Laits infantiles : une étude alerte sur la façon dont leur qualité est contrôlée

Utilisé en complément du lait maternel ou pour le remplacer, le lait infantile fait partie du quotidien de million de familles. Et pourtant, la transparence sur la qualité de ce type de produit ne serait pas optimale, selon une étude anglaise. La cause ? Les essais cliniques manqueraient de garde-fous et les produit seraient mal testés.

Restez informée

D’après une étude anglaise publiée ce jeudi 14 octobre dans le British Medical Journal, le lait infantile fabriqué à partir de protéine de lait de vache ne serait pas bien testé dans les entreprises du secteur laitier qui en fournissent la matière première, ce qui pourrait conduire à des risques de dénutrition pour les bébés.

Selon les chercheurs, les industriels laitiers ne seraient pas assez vigilants sur la qualité de la chaîne de production du lait infantile, et risquent donc de fournir aux consommateurs des informations nutritionnelles inexactes ou trompeuses.

Les producteurs de lait infantile sont soumis à plusieurs essais cliniques permettant de vérifier si le produit nourrit suffisamment le nourrisson et doivent prouver l’innocuité de leurs nouvelles préparations lactées.

Le problème : un manque d’indépendance

Cependant, d’après les chercheurs de l’Imperial College, ces essais manquent de fiabilité. Au cours de 125 essais menés depuis 2015, les auteurs de l’étude concluent que les essais cliniques manquent le plus souvent d’indépendance ou de transparence, et les résultats publiés sont biaisés par des rapports sélectifs. Exemple : certains essais excluent arbitrairement des nourrissons du groupe testé, laissant craindre une comparaison faussée.

Il faut « changer de manière conséquente la façon dont les essais sont menés et font ensuite l’objet de publications, afin que les consommateurs ne subissent pas d’informations trompeuses” explique l’un des auteurs de l’étude.

Ce n’est pas la première fois que la réputation du lait infantile est en jeu. En 2017, l’affaire de la contamination du lait infantile Lactalis avait créé la polémique. 8 000 tonnes de lait en poudre sorties de l’usine Célia de Craon (Mayenne) ont été utilisées, entre février et décembre 2017, entraînant la contamination de 35 bébés.

Source : Conduct and reporting of formula milk trials: systematic review, British Medical Journal.

A lire aussi :

⋙ Lait infantile : rappel de produits après la découverte de salmonelles

⋙ Leur bébé nourri au lait infantile Gallia régurgite un ver de 7 centimètres, les parents portent plainte

⋙ Lait infantile : comment gérer un passage au biberon en toute sérénité ?

Source: Lire L’Article Complet