Phlébite superficielle : les meilleurs traitements pour la soulager

La phlébite superficielle (ou paraphlébite) se développe généralement à partir d’une veine variqueuse. Le point avec une phlébologue.

Restez informée

Phlébite superficielle (paraphlébite) : qu’est-ce que c’est ?

On parle de phlébite ou de thrombose veineuse lorsqu’un caillot de sang se forme dans une veine, c’est-à-dire dans un vaisseau sanguin. Le plus souvent, la phlébite (ou thrombose veineuse) survient au niveau des membres inférieurs, et surtout au niveau des mollets.

On distingue 2 types de phlébites ou de thromboses veineuses :

  • La phlébite superficielle (que l’on appelle aussi ” paraphlébite ” ou ” thrombose veineuse superficielle “) atteint une veine superficielle, c’est-à-dire une veine qui se trouve directement sous la peau, au-dessus du muscle.
  • La phlébite profonde (thrombose veineuse profonde) se forme au niveau d’une veine profonde, située dans le tissu musculaire.

À savoir. Selon l’Inserm, chaque année, environ 250 000 phlébites superficielles, et entre 50 000 et 100 000 phlébites profondes sont diagnostiquées en France.

Phlébite superficielle (paraphlébite) : quelles sont les causes ?

Dans la majorité des cas, la phlébite superficielle (paraphlébite ou thrombose veineuse superficielle) se développe à partir d’une veine variqueuse. ” La veine est dilatée, les systèmes de drainage qui doivent assurer la circulation du sang ne fonctionnent plus, donc le sang stagne dans la varice, favorisant la formation de caillots sanguins ” explique le Dr. Aline Guérin-Batisse, phlébologue.

La phlébite superficielle peut aussi apparaître dans une veine saine, dans le cadre d’un état inflammatoire chronique : “ cela concerne surtout les patients qui souffrent de cancer, de thrombophilie (il s’agit d’une prédisposition particulière aux thromboses) ou de certaines maladies auto-immunes plus rares – la maladie de Behçet, par exemple ” développe la spécialiste.

Phlébite superficielle (paraphlébite) : c’est grave, docteur ?La phlébite superficielle peut effectivement être grave, confirme le Dr. Aline Guérin-Batisse. Premièrement, dans environ 25 % des cas, la paraphlébite est associée à une phlébite profonde. Or, cette dernière peut évoluer en embolie pulmonaire (potentiellement mortelle) si le caillot sanguin migre en direction des artères pulmonaires. Deuxièmement, en cas de paraphlébite, le caillot sanguin peut se répandre en direction des veines profondes, entraînant le développement d’une phlébite profonde. Là encore, le risque, c’est l’embolie pulmonaire.

À savoir. D’après l’Inserm, 40 000 embolies pulmonaires surviennent chaque année en France, avec une mortalité d’environ 26 % sous un an.

Phlébite superficielle (paraphlébite) : quels sont les symptômes ?

Phlébite (thrombose) superficielle ou profonde : les facteurs de risque. La grossesse, l’obésité, le tabagisme et la sédentarité constituent des facteurs de risque favorisant la survenue d’une phlébite – profonde ou superficielle. Les varices, quant à elles, apparaissent plutôt chez les femmes. ” Elles peuvent se développer à tout âge ” souligne la phlébologue.

Quels sont les symptômes de la paraphlébite (phlébite superficielle) ?En cas de phlébite superficielle, la veine concernée est dure au toucher : on peut suivre son trajet avec le doigt. La thrombose peut être palpable sur un court segment (1 centimètre ou moins) ou sur toute la longueur du mollet ou de la jambe. La zone est le siège d’une inflammation : elle est plutôt rouge, plutôt chaude au toucher, et assez douloureuse ” développe le Dr. Aline Guérin-Batisse.

Phlébite superficielle (paraphlébite) : quels sont les traitements ?

Diagnostic. Le diagnostic de la phlébite (ou thrombose) superficielle est posé par le médecin angiologue ou phlébologue à l’aide d’une échographie Doppler des veines. “ L’échoDoppler veineux permet de visualiser le caillot sanguin dans la veine : il s’agit de voir où il démarre, où il s’arrête, à quelle distance il est des veines profondes…, explique la spécialiste. Le médecin va ensuite évaluer le risque d’extension de la paraphlébite, mais aussi vérifier s’il y a (ou non) une phlébite profonde associée.

Traitements. Le traitement de la paraphlébite dépend du risque de phlébite profonde – donc d’embolie pulmonaire :

  • Si la paraphlébite est localisée, sans risque d’extension aux veines profondes, “ le médecin prescrira une pommade anti-inflammatoire (AINS) à appliquer localement, associée à une compression veineuse pour empêcher le sang de stagner dans les veines, précise la phlébologue. Le caillot sanguin peut, au terme du traitement, ne pas se dissoudre totalement : il reste alors adhérent à la paroi, comme une cicatrice.
  • Si le caillot sanguin est plus étendu et qu’il existe un risque d’extension aux veines profondes, “ le médecin prescrira un traitement anticoagulant (fondaparinux) administré sous forme de piqûres quotidiennes pendant 30 à 45 jours ” explique le Dr. Aline Guérin-Batisse. L’injection (dans le ventre ou dans la cuisse) peut être réalisée par un(e) infirmier/infirmière ou en autonomie par le patient.
  • Si la paraphlébite s’accompagne d’une phlébite profonde, “ le traitement anticoagulant est plus fortement dosé sous forme de piqûres ou de comprimés, pendant 3 à 6 mois ” note le Dr. Aline Guérin-Batisse.

Phlébite superficielle : que peut-on faire à la maison ? L’application d’une poche de glace sur la zone concernée peut être intéressante pour lutter contre la douleur. Toutefois, cela n’agit pas sur le caillot sanguin ” nous avertit la phlébologue. Contrairement à une idée reçue répandue, il est préférable de ne pas masser la zone (même avec des huiles essentielles), au risque de favoriser l’extension du caillot sanguin.

Après une phlébite superficielle, le risque de récidive est important : il est donc nécessaire d’être suivi par un médecin phlébologue ou angiologue ” conclut le médecin.

Merci au Dr. Aline Guérin-Batisse, phlébologue à l’hôpital privé La Châtaigneraie à Beaumont (Elsan).

Source : Inserm

Source: Lire L’Article Complet