Xavier Dolan parle de son dernier film “Matthias & Maxime” | Vogue Paris

Alors que son dernier film, Matthias & Maxime, débarque sur Mubi, l’acteur-réalisateur-scénariste de génie nous parle de son confinement, de ses projets, et de l’espoir que lui donnent les récents films d’amour gays.

Surnommé tour à tour l’enfant prodige et l’enfant terrible du cinéma, Xavier Dolan affiche une carrière tout simplement hors du commun. Né à Montréal, il a fait ses premiers pas dans l’industrie du cinéma en tant qu’enfant acteur, avant de faire sensation à seulement 20 ans avec son premier film J’ai tué ma mère (2009). Sa projection au Festival de Cannes lui a valu une standing ovation et trois prix à la Quinzaine des réalisateurs. Et on connait la suite.

Aujourd’hui âgé de 31 ans, il a écrit et réalisé huit longs-métrages, remporté trois Césars, et raflé le Prix du jury et le Grand prix du Festival de Cannes (pour Mommy (2014), et Juste la fin du monde (2016) respectivement) – et a surpris et séduit le public en réalisant le clip d’Adele pour le single Hello en 2015.

Et quand on se dit qu’il a tout fait, Xavier Dolan prouve qu’il ne fait que commencer. Son dernier projet, en tant qu’acteur et réalisateur, est l’un de ses plus accomplis : une histoire d’amour éblouissante et délicate tournée au Québec avec un casting qui compte un grand nombre de ses amis proches. Intitulé Matthias et Maxime, le film suit un groupe d’amis qui passent du bon temps dans une maison au bord d’un lac, quand la petite sœur de l’hôte (Camille Felton) leur demande de l’aide pour son film étudiant. Elle demande à Matthias (le séduisant Gabriel D’Almeida Freitas) et à Maxime (un vulnérable Xavier Dolan aux yeux de velours) de jouer dedans, oubliant de préciser que la scène nécessiterait qu’ils s’embrassent. Ce baiser finira par tout bouleverser, les poussant à remettre en question leur identité sexuelle et compliquant leur amitié.

Excellents dans leurs rôles respectifs, ils donnent aussi la réplique à Anne Dorval, acolyte régulière de Xavier Dolan, dans le rôle de la mère alcoolique de Maxime, ainsi qu’à Harris Dickinson, découvert dans Les Bums de plage (2017) d’Eliza Hittman, qui interprète un employé modèle insupportable qui prend Matthias sous son aile.

Entretien avec Xavier Dolan qui revient sur les histoires d’amour gays qu’il regardait quand il était plus jeune, sur ses prochains projets, et sur un message qu’il souhaite faire passer à une certaine chanteuse britannique.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de raconter cette jolie histoire d’amour et d’amitié entre deux hommes ?

« J’étais dans un cottage en 2017 avec certains de mes meilleurs amis. D’une part, je ressentais le besoin de leur rendre hommage – de rendre hommage à ces personnes qui m’ont offert un sentiment de sécurité et d’équilibre à la fin de la vingtaine – et d’autre part, je voulais raconter une histoire qui parle d’amour. Je venais juste de voir Call Me By Your Name [2017], Seule la terre [2017], et Les Bums de plage [2017], et j’étais en plein tournage de Boy Erased [2018] à Atlanta quand j’ai commencé à écrire Matthias & Maxime. Je crois que ces films m’ont reconnecté à ma passion pour les histoires d’amour, ou plutôt, pour les histoires d’amour gays, et m’ont donné envie d’en raconter une moi-même. »

Sommes-nous en plein âge d’or des histoires d’amour gays complexes et réfléchies ?

« Quand j’étais plus jeune, les films gays que je regardais étaient Le Secret de Brokeback Mountain [2005], Mysterious Skin [2004], et Happy Together [1997]. Des films pas particulièrement joyeux. Quand j’étais adolescent, cela m’apaisait de pouvoir m’identifier à des personnages queer, et j’adorais ces films pour leurs qualités artistiques, mais les destins tragiques des personnages me remplissaient de désespoir. Aujourd’hui, on a des films comme Love, Simon [2018], c’est nouveau et je trouve ça très réconfortant. C’est beau de savoir que les jeunes pourront regarder ce genre de film et se dire qu’il y a du bon qui les attend. Tous ces films sont complexes, mais ils sont aussi complets car ils présentent des personnages queer qui évoluent et qui ont le droit d’être heureux, accomplis, et reconnus, pas seulement malmenés et moqués. »

Saviez-vous depuis le début du projet que vous interpréteriez Maxime ?

« Je pensais donner le rôle à quelqu’un d’autre, mais un ami m’a dit que je m’en voudrais de laisser quelqu’un d’autre s’amuser avec mes meilleurs potes pendant que je serais derrière la caméra. Et c’est vrai, ça aurait été difficile. Il n’y avait que le rôle de Maxime que j’aurais pu jouer, car je ne m’imagine pas dans la peau d’hommes qui ont confiance en eux. Matthias est un mec sérieux qui inspire l’autorité au sein du groupe. Je ne me voyais pas jouer quelqu’un comme ça. Je suis petit, et même si je pense que je peux être drôle et être un leader dans la vie, à l’écran j’ai tendance à me confier le rôle du mec timide. »

Gabriel D’Almeida Freitas et Harris Dickinson sont merveilleux dans le film. Pouvez-vous nous parler un peu du processus du casting ?

