Qu'est-ce que l'équithérapie ?

Mieux que le yoga, l’équithérapie ? La psychoogue clinicienne et spécialiste de cette pratique Nina Maroglou nous explique les pouvoirs cachés de l’équidé.

Deux personnes, un cheval. C’est la relation triangulaire qu’utilisent beaucoup de professionnels (ergothérapeutes, éducateurs spécialisés, orthophonistes) pour aider les patients à aller mieux. La raison ? Créer un lien avec cet animal peut contribuer à comprendre la relation qu’on a avec soi-même. « L’équithérapie permet de mieux se connaître, de ressentir les choses différemment et de les verbaliser. Par exemple, si on demande à un enfant qui a des difficultés relationnelles ou une phobie scolaire de choisir un cheval parmi plusieurs, il arrive qu’il opte pour le plus petit, celui qui est à l’écart ou qui a un pelage d’une couleur différente des autres. Ça en dit beaucoup sur la perception qu’il a de lui, et ça permet d’utiliser le cheval pour le faire parler de lui », explique Nina Maroglou.

Pour qui ?

Pour tout le monde, les adultes qui suivent une psychothérapie ou une psychanalyse, les ados, souvent lorsqu’ils sont en rupture avec leur famille, et même les seniors isolés en Ehpad. L’idée ? Les mettre en contact avec des chevaux pour stimuler des réminiscences qui apaisent. Mais l’équithérapie est aussi efficace avec les enfants, dès 2 ans. « Pour eux, le terme psychothérapie peut faire peur, tout comme une consultation en cabinet. En étant dans la nature avec des chevaux, ils sont plus à l’aise. La discipline est également adaptée aux handicapés physiques ou mentaux », analyse la psy.

Les bienfaits ?

Si avec un psychologue tout est basé sur la discussion, l’équithérapie mise sur le sensoriel, le toucher et le ressenti. L’objectif ? Couper avec le quotidien, le stress, pour revenir à quelque chose de naturel, dans un cadre sécurisant. « C’est très important, ça aide beaucoup, notamment après la période de confinement qu’on a connue. Face à un cheval, on est d’emblée dans une sorte de jeu, on doit se laisser surprendre, et ça engendre souvent des petits miracles. Je me souviens d’une petite fille qui ne parlait plus du tout. Je l’ai emmenée voir les chevaux, et un déclic s’est produit. Elle a commencé à leur parler à eux, puis à moi d’eux, et tout s’est libéré », témoigne Nina Maroglou.

Pourquoi cette relation est-elle si troublante ?

Immense, puissant et séduisant, le cheval attire autant qu’il impressionne, voire autant qu’il fait peur. Tout en ramenant à des souvenirs fantasmatiques de l’enfance. C’est pourquoi s’en approcher peut parfois créer un trouble. « À l’état sauvage, les chevaux baignent dans le sensoriel car ils sont des proies et doivent rester attentifs en permanence. Résultat, ils ressentent nos signaux et lisent dans nos sentiments et nos émotions avant que nous-mêmes nous les ressentions. C’est la raison pour laquelle un cheval peut se comporter différemment selon les personnes », explique la spécialiste.

Nina Maroglou sur Instagram @ equivoc.therapie et sur equi-voc.fr

S’y mettre en vacances

L’idée ? Une séance d’équithérapie version loisir. À Marrakech, les écuries de l’hôtel Selman abritent une des plus belles collections de chevaux du pays. Accessible aux adultes et aux enfants, ce moment permet de relâcher les tensions émotionnelles. « On débute par une mise en place du cheval pour instaurer un contact, puis on apprend à le toucher, à le faire avancer, à se balader avec lui. Le but ? Apprendre à communiquer avec l’animal pour booster sa confiance en soi et mieux gérer ses émotions », explique Catherine Reda, intervenante en équicoaching et formatrice à l’école des Arts équestres de Marrakech.

Expérience Liberté, 120 € les 40 mn, selman-marrakech.com

Source: Lire L’Article Complet