Anti-âge : cet objet méconnu qui lisse les rides est utilisé depuis 5000 ans… Il se trouve sur Amazon

Le Kansa wand nous vient tout droit d’Inde. Il a traversé les siècles et fait encore aujourd’hui des miracles anti-âge sur la peau. Le cuivre qui le compose neutralise les radicaux libres et équilibre le pH afin d’éviter les rides. Lissée et reposée la peau est rajeunie.

Si de nombreuses technologies anti-âge émergent au fil des années, d’autres objets ressurgissent du passé. C’est le cas du Kansa wand, un outil beauté méconnu, qui pourtant fait ses preuves depuis des siècles. Inventé bien avant le rouleau de Jade ou le Gua Sha, cet ustensile millénaire se crée une place de choix dans nos routines. Apparu en Inde il y cinq mille ans durant l’Âge de Bronze, il est un indispensable phare des traitements Ayurvédique de la peau. Nommé « métal de la cloche », l’alliage spécial qui compose le Kansa wand est utilisé pour fabriquer toutes sortes de récipients. Le cuivre est l’un des métaux phares, plébiscité pour le drainage lymphatique et son action sur la toxicité dans le corps.

C’est justement cette matière qui fait toute sa différence puisqu’elle agit sur la peau de manière bénéfique. Métal conducteur pour les soins appliqués, le cuivre neutralise les dommages causés par les radicaux libres. Il permet également d’équilibrer naturellement le pH de l’épiderme pour réduire les inflammations. « Une peau riche en acide ou simplement sujette à un déséquilibre général peut provoquer une sensibilité, un vieillissement prématuré, des rides ou de l’acné » précise à Byrdie, Michelle Ranavat, experte en médecine Ayurvédique. Sans compter que le massage délivré par le Kansa wand « oxygène la peau et lui redonne tout son éclat ». De par cet équilibre retrouvé, la texture de la peau est améliorée.

L’utilisation du Kansa wand

Utilisé le matin, le Kansa wand réveille et énergise, le soir il détend. Mâchoire, pommettes, front… Son bout arrondi aide à faire pénétrer les soins et stimule des points ciblés du visage pour le délasser, détendre les muscles faciaux, favoriser la circulation sanguine. A la clé ? Un teint reposé et lifté. Des cernes et des poches réduites. Des inflammations diminuées. Il s’érige en outil phare pour le rajeunissement et la beauté de l’épiderme.

Pour inclure le Kansa wand à notre rituel, trois à cinq minutes sont suffisantes. Il suffit d’appliquer un sérum ou une huile adéquate afin que le Kansa wand et les actifs agissent en synergie. Si l’on choisit une huile, il est préférable qu’elle contienne une vitamine et un minéral indique l’experte. « En Inde, on utilise un sérum infusé au safran […] ce qui agit sur l’éclat et l’inflammation » précise l’experte. Par ailleurs, un dépôt gris peut apparaître sur la peau, « cela signifie que le Kansa fonctionne » car il s’agit d’une réaction chimique entre le métal et la teneur en acide de l’épiderme. Il suffit de le retirer avec un nettoyant doux. Enfin, l’experte alerte sur les contrefaçons. Il est nécessaire de porter un soin particulier sur la composition de l’ustensile choisi : « Les kansa contenant du zinc ou des métaux autres que le cuivre et l’aluminium ne sont pas authentiques ».

A découvrir également : 3 bons massages anti-âge

Galerie: Les meilleures huiles pour nos cheveux (ELLE)


Source: Lire L’Article Complet