Mes parents sont vaccinés : peut-on se faire la bise ?

Au 22 avril 2021, plus de 4,8 millions de Français·e·s ont reçu deux doses de vaccin. Mais attention, vacciné·e ne veut pas dire complètement hors de danger.

D’abord, il est nécessaire d’attendre au moins 7 jours après la deuxième injection du vaccin Pfizer, 14 jours après celle de Moderna pour atteindre l’efficacité vaccinale, et 12 semaines pour une immunité totalement acquise avec deux doses d’AstraZeneca, selon le ministère de la Santé. Ensuite, les professionnel·le·s, comme les pouvoirs publics, mettent en garde contre une proximité physique qui pourrait s’avérer risquée.

Car certes, les doses permettent de limiter l’infection et la gravité du Covid-19, mais “il y a des variants qui pourraient être moins sensibles au vaccin, en particulier le virus sud-africain”, prévenait mardi 30 mars auprès du Parisien la professeure Elisabeth Bouvet, présidente de la commission technique de la vaccination de la Haute Autorité de santé.

“Et puis, même si les vaccins sont très efficaces pour empêcher d’être malades, ils n’éviteraient pas à 100 % le portage asymptomatique du virus”, poursuit-elle. Prudence, donc. En revanche, entre personnes vaccinées, on peut se retrouver à l’intérieur sans masque, estime-t-elle en s’appuyant sur les recommandations américaines.

Maintenir les gestes barrières

Selon un sondage Harris Interactive menée pour le ministère des Solidarités et de la Santé, 1 personne sur 5 est persuadée que les gestes barrières ne sont plus nécessaires après la première dose de vaccin contre le Covid-19. Une croyance populaire (et dangereuse) que le gouvernement veut tenter d’inverser, afin d’éviter au maximum de nouvelles contaminations.

“En l’état des connaissances, les vaccins aujourd’hui disponibles ou en cours de développement réduisent la sévérité des symptômes, mais la réduction de la contagiosité est incertaine. Plus généralement, une personne vaccinée doit continuer d’appliquer les gestes barrières”, insiste notamment le ministère de la Santé sur son site. Auprès de BFM TV, Olivier Véran avertissait également en ce début d’année : “Vous pouvez donc encore transmettre le virus et encore tomber malade, mais en développant une forme plus mineure”.

Résultat : on fait attention à soi et aux autres. Et ça passe par renoncer à la bise à ses parents, comme à ses grands-parents, qui sont les tranches de la population les plus vaccinées (1 807 052 des 80 ans et +, 467 715 des 70-74 ans et 461 915 des 50-59 ans). Un effort supplémentaire qui assure une protection maximale, et qui, plus il sera respecté, plus il garantira de pouvoir s’embrasser prochainement.

Source: Lire L’Article Complet