Les bienfaits santé du Tai Chi Chuan

“Le tai chi est une méditation en mouvement, assure Patricia Riveccio, auteure de Ma bible des médecines énergétiques (éd. Leduc.s). Tel une danse silencieuse, il améliore la souplesse, renforce l’équilibre et l’endurance, tonifie les muscles – surtout ceux de la ceinture abdominale et des membres inférieurs – et réclame beaucoup de concentration car malgré son apparente simplicité, les enchaînements sont extrêmement précis”.

Certains peuvent compter jusqu’à cent mouvements différents, ce qui sollicite la mémoire et développe la coordination. Idéal pour s’assurer une bonne santé mentale et physique.

Des vertus antidouleurs prouvées

Pratiqué avec régularité et application, le Tai Chi Chuan – ou taiji quan – réduit le mal de dos et les douleurs articulaires. En étirant les ligaments et en faisant travailler les articulations de presque tout le corps, il favorise la régénération du cartilage, ce qui atténue les raideurs et dénoue les crispations.

Une étude américaine de l’université de Tufts a même montré que deux séances hebdomadaires de tai-chi émoussent les douleurs d’arthrose du genou en seulement quelques semaines. Quatre essais cliniques ont également prouvé des effets significatifs sur le capital osseux et la réduction du nombre de chute (-43%) chez les femmes ménopausées.

Il atténue le stress et l’anxiété

“Les effets relaxants et anxiolytiques du Tai Chi ont maintes fois été démontrés”, souligne Patricia Riveccio. Le Pr Peter Wayne, de l’école de médecine de Harvard, a notamment mis en évidence son impact positif sur la gestion du stress. Une étude chinoise publiée dans le Journal of Rehabilitation Medicine en mai 2020 suggère en outre que le Tai Chi ralentit le rythme cardiaque, préserve l’élasticité des vaisseaux sanguins et amenuise la tension artérielle, ce qui baisse le risque d’accidents cardiovasculaires tels que l’infarctus du myocarde.

Ses bénéfices seraient équivalents à ceux de nombreux médicaments contre l’hypertension artérielle.

Il booste le cerveau

En dopant la circulation sanguine et l’oxygénation du corps, la pratique du tai-chi aiguise par ailleurs les performances du cerveau. Il stimule en particulier les facultés d’attention et de concentration mentale. Grâce au travail du souffle associé aux mouvements lents, il dissipe en effet les pensées parasites qui perturbent les capacités cognitives.

Il entretient également la mémoire, à l’instar d’activités physiques plus dynamiques comme le running ou la marche rapide. Pour le prouver, des neurologues américains de l’université de Floride du Sud et de Californie ont suivi durant huit mois 120 adeptes du Tai Chi. En observant par imagerie médicale les transformations de leur cerveau, ils ont noté une nette augmentation de la taille de leur hippocampe, la région cérébrale impliquée dans les processus de stockage et de mémorisation des informations.

Une séance de tai-chi se déroule toujours debout. Aucun équipement spécifique n’est nécessaire, hormis des vêtements amples et confortables. Les cours, ouverts aux personnes de tous les âges, ont parfois lieu en extérieur, dans des parcs ou des jardins.

  • Qu’est-ce que la médecine traditionnelle chinoise ?
  • Le pouvoir des étirements

Pour trouver un cours (sérieux) près de chez vous : faemc.fr

Source: Lire L’Article Complet