. Le laser épilatoire ND-Yag est parfois utilisé pour détruire un kyste pilonidal en profondeur : n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin dermatologue ” ajoute la spécialiste.

Kyste pilonidal : du côté des médecines douces…

Le conseil du médecin.Si vous avez un kyste pilonidal et même s’il est très douloureux, évitez d’y toucher : vous risqueriez de développer une surinfection bactérienne potentiellement grave. Le meilleur réflexe est encore de prendre rendez-vous chez votre médecin traitant ” conseille le Dr. Isabelle Gallay.

Attention ! Les remèdes naturels proposés ci-dessous ne peuvent absolument pas remplacer une consultation chez le médecin : ils ne sont que complémentaires vis-à-vis d’un traitement anti-inflammatoire et/ou antibiotique.

  • Aromathérapie

Dans un flacon, mélangez 1 mL d’huile essentielle de ciste (Cistus ladaniferus L.) + 1 mL d’huile essentielle de romarin à verbénone (Rosmarinus officinalis L. verbenoniferum.) + 1 mL d’huile essentielle d’hélichryse italienne (Helichrysum italicum G. Don) + 0,5 mL d’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis L.) + 1 mL d’huile essentielle de romarin à camphre (Rosmarinus officinalis L. camphoriferum.) + 0,5 mL d’huile essentielle de gaulthérie odorante (Gaultheria fragrantissima Wall.) + 10 mL d’huile végétale (de noisette ou d’amande douce, par exemple).

Uniquement après avis médical, massez la zone 2 fois par jour pendant 3 semaines avec ce mélange. Attention : cette huile de massage est contre-indiquée chez la femme enceinte et allaitante, l’enfant, les personnes asthmatiques et/ou épileptiques, ainsi que chez les personnes sous traitement anticoagulant.

  • Naturopathie

Pour atténuer l’inflammation d’un kyste pilonidal, la naturopathie recommande d’y appliquer un cataplasme d’argile verte : en séchant, la terre ” absorbe ” l’eau et les toxines, ce qui contribue à faire dégonfler le kyste et à apaiser les symptômes.

Appliquez chaque soir un cataplasme d’argile verte sur le kyste enflammé et laissez bien sécher – idéalement : toute la nuit. Nettoyez à l’eau tiède et au savon neutre (de Marseille ou d’Alep, par exemple), séchez bien.

  • Homéopathie

S’il n’existe pas de remède homéopathique spécifiquement destiné à combattre les symptômes du kyste pilonidal, Hypericum 9 CH peut aider : ces granules sont utilisées en homéopathie pour combattre les douleurs intenses et lancinantes, qui se trouvent en particulier sur un trajet nerveux. On prend 3 granules 2 fois par jour en complément du traitement médicamenteux.

Merci au Dr. Isabelle Gallay, dermatologue à Dijon (21) et Vice Présidente du SNDV (Syndicat National de Dermatologie Vénérologie).

Sources :

  • La compagnie des sens
  • Homeoformation

Source: Lire L’Article Complet