Quelles sont les conditions pour faire un don du sang de cordon ?

Plasma, plaquettes, lait maternel, moelle osseuse… Il existe différents types de don. Parmi eux, on retrouve également le don du sang de cordon. Mais en quoi consiste-t-il ? À quoi sert-il ? En pratique, comment ça se passe ? On fait le point.

Restez informée

À l’accouchement, toutes les femmes enceintes ont la possibilité de donner du sang de cordon ombilical. Ce don est anonyme et gratuit. “Si une femme enceinte veut effectuer un don de sang de cordon ombilical, l’accouchement ne peut avoir lieu que dans une maternité autorisée à effectuer ce type de prélèvement”, indique la maternité de l’hôpital Robert-Debré.

Le sang de cordon, aussi appelé sang placentaire, correspond au sang présent dans le placenta et le cordon ombilical. Ce dernier se compose de cellules souches hématopoïétiques, qui sont fabriquées par la moelle osseuse et à l’origine tout au long de notre vie des différentes cellules du sang (plaquettes, globule rouges, globules blancs).

Don du sang de cordon : quelles maladies peuvent être traitées ?

Le don du sang de cordon peut sauver de nombreuses vies. Les cellules souches dans le sang placentaire permettent de traiter des maladies génétiques touchant les cellules du sang, des pathologies ou des cancers du sang, tels que les leucémies ou les lymphomes. Le sang placentaire peut être greffé à des patients dont la moelle osseuse ne fonctionne plus. Il s’agit donc d’une alternative en l’absence de donneur compatible de moelle osseuse.

“Les cellules souches présentes dans le sang de cordon ont l’avantage d’être « naïves », c’est-à-dire qu’elles génèrent potentiellement moins de complications immunologiques après la greffe que lors d’une greffe de moelle osseuse. Cependant, le sang de cordon ne peut être indiqué dans tous les cas, car il a d’autres caractéristiques qui sont parfois moins favorables que la moelle osseuse”, précise l’Agence de la Biomédecine sur le site dondesangdecordon.fr.

Quelles sont les conditions pour donner du sang de cordon ?

Pour donner du sang de cordon, la femme enceinte doit être en bonne santé. Elle ne doit également pas avoir d’antécédents particuliers. À partir du 4ème mois de grossesse, elle réalisera un entretien avec une sage-femme ou un obstétricien qui prendra connaissance de ses antécédents médicaux ou familiaux. La future maman devra ensuite compléter et signer un formulaire de consentement et se rendre au sein d’une maternité habilitée au don du sang de cordon.

Comment se déroule un don de sang de cordon ?

Le prélèvement du sang de cordon est effectué dans les minutes qui suivent l’accouchement. Il est prélevé après que le cordon ombilical ait été coupé, alors que le placenta est encore dans l’utérus. Le prélèvement est indolore et ne représente aucun risque pour la mère et l’enfant car il ne modifie pas les gestes médicaux de l’accouchement. Il est réalisé par une veine du cordon ombilical extérieur. Le don du sang de cordon peut ne pas avoir lieu si les sages-femmes doivent réaliser des gestes médicaux prioritaires après la naissance.

Le sang placentaire prélevé est ensuite transporté vers une banque de sang de cordon. Il est analysé afin de répondre à l’ensemble des critères de qualité définis par le Réseau Français de Sang Placentaire. Une fois les contrôles terminés, on le conserve à très basse température dans des banques agréées avec des échantillons du sang de la femme enceinte prélevés au moment de la naissance. Le greffe du sang placentaire aura lieu lorsqu’une compatibilité sera trouvée.

La femme enceinte est contactée quelques semaines après la naissance pour un entretien. Ce dernier permet de vérifier qu’aucun problème médical n’est survenu après l’accouchement.

Don du sang de cordon : quelles sont les contre-indications ?

Le don de sang placentaire n’est pas réalisé si la femme enceinte a des antécédents médicaux, comme des maladies génétiques, auto-immunes ou cancéreuses, ou si des complications surviennent durant la grossesse. Le prélèvement de sang du cordon est également contre-indiqué si la mère a moins de 18 ans. Si le père est inconnu ou souffre de maladies ou anomalies génétiques, le don de sang de cordon n’aura pas lieu.

Autre contre-indication : le don de sang placentaire n’est pas pratiqué si la fratrie présente des pathologies hématologiques, des tumeurs solides ou des maladies génétiques et si le nourrisson présente une anomalie de développement intra-utérin. En cas de complications au cours de l’accouchement, le don de sang du cordon n’aura pas lieu.

Si le liquide amniotique est “méconial”, c’est-à-dire qu’il comporte les premières selles du bébé, le prélèvement n’est pas effectué. Si la température de la future maman est supérieure à 38,5°C ou si le terme est inférieur à 37 semaines, le don du sang de cordon est déconseillé.

Source: Lire L’Article Complet