Pénurie : bientôt plus de lait dans les rayons des supermarchés ?

Après l’huile de tournesol ou encore la moutarde, la France est à nouveau menacée par une pénurie : celle du lait. En cause ? La sècheresse, l’inflation et la baisse du nombre d’éleveurs. On vous explique.

Restez informée

Le lait, bientôt aux abonnés absents dans nos supermarchés ? À l’heure où de nombreux produits alimentaires disparaissent de nos rayons, comme l’huile de tournesol ou encore la moutarde, le lait pourrait aussi manquer dans les prochaines semaines. Avec des coûts de production de plus en plus élevés, les éleveurs de vache seraient deux fois moins nombreux qu’il y a vingt ans. Et la situation ne devrait pas s’améliorer dans les mois à venir.

Pourquoi une pénurie de lait ?

La France, deuxième producteur de lait en Europe, est autosuffisante en lait et ne dépend pas des importations des autres pays, contrairement à de nombreux autres produits. Mais la sécheresse, qui touche notre pays depuis plusieurs semaines, menace la filière laitière. Alors que la pluie continue à manquer, le fourrage se fait de plus en plus rare et les prix explosent. Sans compter la hausse du prix de l’énergie et des emballages plastiques qui ne font qu’augmenter les coûts de production du lait. Difficile pour les éleveurs d’envisager l’avenir dans un tel contexte et de ne pas mettre la clé sous la porte. Si les éleveurs se détournent de leur activité, les bouteilles de lait viendront à manquer dans nos supermarchés, au grand dam des Français qui sont les deuxièmes plus gros consommateurs du continent… ou elles seront importées !

Vers une hausse des prix du lait ?

Pour que nos producteurs laitiers ne mettent pas la clé sous la porte par manque de rentabilité, le prix du lait doit être revalorisé. Pour les syndicats du lait de consommation, Syndilait, une hausse de 20 % est nécessaire pour pallier l’augmentation des tarifs de l’électricité, le carton, le plastique et les transports. « Il faut aller chercher 15 à 20 %, crever le plafond de verre des 1 € le litre […] pour préserver la souveraineté de la filière laitière », insistait Éric Forin, président de Syndilait et de l’IPL (Institut professionnel du lait de consommation) lors d’une conférence de presse, mardi dernier. De nouvelles négociations doivent s’engager avec la grande distribution pour revoir les prix d’achat à la hausse, faire sortir la filière laitière de la zone rouge et permettre aux consommateurs de continuer à boire le lait… comme du petit-lait.

Par quoi remplacer le lait de vache ?

Les amoureux du lait, qui n’envisagent pas un petit-déjeuner sans, pourront toujours se tourner vers les végétaux comme le lait de soja aux algues, le lait d’amande ou encore le lait d’avoine. Riches en calcium, en protéines, en fibres et en vitamines, ces derniers sont de véritables alternatives santé ! Seul bémol : 1 litre de lait végétal, c’est en moyenne 2 euros, soit plus de deux fois plus cher que du lait de vache !

>> Lait, crème, fromage… quelles alternatives ?

Source: Lire L’Article Complet