Le business florissant des produits éco-responsables pour les enfants

Les enfants voient la vie en vert. Nombre de griffes juniors proposent des collections écoresponsables, sans transiger avec le style. Un argument qui séduit de plus en plus de parents concernés par l’éthique de l’étiquette.

«Tu ne vas pas encore laver mon jean !» «Pas besoin de nouveaux habits, j’en ai déjà plein.» Aujourd’hui, les enfants semblent bel et bien décidés à sauver la planète. Les parents sont eux aussi sensibles à ce discours. Signe des temps ? Plus rien (ou presque) ne se jette, les vêtements de seconde main se donnent ou se revendent sur bybambou.com, iletaitplusieursfois.com, leboncoin.com, eBay.fr ou des vide- dressings spécialisés en vintage comme Kids Market. En parallèle, de nombreuses jeunes marques proposent une offre de plus en plus large et jolie de produits écoresponsables pour les petits.

Parmi les propositions ? Des chaussures pré-marche en cuir végétal et colle à l’eau sans chrome chez Easy Peasy, une blouse en gaze de coton bio chez Numero 74, un cartable en denim recyclé chez Rive Droite, de la pâte à modeler à la cire d’abeille et aux colorants alimentaires chez Les Jouets Libres, des baumes à lèvres végans chez Inuwet, des jouets en bois à la peinture non toxique chez Holztiger, et des commodes aux vernis organiques chez Kutikai…

En vidéo, et si les fournitures scolaires étaient toxiques ?

Labels green

Aujourd’hui, en plus d’habiller avec style les kids de la tête aux pieds, les labels écoresponsables rivalisent d’ingéniosité pour proposer des cosmétiques, des meubles et des jouets à lécher sans danger. «Il y a encore quelques saisons, nous avions peu de marques green, et donc peu de propositions innovantes», remarque Cécile Roederer, cofondatrice et présidente de smallable.com, le family concept-store fondé en 2008, et qui a ouvert en janvier 2019 un onglet Greenable. «Nos clientes ont fait bouger les choses. Depuis deux ans, elles nous faisaient part de leur volonté d’une mode plus éthique et biologique pour leurs enfants. Désormais, 30 % de nos marques ont une démarche écologique, respectueuse des hommes et de la planète.»

Acheter moins mais mieux

Un sursaut engagé que confirme Lucile Giraud, responsable de la communication de Playtime, le salon dédié à la mode et à la décoration pour enfants : «Lors de notre édition parisienne, en juin 2019, sur les cent nouvelles griffes de créateurs présentées, quatre-vingt proposaient des collections écoresponsables.» Toutefois, sur les 500 exposants que compte Playtime, seulement 25 % proposent une gamme dite green. Le chemin vert est long… En cause ? Les coûts de fabrication qui se ressentent sur le prix de vente. En moyenne, un tee-shirt en coton bio est vendu 20 % plus cher qu’un basique. «Mais les comportements évoluent, et les gens sont prêts à payer plus pour un vêtement de meilleure confection», note Cécile Roederer.

Acheter moins mais mieux, c’est investir dans un produit de qualité que l’on pourra transmettre aux frères et sœurs ou revendre en temps voulu sur Vinted, Instagram ou autres boutiques de seconde main. Et surtout raccommoder. Stella McCartney, la green queen de la mode, martèle à ses clientes qu’il ne faut pas abîmer ses affaires en les lavant trop souvent, et surtout qu’il faut se remettre à réparer les trous. Parents, à vos aiguilles !

Cet article initialement paru le 26 août 2019 a été mis à jour.

Source: Lire L’Article Complet