La charge virale des vaccinés multipliée par 251 en cas d’infection ? Pourquoi il faut se méfier de cette rumeur

C’est une rumeur qui circule sur les réseaux sociaux et sur certains sites web : la charge virale serait 251 fois plus importante chez les personnes infectées ayant reçu le vaccin anti-Covid-19 que chez les non vaccinés. Il s’agit en réalité d’une mauvaise interprétation de travaux menés par l’unité de recherche clinique de l’Université d’Oxford d’Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam) et pré-publiés en ligne. On fait le point sur l’origine de cette fake news.

Restez informée

En cas d’infection au variant Delta, “les personnes vaccinées portent une charge 251 fois plus importante de virus Covid-19 dans leurs narines que les personnes non vaccinées”. C’est le message relayé par la Children’s Health Defense, fondée par le militant américain anti-vaccin Robert F. Kennedy Jr.

Cette information, qui viendrait de travaux “publiés le 10 août dans The Lancet”, a également été relayé sur Twitter par la députée du Bas-Rhin Martine Wonner, connue pour son opposition au vaccin anti-Covid-19 et au pass sanitaire. “Les vaccinés sont de super propagateurs”, conclut-elle.

Publication du rapport d’@UniofOxford @TheLancet
Les hospitaliers au #Vietnam vaccinés qui ont contracté le #variantDelta ont 1 charge virale 251 fois supérieure que les non vaccinés.
⚠️Les vaccinés sont de SUPER PROPAGATEURS ⚠️
STOP AU #PassSanitaire #EnsemblepourLesLibertes pic.twitter.com/ePRuEmjwQY

Il s’agit en réalité d’une interprétation erronée de données provenant de travaux menés par l’unité de recherche clinique de l’Université d’Oxford d’Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam). Contrairement à ce que suggère cette fake news, ces travaux n’ont pas été publiés dans la revue scientifique The Lancet, mais sur une plateforme elle-même hébergée sur le site de The Lancet. Il s’agit d’ailleurs d’une pré-publication, qui n’a pas encore été relue par les pairs.

L’étude ne s’est pas intéressée au statut vaccinal des participants

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont suivi 900 professionnels de santé d’un hôpital vietnamien spécialisé dans les maladies infectieuses. 69 d’entre eux ont été testés positifs à la Covid-19, et plus précisément au variant Delta, entre le 11 et le 25 juin 2021. Tous avaient été vaccinés avec le sérum AstraZeneca et “se sont rétablis sans problème”, notent les auteurs de l’étude.

Si le vaccin AstraZeneca confère une protection contre le variant Delta, son efficacité est surtout reconnue contre les formes graves de la maladie et les risques d’hospitalisation, mais reste limitée contre les risques d’infection. “Le vaccin AstraZeneca a une efficacité moindre que les vaccins ARNm sur la variant Delta”, souligne notamment le Conseil scientifique dans un avis paru en juillet dernier.

Cette étude s’est notamment intéressée à la charge virale, autrement dit à la quantité de virus présente chez une personne infectée par le coronavirus, qui donne des indications sur son niveau de contagiosité. “Les charges virales des cas d’infection par le variant Delta étaient 251 fois plus élevées que celles des cas infectés par les anciennes souches détectées entre mars et avril 2020”, concluent les auteurs de l’étude.

Comme le confirme cette conclusion, l’objectif des chercheurs était de comparer la charge virale d’individus infectés par le variant Delta et d’autres touchés par la souche originelle du virus. Ce n’est donc pas le statut vaccinal qui a intéressé les auteurs de cette étude. C’est ce que rappelle à l’AFP Factuel Frédéric Altare, immunologue et directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) : “Il se trouve qu’ils ne se sont intéressés dans ces travaux qu’à des gens vaccinés, mais ça n’est pas parce qu’ils sont vaccinés qu’ils ont cette charge virale”, explique-t-il.

Les vaccinés, des super propagateurs ? “Une déformation des données”

Les auteurs de l’étude ont également réagi à cette fake news dans un communiqué. “Les différences de charge virale étaient dues à la capacité du variant Delta à provoquer des charges virales plus élevées ; elles n’avaient rien à voir avec le statut vaccinal de la personne infectée”, écrivent-ils.

On sait en effet que le variant Delta est beaucoup plus contagieux que la souche originelle du coronavirus. Une étude du Public Health England (PHE), une agence exécutive du Département de la Santé au Royaume-Uni, révélait notamment que cette mutation était 60 % plus contagieuse que le variant Alpha, qui était lui-même déjà plus contagieux que la souche classique du Sars-CoV-2.

Les chercheurs de l’Université d’Oxford d’Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam) insistent donc sur le fait que “l’affirmation selon laquelle les personnes vaccinées transportent 251 fois plus de charges de Sars-CoV-2 dans leurs voies respiratoires que les personnes non vaccinées est une déformation des données”. Pour parvenir à cette conclusion, il aurait d’ailleurs fallu suivre des volontaires séparés en deux groupes et contaminés au même moment par le même variant, ce qui n’est pas le cas dans ces travaux.

Les auteurs de l’étude rappellent également la nécessité des vaccins anti-Covid-19 : “Il existe des preuves irréfutables de l’efficacité des vaccins dans la prévention des formes graves et des décès dus à la Covid-19. Notre étude n’apporte aucune preuve du contraire. Nous soutenons fermement la vaccination comme outil essentiel contre la Covid-19 et les terribles conséquences de la pandémie”, concluent-ils.

A lire aussi :

⋙ Efficacité du vaccin contre la Covid-19 : 5 nouvelles données rassurantes

⋙ Charge virale : 6 questions que l’on se pose sur la quantité de virus présente chez les personnes infectées

⋙ “Covid-22” : ce qu’il faut savoir sur ce prétendu “super variant” à l’origine d’une fake news

Source: Lire L’Article Complet