Vaccin contre la Covid-19 en entreprise : qui y aura droit et comment en bénéficier ?

Les médecins du travail volontaires pourront administrer le vaccin contre la Covid-19 aux salariés âgés de 50 à 64 ans et atteint de comorbidités à partir du 25 février. Comment va se dérouler la vaccination en entreprise ? On fait le point.

Restez informée

Jeudi 25 février, une nouvelle étape de la campagne de vaccination contre la Covid-19 débutera. A l’instar des médecins généralistes, les médecins du travail volontaires pourront administrer le vaccin AstraZeneca aux salariés volontaires âgés de 50 à 64 ans et atteints de comorbidités.

“Les services de santé au travail sont des professionnels expérimentés de la vaccination auprès du grand public. Leur mission principale est de protéger la santé des salariés. Chaque année, ce sont ainsi plusieurs dizaines de milliers de salariés qui sont vaccinés contre la grippe par leurs soins. Cette expérience ainsi que leur présence partout sur le territoire, au plus près du terrain, faciliteront l’accès au vaccin pour les salariés concernés”, a ainsi indiqué Laurent Pietraszewski, Secrétaire d’État auprès de la ministre du Travail chargé des Retraites et de la Santé au travail, dans un communiqué.

Quels salariés pourront bénéficier du vaccin ?

Les salariés âgés de 50 à 64 ans, atteints de comorbidités et désireux de se faire vacciner pourront en bénéficier. Cela concerne les individus “très vulnérables, c’est-à-dire ceux qui ont des pathologies chroniques, par exemple des problèmes cardiovasculaires, respiratoires, des problèmes d’obésité”, a précisé la ministre du Travail Elisabeth Borne ce 23 février sur Europe 1.

Vaccination au travail : comment la confidentialité sera-t-elle assurée ?

L’information concernant la possibilité pour les salariés âgés de 50 à 64 ans et atteints de comorbidités de se faire vacciner devra être diffusée au sein de l’entreprise. Les salariés concernés et volontaires pourront alors se manifester auprès du médecin du travail.

Pour des raisons de confidentialité, il n’est pas envisageable de “contacter les salariés repérés comme vulnérables à cibler au moyen d’une convocation individuelle transmise sous couvert du chef d’entreprise”, peut-on lire dans le protocole pour la vaccination par les médecins du travail. Et pour cause : les informations confidentielles concernant l’état de santé des salariés ne doivent pas être dévoilées à l’employeur.

L’organisation de la vaccination ne passera donc pas par les entreprises : “Comme ça s’adresse à des salariés vulnérables, il ne faut pas que l’employeur soit effectivement au courant des problèmes de santé que peut avoir le salarié. Ce qu’on demande aux entreprises, c’est de prévenir les salariés que ceux qui sont très vulnérables pourront être vaccinés par la médecine du travail”, a précisé Elisabeth Borne sur Europe 1.

Vaccin : comment les médecins du travail devront-ils s’organiser ?

“Le médecin du travail doit s’assurer, en lien avec la direction du service ou de l’entreprise, qu’il disposera, au sein de son service de santé au travail (SST), des moyens matériels et humains adaptés à l’exercice des vaccinations”, est-il écrit dans le protocole pour la vaccination par les médecins du travail diffusé par la Direction générale du travail.

Pour ce faire, il devra notamment se rapprocher de la pharmacie de son choix pour se procurer les doses de vaccin. Il disposera, dans un premier temps, d’un flacon contenant 10 doses, permettant donc de réaliser 10 injections. Le nombre de doses à disposition des médecins du travail augmentera avec le temps : la semaine du premier mars, 2 ou 3 flacons seront aussi disponibles. Quid de la conservation du vaccin ? Une fois ouvert, il se conserve 48h, entre +2 et +8°C. Il peut néanmoins être “conservé et utilisé à des températures allant jusqu’à 30°C pendant une seule période de 6 heures maximum”, détaille le ministère de la santé. Le médecin du travail devra également organiser les rendez-vous avec les salariés souhaitant bénéficier du vaccin.

“Le périmètre d’intervention des services de santé au travail sera amené à s’adapter dans les semaines qui viennent au fur et à mesure de l’évolution de la stratégie vaccinale globale et de la disponibilité des vaccins”, précise le communiqué du Secrétaire d’État auprès de la ministre du Travail, chargé des Retraites et de la Santé au travail.

A lire aussi :

⋙ Effets secondaires, comment se faire vacciner : tout savoir sur le vaccin contre la Covid-19

⋙ Covid-19 : injecter deux doses de vaccins différents, c’est possible ?

⋙ “Tourisme vaccinal” : voyager pour se faire vacciner contre la Covid-19, le phénomène qui inquiète

Source: Lire L’Article Complet