La vaisselle d'Ottolenghi, le menu de Thomas Pesquet, les cours d'Adrien Cachot… Quoi de neuf en cuisine ?

Pas de doute, le mois d’avril s’est placé sous le signe d’une gastronomie toute en créativité. Entre la France, le Bénin, le Japon et même l’espace, préparez-vous à voyager ! Tour d’horizon en images des dernières découvertes et créations issues de la sphère culinaire.

La vaisselle aux airs d’été

Le plus célèbre des chefs anglo-israélien Yotam Ottolenghi et l’artiste italien Ivo Bisignano signent à eux deux une collection de vaisselle aux couleurs chaudes de l’été. Cette collaboration, loin d’être leur première puisque Ivo Bisignano est à l’origine de toutes les créations graphiques Ottolenghi, les réunit cette fois-ci dans un univers des plus solaires. Intitulée Feast, elle rassemble les arts de table avec des assiettes, des bols et des plats aux tons délibérément chaleureux et joyeux. Chaque pièce, pensée pour la marque belge d’arts de la table et de céramiques Serax, comporte des imprimés végétaux et des visages aussi colorés que les assiettes du chef. Pour Ottolenghi, ces objets raconteraient même l’histoire «de la tension entre le terrestre et le sublime, entre la passion et le raffinement, la tradition et l’innovation. Des opposés prononcés qui vont de pair dans une harmonie dynamique ».

«Feast» par Yotam Ottolenghi, disponible en boutique et sur serax.com, à partir de 6,60€.

Le goût du Bénin par Georgiana Viou

Les recettes de Georgiana Viou

La cheffe Georgiana Viou a dévoilé jeudi 6 mai un livre de cuisine aussi beau qu’alléchant aux Éditions Ducasse. D’origine béninoise, désormais marseillaise, l’ex-finaliste de l’émission Masterchef partage ses meilleures recettes, à mi-chemin entre tradition familiale et street-food. Elle y raconte son enfance, les odeurs de sa ville natale Cotonou, rend hommage à sa grand-mère et offre un sublime panel de photos prises au Bénin. Et entre les Ata (beignets salés de haricot), le Dja (sauce tomate), l’Apkan glacé (yaourt de maïs fermenté) et l’Andou (boules d’arachide sucrées et épicées), on y découvre surtout une cuisine parmi les plus riches de toutes l’Afrique. Le grand plus : un carnet d’adresses pour se procurer facilement les ingrédients en France.

Le Goût de Cotonou, Ma cuisine du Bénin de Georgiana Viou, publié aux éditions Alain Ducasse le 6 mai, 249 pages, 28,90€.

Le menu tricolore de Thomas Pesquet

Thomas Pesquet s’envole dans l’espace.

Le vendredi 23 avril, Thomas Pesquet a rejoint la Station Spatiale Internationale (ISS) à bord d’un vol Space X. Mais si l’astronaute s’envole, il ne délaisse pas la cuisine pour autant et peut même se vanter de déguster des plats spécialement conçus pour lui par Thierry Marx. Au programme, homard breton, bœuf bourguignon et cabillaud au riz noir de Camargue et piquillos. Un menu étoilé qui ne fait pas rêver que les Français puisque la scène internationale semble elle aussi fascinée. Le New York Times ira même jusqu’à consacrer un article entier pour détailler plus amplement les mets de l’astronaute… La gastronomie française à la conquête de l’espace ?

La personnalité du mois : Mina Soundiram

https://instagram.com/p/CGNreuylaF-

Lorsqu’elle ne court pas après les meilleures adresses pour nourrir sa pastille diffusée sur l’émission animée par François Régis Gaudry, «Très Très Bon», Mina Soundiram multiplie les projets autour de sa passion : la bonne “bouffe” à emporter. Le 8 avril, on la retrouvait à la tête de «Str(eat)», une série d’émissions proposée par la nouvelle plateforme SVOD du média Brut et dédiée à la cuisine, dans laquelle elle confronte deux univers que tout semble opposer : la haute gastronomie et la street food. «Str(eat)» c’est une succession de rencontres, de découvertes et surtout de gourmandises qui met à l’honneur l’univers culinaire dans toute sa complexité. Depuis le 18 avril, Mina lance avec sa grande amie, la journaliste Victoire Loup, une newsletter hebdomadaire où toutes deux partent en quête des recettes de chefs les plus réconfortantes pour mettre fin au blues du dimanche.

«Mess», la newsletter hebdomadaire de Mina Soundiram et Victoire Loup, à lire tous les dimanches.

Les grappes militantes de Fleur Godart

https://instagram.com/p/CMjm3NpLX_D

Difficile de s’engager dans l’univers culinaire ? C’est pourtant le pari lancé par Fleur Godart, autrice, grossiste et créatrice de la boutique Vins et Volailles avec sa cuvée féministe. Des vins naturels pas comme les autres et pour s’en assurer, il suffit de jeter un coup d’œil aux étiquettes qui accompagnent les bouteilles. «Putes féministes», «Bon Courage» ou encore «Tu Dessers ta Cause», le tout illustré par une multitude de dessins en couleurs. Des étiquettes qui n’ont pas seulement pour but de faire sourire, puisqu’il s’agit bien là de dénoncer le sexisme ordinaire qui gravite en permanence dans notre société, et plus encore dans l’univers du vin. L’initiative imaginée par Fleur Godart est d’autant plus concrète que 7% du chiffre d’affaires de chaque cuvée est par la suite reversé à des associations engagées pour défendre les droits des femmes, telles que Feministes Plurielles, ou encore Oenolo-gouine.

