VIDEO. Chloé Gomes dénonce le racisme dans le milieu de la danse classique

Les danseuses du corps de ballet doivent se colorrer la peau en blanc pour paraitre plus uniformes.” Pour la danseuse Chloé Lopes Gomes, “demander à une femme noire de se colorer la peau en blanc c’est aussi lui demander de renoncer à une partie de son identité.” Lorsqu’elle a intégré le StaatsBallett de Berlin en 2018, la ballerine a fait face au racisme d’une maîtresse de ballet pendant deux ans. 

“On dirait Kirikou qui saute partout”

Elle se souvient d’un événement particulièrement choquant survenu lors de répétitions pour La Bayadère : “Elle était en train de distribuer des voiles blancs que nous, danseuses, devions accrocher sur notre tête. Quand est arrivé mon tour, Elle m’a dit : “je ne te le donne pas parce que le voile il est blanc et toi tu es noire.” Elle poursuit : “Tout au long de ma carrière, j’ai rencontré des danseurs de couleur qui m’ont répété leur expérience personnelle. Certains de leurs professeurs leurs disaient : ‘rentre tes fesses de négresses’, ‘on dirait Kirikou qui saute partout.’

Du soutien pendant le mouvement Black Lives Matter

Au cours de ces années, Chloé Lopes Gomes a été victime de discrimation et a subi de nombreuses humiliations. “Ce que j’ai vécu s’est passé en même temps que le mouvement Black Live Matter, du coup ça m’a donné la force de prendre la parole et grâce à ce mouvement, je me suis sentie soutenue et moins seule”, raconte la danseuse classique. Chloé Gomes souhaite que le ballet devienne le reflet de la société et qu’il soit plus représentatif. 

Source: Lire L’Article Complet