Un drone filme pour la première fois l'intérieur du réacteur 5 de Tchernobyl (VIDÉO)

Plus de 34 ans après la plus grande catastrophe nucléaire de l’histoire, l’entreprise suisse Flyability, un fabricant de drones spécialisé dans les inspections d’espaces confinés, a réussi à envoyer l’un de ses engins filmer l’intérieur du réacteur 5 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine. Ce réacteur était encore en construction lorsque son voisin, le numéro 4, a explosé dans la nuit du 26 avril 1986.

  • Euros, dollars, birrs?: les 'changeuses' font tourner l'économie de la rue à Djibouti

    AFP

  • Crise sociale en Colombie : malgré la répression, la mobilisation ne faiblit pas

    France 24

  • Israël: renforcement "massif" des forces de sécurité contre les violences dans les villes mixtes

    France 24

  • Aux États-Unis, deux avions se percutent dans les airs

    Le Figaro

  • Cévennes : les autorités appellent le fugitif caché dans la forêt «à revenir à la raison»

    Le Figaro

  • Covid-19 à Cuba : le pays a commencé à vacciner avec son propre sérum

    France 24

  • Guinée : une loi pour protéger les personnes albinos adoptées

    France 24

  • Jean-Baptiste Djebbari se réjouit de pouvoir «concilier la liberté et la sécurité des déplacements» pour le pont de l'Ascension

    Le Figaro

  • Paris: des centaines de sans-abri place de la République pour demander un logement

    Le Figaro

  • À Paris, plus de 300 sans-abri réclament des logements

    AFP

  • Relance économique : l'Europe est-elle à la traîne ?

    France 24

  • Vers un procès du crash du Rio-Paris: les proches des victimes "soulagés"

    AFP

  • Un scooter électrique prend feu dans un ascenseur, cinq blessés

    KameraOne

  • Déconfinement : un cinéma de Strasbourg s’équipe de purificateurs d’air pour attirer le public

    Le Figaro

  • Du saumon artificiel bientôt dans nos assiettes ?

    KameraOne

  • Ce journaliste était en plein reportage quand un livreur à velo a tenté de lui arracher son téléphone

    Le Figaro


  • Euros, dollars, birrs?: les 'changeuses' font tourner l'économie de la rue à Djibouti
    Elles trônent au coin des rues, leur sac à main rempli d'euros, de birrs éthiopiens, de roupies indiennes: à Djibouti, les changeuses de monnaie sont partout, remplissant un rôle clé dans une économie majoritairement informelle. En plus d'offrir un emploi accessible dans un pays où les femmes sont moins alphabétisées que les hommes, le change est un travail sans danger, assurent-elles: à Djibouti, qui compte moins d'un million d'habitants, même la capitale est un village, et la police n'est jamais loin.


    AFP


  • Crise sociale en Colombie : malgré la répression, la mobilisation ne faiblit pas
    Appauvrie par la pandémie avec 42,5% de la population en-dessous du seuil de pauvreté, confrontée à une recrudescence de la violence, la Colombie est en proie depuis le 28 avril à un mouvement de colère populaire, dans lequel les jeunes sont en première ligne.


    France 24


  • Israël: renforcement "massif" des forces de sécurité contre les violences dans les villes mixtes
    Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a ordonné jeudi un renforcement "massif" des forces de sécurité dans les villes mixtes israéliennes, où cohabitent juifs et arabes, afin de lutter contre les violences de ces derniers jours.


    France 24

VIDÉO SUIVANTE

Objectif, détecter la présence de déchets radioactifs

Comme l’explique Business Insider, c’est à la demande de l’équipe de démantèlement de la centrale nucléaire que cette mission a été organisée, afin de repérer une éventuelle présence de déchets radioactifs dans l’enceinte du réacteur.

Le drone du constructeur helvète, baptisé “Elios 2” et équipé d’une cage protectrice pour parer les collisions, a donc été envoyé au coeur du réacteur 5 afin de s’assurer qu’elle ne contenait pas “d’uranium résiduel”. Une mission qui n’aurait pas pu être confiée à l’homme car les entrées du réacteur se situent à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, rendant impossible l’accès aux zones à l’intérieur du réacteur, où les déchets nucléaires auraient pu se situer.

Une mission “stressante”

“La mission à Tchernobyl était stressante, car le mur que nous devions survoler était haut de 70 mètres, et il n’y avait donc aucun moyen de récupérer le drone si le signal était perdu”, a témoigné Charles Rey, responsable de la formation chez Flyability et l’un des responsables de la mission à Tchernobyl.

“Mais la mission a été un succès, et les responsables de Tchernobyl ont été très heureux de la vidéo et des images que nous avons pu recueillir à l’intérieur du réacteur n°5”. Des images dont vous pouvez découvrir des extraits dans la vidéo en tête d’article.

Source: Lire L’Article Complet