Des tongs Saint Laurent à prix accessible, des baskets végétales… L'impératif Madame

Retour sur ce que la rédaction veut impérativement partager cette semaine.

L’été bat son plein. Pour autant, la rentrée n’est plus très loin. On commence à regarder ce qui se fait de neuf, ce qui va faire vibrer les prochaines semaines. Et on s’arrête un instant sur la marque française Casablanca qui décide de s’essayer au vestiaire féminin avec une collection capsule tout en couleur. Le Coq Sportif capte aussi l’attention en innovant avec une ligne de baskets entièrement végétales conçue à partir de résidus de raisins. De son côté, Adidas séduit en s’offrant une collaboration pointue avec Lotta Volkova, bras droit de Demna Gvasalia, le directeur artistique de Balenciaga, qui réinvente la claquette. Enfin, focus sur la dernière folie de Supreme et le vestiaire des années 1970 qui reprend vie sous l’oeil d’Inès de la Fressange.

Casablanca pour elle

Le designer franco-marocain Charaf Tajer, fondateur du label Casablanca, lance une collection féminine avec Net-a-Porter.

Casablanca n’a pas l’intention de s’en tenir qu’à une histoire de vêtements masculins. Le concept de l’alliance du confort et de l’élégance puisé dans le textile éponge des joueurs de tennis, la soie colorée et les imprimés exotiques s’étend pour la première fois au vestiaire féminin avec une collection capsule de 15 pièces disponible sur le site de vente en ligne Net-a-Porter. Rien d’étonnant quand on sait le créateur franco-marocain Charaf Tajer, finaliste du prix LVMH cette année, fortement inspiré par la silhouette féminine dans toutes ses créations. Et le propos qui consiste à troquer le costume-cravate contre un ensemble de survêtements en éponge a déjà séduit bon nombre de femmes, dont la mannequin Kendall Jenner. S.P.

Les tongs griffées

Saint Laurent et Havaïnas s’offrent une collaboration sur fond d’imprimé léopard.

C’est la deuxième fois que Saint Laurent et la marque brésilienne Havaïnas décident de faire voix commune pour habiller les pieds d’été. Ce qui n’est pas pour déplaire aux adeptes de la silhouette rock et minimale. Le résultat donne à voir des tongs en caoutchouc à l’imprimé léopard qui, à l’heure de la rentrée, prolongent encore un peu l’effet des vacances. On complète avec un jean 7/8 et un t-shirt blanc fitté, ou bien on les porte avec un tailleur pantalon bien fluide qui traduit littéralement l’humeur du moment : un pied au soleil, l’autre au bureau. S.P.

Tongs Havaïanas x Saint Laurent, 45 euros. Disponibles sur www.ysl.com

La dégaine sportive de la rentrée 2020

Pour la rentyrée, la styliste Lotta Volkova s’allie avec Adidas pour injecter sa patte créative au vestiaire emblématique de l’équipementier sportif.

La claquette Adidas a connu une augmentation «à trois chiffres» au mois d’avril 2020. Une envolée qui a coïncidé avec les premiers jours de confinement. Cinq mois après, que reste-t-il de cette passion soudaine pour la tatane ? Pour sûr, une inspiration créative. C’est en substance ce que dit la collection créée par Lotta Volkova pour Adidas. La collaboratrice de Demna Gvasalia (directeur artistique de Balenciaga) réinterprète les classiques de l’équipementier sportif pour les imaginer en habits du quotidien. La claquette, donc, prend quelques centimètres de hauteur, le maillot de bain une pièce peut devenir un haut à porter avec un jean ou une jupe, et le survêtement s’inscrit dans une allure citadine, si on le porte par exemple avec une paire de ballerines. S.P.

Inès de la Fressange fait revivre les années 1970

Chez Uniqlo, la rentrée se fera sous le signe des années 1970 avec cette collection imaginée par Inès de la Fressange.

Dans les années 1970, Jane Birkin porte le pantalon en velours côtelé, la veste en mouton retourné et les hautes bottes à talon massif. À la même période, Françoise Hardy ne jure que par les robes portefeuilles, les mini-jupes trapèzes et les pulls en maille portés près du corps. C’est à ces deux icônes françaises aux influences sans limite qu’Inès de la Fressange a pensé pour concevoir sa nouvelle collection Uniqlo. Ainsi, dès la rentrée, l’ancienne mannequin fait honneur aux pièces phares de cette décennie : jupe culotte en laine, robe longue fluide, long cardigan, veste à carreaux ou tailleur pantalon en velours. Et on risque d’en faire autant. S.P.

La collection Inès de la Fressange x Uniqlo disponible sur www.uniqlo.com

Le pari des baskets végétales

La Nérée de Coq Sportif est une sneaker à l’allure rétro running fabriquée à partir de toile et d’empiècements en « nubuck » végétal.

Le cuir végétal pour remplacer le cuir animal. C’est une solution éco-responsable de plus en plus envisagée pour mettre fin aux souffrances animales et limiter la pollution. Il y a en effet les traitements pratiqués au cours du tannage, la forte consommation d’eau (il faut 14.000 litres d’eau pour produire 1 kilo de cuir), et enfin l’élevage qui produit 15 à 18% des émissions de gaz à effet de serre. La marque française Le Coq Sportif a décidé d’innover pour avancer du bon pied avec une ligne de baskets végétales, conçue notamment à partir de résidus de raisins. La semelle extérieure est en caoutchouc, l’intérieure, elle, est en liège. S.P.

À découvrir sur www.lecoqsportif.com

Pat Mc Graph signe le premier rouge Supreme

Pour créer son premier rouge à lèvres au ton unique, le label new yorkais a fait appel à la plus célèbre des maquilleuses de mode, Pat McGraph.

Après une collaboration avec Louis Vuitton, Supreme a exploré des alliances inattendues, avec Oreo ou Lamborghini. Mais pour son premier pas dans la cosmétique en 26 ans d’existence, le label new-yorkais de street wear a de nouveau misé sur un grand nom du luxe : c’est en effet Pat McGrath qui a créé son premier rouge à lèvres. Ce lipstick promet le confort d’une texture hydratante allié à l’éclat d’une haute densité de pigments, caractéristique de la technologie MatteTrance élaborée par Pat McGrath Labs. Sur son écrin, la bouche dorée emblème de la maquilleuse s’invite au milieu du logo de Supreme. La couleur, «rouge Supreme», est unique. Et son édition limitée. Si les tubes de Pat McGraph s’emportent pour 39 € chez Sephora, on ignore encore le prix du rouge Supreme. Qui promet d’être sold out à peine mis en vente. P.C.

Édition limitée qui sera vendue en exclusivité sur l’e-shop de Supreme «dans les prochains jours».

Source: Lire L’Article Complet