« J’ai écrit le rôle en pensant à Gabriel. Je le connaissais depuis des années et je me suis dit qu’il serait parfait. J’avais vu Harris dans Les Bums de plage [2017], et il m’avait époustouflé. Son personnage était discret et réservé, alors je me suis dit que ce serait marrant de le voir jouer quelqu’un d’ouvertement arrogant et macho. J’ai regardé quelques-unes de ses interviews et j’ai remarqué cette petite manie qu’il a parfois de se mordiller la lèvre. J’ai pensé qu’il se glisserait dans la peau du personnage sans trop de difficultés. »

Le film examine l’évolution des notions de masculinité et de sexualité fluide. Est-ce un thème que vous teniez à mettre en avant ?

« J’ai vu les perceptions évoluer en peu de temps. Je me sentais assez ignorant quand on a commencé à parler de fluidité du genre – dans les médias, je veux dire. J’avais envie de montrer cette ignorance à l’écran. »

C’était comment de tourner toutes ces énormes scènes de groupe déchaînées avec vos amis ?

« C’était génial ! On avait envie de s’impressionner et de s’inspirer les uns les autres. L’énergie qui circulait était stimulante. Les scènes de groupe étaient chorégraphiées et il y avait peu de place pour l’improvisation. Je n’ai jamais été très fan de [l’improvisation], pour être honnête. J’adore les scènes et les dialogues très scriptés. J’adore les écrire, les réécrire, les modifier, et les façonner en fonction de [la propre voix de] quelqu’un d’autre. »

Cette période de confinement vous a-t-elle fait apprécier encore plus votre groupe d’amis ?

« Pendant le confinement, quand on était tous chez nous, on s’appelait tous les jours sur FaceTime pour papoter. Nous nous sommes vus cet été et nous avons essayé de faire attention. C’était difficile, car on est tous très affectueux et tactiles. On se prend toujours dans les bras. Le contact semble être au cœur de notre groupe. On dirait que je décris une orgie, non ?! Mais plus sérieusement, ça a été difficile à plusieurs niveaux, mais nous avons de la chance. Rien ne vous fait plus apprécier vos proches que la crainte de les perdre. »

Quels sont vos prochains projets, en tant qu’acteur et en tant que réalisateur ?

« J’ai écrit une mini-série, qu’on devrait commencer à tourner en début d’année prochaine, si tout va bien. C’est une histoire qui parle de viol, de chagrin, et de drame familial, et qui se déroule sur trente ans, des années 1990 à aujourd’hui. C’est un thriller, et j’ai hâte de me plonger dedans. Je veux créer quelque chose de différent sur le plan stylistique. Je travaille aussi sur un film d’horreur, et j’ai tourné dans un film en tant qu’acteur l’année dernière en France. Il s’intitule Comédie humain, avec Cécile de France, Jeanne Balibar, et Gérard Depardieu, et c’est une adaptation d’un roman de Balzac qui se passe au début des années 1800. Pour ça aussi, je suis assez surexcité. »

Vous avez épaté le public en 2015 en réalisant le clip du single Hello d’Adele. Avec son prochain album qui se profile à l’horizon, peut-on s’attendre à d’autres collaborations vidéo ?

« J’espère ! J’adorerais. Elle sait où me trouver. »

