Les Anges de la télé-réalité, Les Marseillais… : nos nouveaux contes de fées

Les stars de la télé-réalité qui s’aiment ou se quittent sont devenues le sujet principal des médias people. Ces couples proposent donc des modèles de relation amoureuse qui nous informent sur la vision de l’amour dans nos sociétés aujourd’hui.

Depuis quelques années, les émissions où les candidats doivent trouver l’amour se multiplient. Du Bachelor aux Princes et Princesses de l’amour, en passant par La Villa des Cœurs Brisés, les chiffres des audiences prouvent que le public se passionne pour les dramas amoureux. Même les émissions comme Les Anges de la Téléréalité ou Friends Trip qui prétendent avoir d’autres objectifs finissent toujours par tourner autour des relations amoureuses. Les candidats s’y fréquentent, s’y quittent, s’y trompent et s’y marient d’abord devant les caméras, puis sur les réseaux sociaux. Devenus les nouveaux couples goals, ils ont quasi volé la vedette aux couples princiers et aux artistes. Ces relations sont suivies tels des feuilletons, ainsi que le prouve les réactions à chaque réconciliation entre Hilona et Julien. Or l’intérêt qu’elles suscitent amène à s’interroger sur la représentation de l’amour qui est donnée. À quoi ressemble les relations amoureuses hétérosexuelles qui font rêver aujourd’hui ?

Tout est une question d’apparence

La plus belle des princesses rencontre le plus beau des princes et ils vécurent heureux dans leurs châteaux enchantés. Ce scénario colle à la plupart des contes de fées. Toutefois il convient également en grande partie aux histoires d’amour qui naissent dans les émissions de télé-réalité. Plages, palmiers et villa immense avec piscine ont remplacé les châteaux et les tours. On retrouve ce cadre idyllique même dans les émissions comme Moundir et les apprentis aventuriers, où les candidats jouent les Robinson Crusoé en herbe. Pour compléter ce décor, les candidats comme les princes et les princesses de contes sont évidemment les plus beaux. Les critères de beauté ont juste été mis aux goûts du jour pour être un couple instagramable. En effet, la sociologue Eva Illouz rappelle que l’image est au centre des industries de consommation qui gèrent nos représentations comme la mode, le cinema ou la publicité. La valorisation d’un individu et donc d’un couple est avant tout une question d’apparence.

C’est quasi une tradition pour les candidats de se demander qui plaît à qui dès leur arrivée dans la villa de l’émission. D’autant plus qu’ils sont le plus souvent entre célibataires. Les relations sentimentales se tissent alors très vite. Les productions y concourent grandement en mettant des ex en présence ou comme dans Secret Story en créant des faux couples pour favoriser les rapprochements. Certaines émissions ont même orchestré le système de sélection amoureuse. Plus de rencontre hasardeuse au bal à la Cendrillon. Les prétendants défilent devant le candidat qui doit trouver l’amour puis ils apprennent à se connaitre au quotidien dans une villa. C’est moins féerique que dans les contes, mais parfaitement en phase avec une société où les histoires d’amour naissent sur des apps de rencontre et en DM en se basant d’abord sur des photos.

“Entre nous, c’est compliqué”

Avec l’image, les corps des candidats sont mis en scène afin d’être choisis ou renvoyés à tout moment à l’expéditeur. Le jeu amoureux prend donc des allures de shopping où l’individu est réduit à un physique. Or il est toujours possible de trouver plus beau ou de de voir son apparence se dégrader avec le temps et les aléas de la vie. Dans ce cas, il suffit de swiper pour rencontrer ou supprimer quelqu’un comme sur Tinder. 10 Couples Parfaits souligne d’ailleurs la similitude entre la manière de gérer nos relations sur les applis de rencontre et dans la vraie vie. Les sentiments y naissent vites, mais l’autre peut toujours être remplacé par un autre jugé plus satisfaisant. Ainsi la sociologue Eva Illouz explique au micro de France Culture que la règle est l’absence d’engagement dans les relations au nom de la liberté sexuelle.

Contrairement au modèle traditionnel du couple qui suit le schéma rencontre-découverte-mariage, ceux qui se forment dans la télé-réalité préfèrent se rencontrer, s’aimer, se quitter et se retrouver sans fin. Un peu comme Ross et Rachel dans Friends accusés dans un article de Vices d’avoir initié le cycle des relations compliquées, on sait qu’entre Greg et Maeva tout est encore possible. Il semble que se séparer, papillonner ailleurs et se retrouver sont des passages obligés d’une histoire d’amour pour la plupart des couples de la télé-réalité. En effet, si même avec le mariage on ne s’engage plus à vie et que la relation est avant tout attraction physique, l’insécurité règne dans les relations. Néanmoins, avoir une relation et l’entretenir n’en est que plus urgent. Surtout pour les femmes qui restent définies par leur statut amoureux et leur physique. Or elles sont vues comme désirables durant un temps nettement plus court que les hommes selon l’autrice Liv Stormquist.

Être en couple à tout prix

Depuis la banalisation des sex friends et relations libres, il est difficile de déterminer quand une relation commence et se termine. Alors la jalousie est désormais la principale preuve d’amour qui oblige à manifester son désir d’exclusivité. Dans les séries et les films, c’est toujours le ressort qui est utilisé dans ce cas. De même, dans les émissions de télé-réalité tout est bon pour titiller la jalousie de l’autre. C’est ainsi que la plupart des candidats abordent les soirées tentations. L’amour est mesuré au degré de jalousie ressentie. Il est justement reproché à Illan de ne pas manifester assez de jalousie à l’égard d’Adixia dans Objectif Reste du Monde. Les disputes et les infidélités dans le couple deviennent alors sa manière d’exister, en tout cas à l’écran. Être un couple interessant y signifie être un couple où l’on s’embrouille en permanence.

Jadis vue comme une preuve de manque de confiance, la jalousie est désormais glamorisée dans les émissions de télé-réalité. Les cris, les menaces et les larmes, en particulier des candidates, qui rythment les émissions romantisent la souffrance dans le couple. C’est même le prix à payer si on en croit les paroles de Maeva au sujet du mariage de Carla : “Elle s’est vraiment battue pour son Kevin.” Du même coup, elle souligne que le mariage et les enfants restent la récompense d’une relation compliquée. Ce n’est pas forcément le mariage qui est un happy end en lui-même, mais la capacité à avoir une relation stable à une époque où c’est une denrée rare, toujours selon Eva Illouz. Or, dans les émissions de télé-réalité, c’est visiblement le contraire et c’est certainement ce qui fait le plus rêver chez eux. Soit parce qu’ils retrouvent l’amour ou un ex, on note que les candidats ne sont jamais célibataires bien longtemps. En parlant de ça : Entre Vivian et Eva ce n’est peut-être pas fini.

Source: Lire L’Article Complet