Modern love : Alexandra Lamy et Stéphane Rousseau chante-t-il vraiment dans ce film ?

A l’occasion de la diffusion du film Modern love dimanche 4 juillet 2021, à partir de 21h05 sur TF1 séries films, Télé Star vous dévoile si Alexandra Lamy et Stéphane Rousseau ont réellement poussé la chansonette dans cette comédie.

Sorti au cinéma en 2008, le film Modern Love, porté par Alexandra Lamy, Stéphane Rousseau, Bérénice Bejo, Pierre-François Martin-Laval et Clotilde Courau, sera rediffusé dimanche 4 juillet 2021, à partir de 21h05 sur la chaîne TF1 séries films. Réalisé par Stéphane Kazandjian, ce long-métrage est une comédie chorale qui raconte plusieurs relations sentimentales. Le film met notamment en scène l’histoire de Vincent, incarné à l’écran par Stéphane Rousseau, qui tente de faire succomber à son charme Marianne, interprétée par Alexandra Lamy, déjà amoureuse d’un autre homme par dépit.

La jeune femme, artiste, se montre distante avec cet homme, à qui tout réussit, et qui ne doute pas de ses atouts de séducteur. Au cours de la promotion de ce long-métrage, Stéphane Kazandjian a révélé que ce sont bel et bien Stéphane Rousseau et Alexandra Lamy qui chantent lors de leurs scènes musicales, ce qui a necessité un investissement "à 200%" de la part des deux comédiens. Au final, les deux acteurs s’en sont très bien sorti si l’on en juge par la qualité de leurs prestations respectives à l’écran.

Modern Love : une comédie romantique dans laquelle 3 histoires distinctes s’entrecroisent

A l’époque, Modern Love était seulement le 2ème film réalisé par Stéphane Kazandjian. "J’ai toujours eu envie de faire une comédie romantique, étant moi-même adepte du genre en tant que spectateur. Pourtant, au-delà de ses grands principes, celui-ci peut prendre des formes très différentes, selon qu’on adopte un point de vue masculin, féminin, qu’on choisisse une vision réaliste ou bien féerique de l’amour. Ces approches différentes, j’ai voulu les mêler. Raconter à la fois l’histoire d’un homme, d’une femme, d’un couple. Etre à la fois urbain, générationnel et référentiel. C’est ainsi que les histoires d’Eric, Elsa, Vincent et Marianne ont commencé à s’entrecroiser" avait expliqué le cinéaste.

Source: Lire L’Article Complet