https://youtube.com/watch?v=DGUo4oZ3NnY%3Fembed_config%3D%257B%2522adsConfig%2522%253A%257B%2522adTagParameters%2522%253A%257B%2522iu%2522%253A%2522%252F5574%252Ffr-vogue-cp%252Fculture%252Fcinema%252Farticle%252FYoutube-PFP%2522%252C%2522cust_params%2522%253A%2522cms%253Dcopilot%2526site-name%253DVogue%2526market-name%253Dfrance%2526page-url%253Dhttps%253A%252F%252Fwww.vogue.fr%252Fculture%252Farticle%252Fxavier-dolan-parle-de-son-dernier-film-matthias-et-maxime%2526page-template%253Darticle%2526article-id%253D5f560ab40130d6888f870262%2526gallery-embeds%253Dno%2526content-type%253Dstandard%2526article-tag%253DActualit%25C3%25A9s%252CVogue%2520Digital%252CFiert%25C3%25A9s%2520LGBT%252B%252CCin%25C3%25A9ma%252CInterview%2526experience%253Dcompass%2526category%253Dculture%2526subcategory%253Dcinema%2526video-embeds%253Dyes%2526ceros-embed%253Dno%2526platform%253Dweb%2526feature-flags%253Da2a-true%252CageGate-false%252CampNativeAds-false%252CarticleEmbedExternalLinks-false%252CarticleEmbedInlineArticles-true%252CarticleEmbedInlineGalleries-false%252CarticlePopInTag-false%252CatjsonArticleBody-false%252CcategorySubNavigation-false%252Cdinosaur-false%252CdisplayMoreArticles-false%252CdynamicAffiliateDisclaimer-false%252CdynamicAffiliateDisclaimerTop-true%252CfastAdsV6-false%252CgalleryStickyBottomAd-false%252CglobalAnalytics-false%252CgwaArticle-false%252ChideCerosEmbed-false%252CimageOverlay-false%252CjsonToObject-false%252CnativeShareLargeButtonOnTopper-true%252Cnewsletter-false%252ColdBrowserWarning-false%252ComitCanonicalsFromPaginatedTags-false%252CrecommendChangePopInTag-false%252CrefreshAds-false%252CregistrationWall-false%252CrelatedContentRecommendations-true%252CseoMetaRobots-true%252CslimNavigation-true%252CstickyBottomArticleAd-true%252CstickyBottomHomepageAd-false%252CstickyBottomTopicAd-false%252CstickyHeader-false%252CteadsNativeFallback-false%252CtopicNativeSlice-false%252CuserAccountNav-false%252CvogueHopeLogo-false%252CvoguePrideLogo-false%252CyieldToAds-false%252ConeTrust-true%252Csentry-true%252CshowAdsInGalleryBody-false%252CalwaysOnControlFlag-false%252CarticlePopInTag2-false%252CcerosEmbed-true%252CcerosRecommendations-true%252CtestMultivariant-A%2526kvid%253DDGUo4oZ3NnY%2526video-embed-index%253D1%2522%257D%252C%2522nonPersonalizedAd%2522%253Afalse%257D%257D

Matthias & Maxime de Xavier Dolan disponible sur Mubi

Retrouvez aussi sur Vogue.fr :
8 programmes LGBTQ+ à découvrir sans attendre
30 films à voir ou revoir pendant le Pride Month

https://youtube.com/watch?v=r8tzV-2HY6c%3Fembed_config%3D%257B%2522adsConfig%2522%253A%257B%2522adTagParameters%2522%253A%257B%2522iu%2522%253A%2522%252F5574%252Ffr-vogue-cp%252Fculture%252Fcinema%252Farticle%252FYoutube-PFP%2522%252C%2522cust_params%2522%253A%2522cms%253Dcopilot%2526site-name%253DVogue%2526market-name%253Dfrance%2526page-url%253Dhttps%253A%252F%252Fwww.vogue.fr%252Fculture%252Farticle%252Fxavier-dolan-parle-de-son-dernier-film-matthias-et-maxime%2526page-template%253Darticle%2526article-id%253D5f560ab40130d6888f870262%2526gallery-embeds%253Dno%2526content-type%253Dstandard%2526article-tag%253DActualit%25C3%25A9s%252CVogue%2520Digital%252CFiert%25C3%25A9s%2520LGBT%252B%252CCin%25C3%25A9ma%252CInterview%2526experience%253Dcompass%2526category%253Dculture%2526subcategory%253Dcinema%2526video-embeds%253Dyes%2526ceros-embed%253Dno%2526platform%253Dweb%2526feature-flags%253Da2a-true%252CageGate-false%252CampNativeAds-false%252CarticleEmbedExternalLinks-false%252CarticleEmbedInlineArticles-true%252CarticleEmbedInlineGalleries-false%252CarticlePopInTag-false%252CatjsonArticleBody-false%252CcategorySubNavigation-false%252Cdinosaur-false%252CdisplayMoreArticles-false%252CdynamicAffiliateDisclaimer-false%252CdynamicAffiliateDisclaimerTop-true%252CfastAdsV6-false%252CgalleryStickyBottomAd-false%252CglobalAnalytics-false%252CgwaArticle-false%252ChideCerosEmbed-false%252CimageOverlay-false%252CjsonToObject-false%252CnativeShareLargeButtonOnTopper-true%252Cnewsletter-false%252ColdBrowserWarning-false%252ComitCanonicalsFromPaginatedTags-false%252CrecommendChangePopInTag-false%252CrefreshAds-false%252CregistrationWall-false%252CrelatedContentRecommendations-true%252CseoMetaRobots-true%252CslimNavigation-true%252CstickyBottomArticleAd-true%252CstickyBottomHomepageAd-false%252CstickyBottomTopicAd-false%252CstickyHeader-false%252CteadsNativeFallback-false%252CtopicNativeSlice-false%252CuserAccountNav-false%252CvogueHopeLogo-false%252CvoguePrideLogo-false%252CyieldToAds-false%252ConeTrust-true%252Csentry-true%252CshowAdsInGalleryBody-false%252CalwaysOnControlFlag-false%252CarticlePopInTag2-false%252CcerosEmbed-true%252CcerosRecommendations-true%252CtestMultivariant-A%2526kvid%253Dr8tzV-2HY6c%2526video-embed-index%253D2%2522%257D%252C%2522nonPersonalizedAd%2522%253Afalse%257D%257D
Source: Lire L’Article Complet