Peur de l’engagement : d’où ça vient et comment la combattre ?

Votre chéri(e) a peur de l’engagement ? Voici les conseils de l’expert pour l’aider à surmonter sa crainte et à (enfin) s’engager.

Restez informée

Comment peut-on avoir peur de l’engagement ?

Qu’est-ce que la peur de l’engagement ? On parle de ” peur de l’engagement ” lorsque, dans le cadre du couple en particulier, l’un des deux partenaires (homme ou femme) craint de s’investir dans la relation : il/elle refuse de présenter son/sa partenaire à ses parents, il/elle ne veut pas s’engager sur des projets à long terme (se marier, avoir des enfants, habiter ensemble, partir en vacances à deux…), il/elle ne souhaite pas se confier à propos de lui-/d’elle-même, il/elle trouve que la relation ” va trop vite “…

Peur de l’engagement : d’où vient-elle ? Il n’y a pas une et unique raison à la peur de l’engagement : il s’agit, dans la plupart des cas, d’un faisceau d’incidents qui se greffent sur un terrain propice à cette peur ” explique Jean-Michel Jakobowicz, hypnothérapeute et spécialiste du couple.

Souvent, ces incidents remontent à l’enfance : il peut être question de scènes ressenties comme violentes entre les parents, d’une rupture ou d’un divorce douloureux des parents, de ruptures amicales, de ruptures amoureuses personnelles ou vécues par des proches… Ces événements, sur le moment ressentis comme majeurs (bien que souvent oubliés par la suite), peuvent laisser des traces dans l’inconscient de l’enfant.

Résultat ? L’enfant / l’adolescent développe (consciemment ou pas) une forme d’angoisse liée à la peur de souffrir. ” Cette peur part du principe que, quoiqu’il arrive, toute relation amoureuse est vouée à l’échec. D’où la question : ” est-ce que cela vaut la peine de souffrir pour un moment de bonheur éphémère ? ” Et la réponse est souvent négative ” ajoute l’hypnothérapeute.

De plus, la peur de l’engagement est également souvent en lien avec la peur de perdre une certaine forme de liberté. ” Plus insidieusement, il y a aussi cette volonté de laisser le plus de portes ouvertes, affirme le spécialiste. Il y a dans ce non-choix une volonté de perfection illusoire qui génère aussi des angoisses. “

Comment se comporter face à un homme / une femme qui a peur de l’engagement ?

Première chose à savoir : il est extrêmement difficile de ramener une femme / un homme qui a peur de l’engagement à la raison ! ” La peur dépasse largement le domaine du raisonnement logique : celle de l’engagement n’y fait pas exception, souligne Jean-Michel Jakobowicz. Essayer de raisonner une personne qui a peur de l’engagement, c’est comme dire à une personne qui a peur du vide ou des araignées ” viens, ne t’en fais pas, ce n’est dangereux ” !

Les grandes déclarations d’amour sont également inutiles, si ce n’est contre-productives… “ Les serments d’amour éternels ne sont pas suffisant pour vaincre cette peur, car ils correspondent exactement à ce que la personne qui a peur de l’engagement s’attend à recevoir, explique l’hypnothérapeute. En effet : cette personne est persuadée que les mots de son/sa partenaire sont creux et ne sont que des paroles vides destinées à tromper sa vigilance… Le risque, c’est de renforcer sa crainte.

L’essentiel du travail doit donc être fait par la personne qui partage la vie du / de la phobique de l’engagement : “ il faut se demander ” Est-ce que je peux vivre avec quelqu’un qui ne voudra pas ou ne pourra peut-être pas s’engager avec moi ? “, ” Est-ce que je suis capable ou est-ce que j’ai envie de patienter en attendant que mon compagnon/ma compagne surmonte sa peur ? ” : c’est une vraie réflexion à mener ” conseille le spécialiste.

La peur de l’engagement, est-ce que ça se soigne ?

Bonne nouvelle : oui, la peur de l’engagement se soigne ! Jean-Michel Jakobowicz recommande une véritable thérapie, pas seulement ” des mots tels que ” Ne t’en fait pas cela va aller ! ” “

Il peut être question d’une psychanalyse (c’est toutefois long et coûteux), d’une thérapie de couple, de fleurs de Bach (une approche naturelle sans effets secondaires et totalement adaptée à l’état émotionnel de la personne qui souffre de ce problème d’attachement) ou même… d’hypnose. ” C’est une thérapie dont j’ai fréquemment vu les effets positifs sur des problèmes d’engagement, affirme l’hypnothérapeute. L’avantage de cette approche c’est que le traitement est relativement rapide. En effet quelques séances suffisent pour se rendre compte de l’efficacité de la méthode. “

Merci à Jean-Michel Jakobowicz, hypnothérapeute à Genève : son site internet. Il est l’auteur de Réussir sa vie amoureuse avec l’autohypnose (éd. Leduc.S).

Source: Lire L’Article Complet