Plonger : quelle phobie Mélanie Laurent a-t-elle dû surmonter pour réaliser ce film ?

Diffusé dimanche 11 juillet 2021 à partir de 22h40 sur France 2, le film Plonger fut très difficile à tourner pour Mélanie Laurent. Télé Star vous dévoile aujourd’hui quelle phobie la cinéaste a surmonté pour réaliser ce long-métrage.

Sorti au cinéma en 2017, le film intitulé Plonger, réalisé par Mélanie Laurent, sera diffusé pour la première fois en clair à la télévision française dimanche 11 juillet 2021, à partir de 22h40 sur France 2. Porté par Gilles Lellouche et María Valverde, ce long-métrage met en scène le personnage d’une photographe espagnole, incarnée à l’écran par María Valverde. Cette dernière quitte sa famille pour "se retrouver" et prend une plongée en haute mer, laissant ainsi son bébé à son homme, un ancien reporter de guerre interprété par Gilles Lellouche.

Comme son titre le laisse facilement supposer, Plonger a nécessité la réalisation de nombreuses scènes sous-marines. A ce titre, Mélanie Laurent, qui avait une peur phobique de l’eau, a dû faire son baptême de plongée dès son arrivée au sultanat d’Oman. "Nous avons fait appel à l’équipe du champion français d’apnée, Guillaume Néry, qui a réalisé ‘Runnin’ (Lose it All)’, le clip de Beyoncé. J’en ai un souvenir épique. La doublure de Gilles qui devait plonger à sa place s’est révélée très maladroite et c’est finalement Gilles lui-même qui possède son PADI, son brevet de plongée, qui a tourné ses propres scènes. Il a plongé en pleine mer à trente mètres de profondeur et a eu, je ne le trahis pas en le disant, la peur de sa vie" a révélé la réalisatrice.

Plonger : María Valverde ne savait pas parler le Français avant de jouer dans ce film

Toutefois, Mélanie Laurent n’était pas la seule membre de la production à avoir peur de l’eau. En effet, pour se glisser dans la peau de son personnage, María Valverde a dû apprendre à surmonter sa peur de l’eau avec un coach. Par ailleurs, ne sachant pas parler le Français, elle a dû apprendre à réciter ses répliques phonétiquement. "C’était un des gros défis du film : j’avais peu de temps pour le faire – à peine trois semaines – mais j’ai eu un coach formidable, Morgan Perez, qui m’a fait travailler dur et avec beaucoup de patience. Il a beaucoup contribué au plaisir que j’ai eu de jouer en français. Je lui dois beaucoup" a expliqué la comédienne.

Source: Lire L’Article Complet