Le prince William dénonce les propos racistes de sa marraine

Il n’y a pas de place pour le racisme à Buckingham Palace. C’est en tout cas ce qu’a assuré le prince William, bien embarrassé depuis qu’il a été confirmé qu’une membre haut placée du personnel royal a eu des réflexions racistes lors d’un événement caritatif. Lady Susan Hussey, dame de compagnie de la reine Elizabeth II pendant de longues années, a été accusée par Ngozi Fulani, directrice de l’association Sistah Space, qui soutient les victimes de violences conjugales, d’avoir eu un comportement plus que déplacé lors d’une réception organisée par la reine consort, Camilla.

Outre sa position privilégiée depuis les années 60 auprès de la défunte souveraine, Lady Susan Hussey est également la marraine du futur roi d’Angleterre. Le prince William ne pouvait donc se murer dans le silence.

« Le racisme n’a pas sa place dans notre société, ces commentaires étaient inacceptables et il est juste que la personne concernée se soit retirée », a déclaré le prince de Galles dans un communiqué.

Susan Hussey, 83 ans, qui était restée au service du palais à titre honorifique, a depuis démissionné de ses fonctions avec « effet immédiat ».

Propos insultants

Ngozi Fulani avait expliqué sur Twitter que Lady Susan Hussey lui avait demandé à plusieurs reprises, et avec insistance, ses origines, alors même qu’elle lui répondait être Britannique. Refusant visiblement qu’une personne de couleur noire puisse se considérer juste comme Britannique, l’aide royale avait posé plusieurs questions jugées insultantes par son interlocutrice.

La prise de parole du futur roi d’Angleterre n’est pas anodine, alors que Meghan Markle avait déjà déclaré, dans son interview face à Oprah Winfrey, qu’elle avait été victime du racisme du personnel de Buckingham et de membres de la famille royale.

« Tous les membres du personnel se voient rappeler les politiques de diversité et d’inclusion qu’ils sont tenus de respecter à tout moment », avait simplement déclaré Buckingham Palace après le début de la polémique.

Source: Lire L’Article Complet