Première étape du déconfinement : ce qu’on peut faire ou non à partir du 3 mai

Après quatre semaines de confinement, la première étape du déconfinement débute ce lundi 3 mai. Certaines restrictions sont allégées. D’autres restent en vigueur jusqu’à la deuxième étape du calendrier fixé par Emmanuel Macron, le 19 mai. Alors, que pouvons-nous à nouveau faire à partir de ce lundi ? Qu’est-ce qui reste interdit ? On fait le point. 

  • Voyages et quarantaine obligatoire à l’arrivée en France : ce qu’il faut savoir
  • Couvre-feu, confinement : les amendes et peines prévues en cas de non-respect des règles

Déconfinement : ce qui est autorisé à partir du 3 mai

  • Se déplacer librement partout en France, sauf entre 19 heures et 6 heures

C’est la première grande étape du déconfinement. Les sorties ne sont plus limitées à 10 kilomètres. Les Français.es peuvent se déplacer librement partout en France, sans attestation dérogatoire ni justificatif de domicile. Attention cependant : ces déplacements libres doivent avoir lieu avant 19 heures et après 6 heures du matin puisque le couvre-feu reste en vigueur sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Ainsi, les voyages inter-régionaux reprennent. L’entrée dans certains départements comme la Corse est cependant soumise au pass sanitaire, expérimenté sur les vols Air France et Air Corsica à destination de l’île. La règlementation du pass sanitaire est également étendue aux entrées sur les territoires de l’Outre-Mer à partir du 3 mai.

Les voyages internationaux restent eux encore limités. Les frontières extérieures à l’espace européen sont fermées et seuls une attestation de sortie et un motif dérogatoire peuvent justifier le déplacement. Le ministère des Affaires étrangères actualise quotidiennement ses conseils aux voyageurs pour chaque pays. Une page est également dédiée aux questions fréquentes posées par les Français souhaitant se rendre à l’étranger.

  • Envoyer ses enfants à l’école

Les écoles maternelles et primaires ont repris le 26 avril. C’est désormais au tour des collèges et lycées.

Seuls les 6e et 5e reprennent en classe entière. Pour les quinze départements où le taux d’incidence est le plus élevé (Bouches-du-Rhône, Nord, Aisne, Oise, Yvelines, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-d’Oise, Val-de-Marne, Essonne, Paris, Sarthe, Loire et Rhône), les classes de 3e et 4e sont divisées en demi-groupes.

Les lycées fonctionnent aussi en demi-jauges sur l’ensemble du territoire. 

Ce qui est encore interdit

  •  Retourner au bureau chaque jour

Le télétravail reste la règle pour l’instant. Elle sera assouplie le 9 juin, a annoncé Emmanuel Macron la semaine dernière, “en lien avec les partenaires sociaux au niveau des entreprises”. 

  • Le télétravail coûterait 100 euros par mois aux salariés : quelle responsabilité pour les employeurs ?
  • Télétravailler en couple, une cohabitation entre tensions et (re)découvertes
  • Faire les boutiques ou aller au restaurant

Les commerces actuellement fermés depuis le 30 mars 2021 ne rouvriront qu’à partir du 19 mai.

À cette date, les terrassesmusées, cinémas, théâtres et salles avec du public assis devraient aussi rouvrir avec des jauges limitées en intérieur et en extérieur

Il faudra attendre le 9 juin pour une réouverture des cafés et des restaurants.

  • Se rassembler à plus de six personnes en extérieur

Il faudra attendre le 19 mai pour pouvoir envisager des rassemblements de dix personnes. Recevoir des gens chez soi ou se rendre chez des amis, qui plus est en intérieur, reste fortement déconseillé.

  • Sortir entre 19 heures et 6 heures sans attestation

Le couvre-feu reste le même que pendant le confinement. Entre 19 heures et 6 heures, les Français.es doivent être munis d’une nouvelle attestation de déplacement, disponible sur le site du ministère de l’Intérieur.

Pour rappel, une amende de première classe de 135 euros pourra être infligée pour non-respect des règles du couvre-feu. 

Le couvre-feu sera décalé à 21 heures le 19 mai.

  • Ôter son masque dans les lieux publics ou en extérieur lorsqu’il est rendu obligatoire par les autorités

Le port du masque et l’application des gestes barrières sont obligatoires dans les lieux publics depuis le 20 juillet 2020, pour toute personne âgée de plus de 11 ans, et le restent. Le port du masque peut aussi être imposé en extérieur dans certaines zones ou communes, par arrêté préfectoral ou municipal les communes concernées. Déroger à la règle peut entraîner une amende de 135 euros en cas de contrôle. “En cas de non paiement dans un délai de 45 jours, le montant de l’amende est majoré et passe à 375 €”, précise le site service-public.fr

  • Covid-19 : le port du masque est-il vraiment obligatoire sur la plage ?
  • Covid-19 : doit-on continuer à respecter les gestes barrières une fois vacciné ?

Source: Lire L’Article Complet