«Les cuvées militantes» de Vins et Volailles, disponible en livraison dans toute la France, à partir de 21€.

La tarte des beaux jours de Philippe Conticini

La tarte à la rhubarbe du printemps

La maison Philippe Conticini célèbre elle la saison avec une tarte à la rhubarbe haute en couleur. Un dessert qui mêle à la fois l’acidité de la rhubarbe à la subtilité des bourgeons de cassis, et s’accompagne d’une très fine couche de crème d’amandes ainsi qu’une pâte sucrée croquante. Les produits sont finement travaillés et sa fraîcheur ne peut que nous enchanter en ce retour des beaux jours. Décorée de jeunes pousses de betterave, aux notes légèrement piquantes, et de graines de pavot et de lin pour une dimension craquante, le chef pâtissier Philippe Conticini nous offre ainsi une création originale pour parfaire un déjeuner en plein air. À consommer au printemps comme en été.

«La tarte à la rhubarbe» de la Maison Philippe Conticini, disponible au format individuel, 4 personnes, 6 personnes, en livraison ou en Click and Collect, à partir de 7,90€.

L’ustensile du futur

Anaori Kakugama

La marque japonaise Anaori, leader dans la fabrication de produits en graphite de carbone, a mis au point un ustensile de cuisine qui combine nouvelles technologies et matériaux naturels : Anaori kakugama. Ce tout nouvel outil de cuisson entièrement sculpté à partir d’un bloc solide de graphite de carbone possède des qualités telles que la résistance à l’usure, à la chaleur et aux acides, ainsi que la conductivité thermique et électrique. Sa forme cubique minimaliste s’accompagne de bords chanfreinés, inspirés de la cérémonie du thé japonaise pour un design unique. Depuis le 10 avril, des chefs célèbres dans le monde entier mettent leur talent au profit de ce nouvel ustensile, à l’occasion d’une tournée culinaire internationale dans pas moins de 84 villes, et en l’espace de six mois. Parmi eux trois français : Alexandre Couillon, chef de Marine & Végétale à Noirmoutier, Victor Mercier, chef propriétaire du restaurant FIEF à Paris et Laurent Petit, chef propriétaire du Clos des Sens à Annecy. Affaire à suivre.

«ANAORI kakugama» par Anaori, disponible en livraison à partir de fin juillet 2021, à partir de 2 490€.

Les recettes à déguster en télétravail

Les repas spécialement conçus pour le télétravail

La marque de design en ligne Made.com et Seazon, l’abonnement de repas en livraison pour la semaine, s’associent autour d’une collaboration culinaire inédite. Le but ? Offrir une sélection de recettes aux salariés pour bien vivre le télétravail qui s’impose à eux depuis maintenant plus d’un an. Disponible jusqu’au 10 mai à raison de quatre plats par semaine, cette initiative permet d’adopter une alimentation équilibrée et adaptée à un cadre de travail des plus inhabituels. En effet, tout au long de ce partenariat, les coachs télétravail Made et Caroline, la cheffe de Seazon, vous accompagnent et vous conseillent, tant dans le rythme de vos journées que dans votre alimentation. Alors entre le poulet à la crème de ricotta & petits pois aux herbes, l’egg curry, tombée de chou rouge & riz thaï bio et les rillettes de saumon et saumon fumé, boulgour bio, betterave jaune, fèves, par quoi vous laisserez-vous tenter en premier ?

«Made + Seazon», jusqu’au 10 mai, disponible en livraison, à la carte de seazon.fr et seazon.be, à partir de 39,90€.

La première masterclass d’Adrien Cachot à l’École Ducasse

Adrien Cachot à l’École Ducasse

Pour les formations professionnelles continues, l’École Ducasse a imaginé une série de rencontres inédites baptisée « Les invités d’Alain Ducasse ». L’occasion pour les professionnels de se former à l’univers gastronomique dans cette école de cuisine renommée par le biais de personnalités talentueuses issues de la sphère culinaire. Parmi eux, le premier invité n’est autre qu’Adrien Cachot, le finaliste de la onzième saison de Top Chef et grand chouchou du public. Lundi 22 mars, le protégé de Paul Pairet a inauguré cette longue série de masterclass en s’improvisant professeur pour la première fois. Adrien Cachot s’est donc initié à l’exercice en encourageant les cuisiniers à s’affranchir des codes de la cuisine traditionnelle pour créer des recettes audacieuses, radicales, et respectueuses des produits. Tout un programme.

Le produit de saison : le melon

Le retour du melon

Enfin ! La belle saison signe l’arrivée du melon et son grand retour sur les étals des marchés. Considéré comme l’un des produits préférés des français, le melon a toutes les raisons de finir dans vos assiettes. À la fois savoureux et rafraîchissant, il est gorgé d’eau, riche en vitamines A et C, en minéraux et en fibres. Par ailleurs, il se cuisine aussi bien en salé qu’en sucré, et se déguste à tous les repas et sous toutes les formes. Grand chouchou de la cuisine familiale comme de la gastronomie, ce produit frais fait décidément l’unanimité partout ! Et entre le carpaccio, la salade, le gaspacho et la panna cotta, le champ des possibles semble illimité.

Source: Lire L’Article Complet