Le port du masque augmente-t-il les migraines ?

Le port du masque complique la vie des personnes qui souffrent de migraine. La chaleur, une sensation d’étouffement peuvent devenir des facteurs déclenchant d’une crise. Explications.

Restez informée

Le masque est un indispensable pour se protéger contre la Covid-19. Mais pour les personnes qui souffrent de migraine, cette obligation peut virer au cauchemar. C’est ce qui est arrivé à Emilie, enseignante en marketing à l’université de Lille. “Au moment du déconfinement, dans les magasins, j’avais facilement des maux de tête avec le masque“, raconte cette femme qui souffre de migraine depuis 20 ans. “Sensation de lourdeur, impression d’être dans le brouillard. Mais quand je me suis remise à enseigner, c’est là que les migraines sont apparues. Quand je dois parler pendant plusieurs heures avec le masque, c’est très compliqué et je finis par avoir une migraine à la fin du cours“, constate Emilie.

Des crises liées au port du masque

Le port du masque peut déclencher une crise de migraine“, confirme le Dr Michel Dib, neurologue. “Il y a deux raisons à cela. D’abord le manque d’oxygène. Et ensuite, les odeurs désagréables qui se dégagent de certains masques chirurgicaux. ” Heureusement, cela ne concerne pas tous les migraineux. “Avant le port du masque, parmi les facteurs déclenchant de mes migraines, j’avais déjà identifié les odeurs et la chaleur“, détaille Emilie. “Le masque fait un peu barrière aux odeurs. En revanche, le masque me procure une sensation de chaleur. Quand je sens la migraine venir, j’essaie de respirer profondément, je fais beaucoup de pauses, j’ouvre les portes et les fenêtres pour faire des courants d’air dans la salle de cours.”

Bien choisir son masque

Comment mieux supporter le port du masque ? Le neurologue donne quelques conseils pour bien le choisir : “Préférez les masques en tissu, car il y a moins de problème d’odeurs“, conseille le Dr Michel Dib. “On peut rajouter une compresse ou un tissu sous le masque si on est gêné “. Pour Emilie, les masques en coton sont effectivement une bonne solution ” Je trouve que la matière synthétique génère trop de chaleur“, constate-t-elle.

Limiter les situations à risque

Chez les migraineux, une des solutions classique pour réduire les crises est de limiter les facteurs déclenchant. “Il faut éviter autant que possible les situations où l’on est obligé de mettre le masque“, explique le neurologue. Cependant, tous les salariés ne sont pas éligibles au télétravail. “Avec l’université, on réfléchit à des aménagements de poste : par exemple faire cours dans l’amphithéâtre où je suis suffisamment éloignée des élèves pour retirer le masque“, commente Emilie. “Mais c’est une logistique compliquée.

Consulter à condition d’attendre un mois

Quand il y a une augmentation du nombre de crises, il faut consulter son neurologue pour adapter son traitement“, note le Dr Michel Dib. “Néanmoins, je conseille d’attendre un peu, au moins quelques semaines, avant de faire le bilan. Le confinement/déconfinement a engendré un stress important. Et on sait que le stress est aussi un facteur déclenchant. Avec le temps, cela peut s’améliorer.

Pour en savoir plus : l’association de patients “La Voix des Migraineux” rassemble une communauté de 3000 migraineux.

A lire aussi :

⋙ Port du masque : 8 conseils pour mieux supporter cette protection

⋙ Migraine, mal de tête : qu’est-ce que ça cache ?

⋙ Migraine : 5 réflexes à adopter en cas de crise

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet