Jean Paul Gaultier annonce son retour imminent dans le prêt-à-porter

Le couturier n’en a pas fini avec le prêt-à-porter. Il annonce un nouveau chapitre dès ce vendredi 28 mai, avec le lancement de certaines de ses pièces iconiques, revues par de jeunes labels qui affolent la mode.

C’était il y a dix-sept mois. Jean Paul Gaultier donnait un dernier tour de piste à sa longue et joyeuse folie créative (cinquante ans de carrière), entouré d’une foule d’amis célèbres au théâtre du Châtelet, à Paris. Des adieux aux podiums faits cinq ans après la mise en veille de ses collections de prêt-à-porter. On se souvient que cette pause avait fait grand bruit au moment où elle a été annoncée. À la suprise générale, elle prend fin aujourd’hui avec le lancement imminent de plusieurs drop. Le premier, dès ce vendredi 28 mai. La griffe se met ainsi à l’heure des collaborations «surprises» très prisées par le monde du luxe ces dernières années. Généralement annoncées quelques jours seulement avant leur sortie, elles visent à créer un sentiment d’urgence et d’exclusivité auprès de la clientèle.

En vidéo, un extrait du documentaire “Jean Paul Gaultier se défile”

La marinière retravaillée en combinaison moulante

Ce nouveau projet collaboratif va prendre forme avec la touche créative de cinq jeunes designers. Actifs sur les réseaux – pour la majorité – ils ont pour point commun de s’être fait connaître avec une mode au propos engagé, piquée de théâtralité et d’extravagance. Comme celle de Palomo Spain, jeune label espagnol piloté par Alejandro Gòmez Palomo, qui s’attache à décloisonner les vestiaires en brouillant la frontière des genres. On retrouve également Nix Lecourt Mansion, Ottolinger, Alan Crocetti et Marvin M’Toumo, lauréat du prix Chloé lors de la dernière édition du festival international de Hyères. Tous ont été conviés à réinterpréter des pièces iconiques de la maison.

La boutique en ligne commencera par proposer la marinière, pilier de la garde-robe et vêtement indissociable de la maison Gaultier, retravaillée ici par la griffe allemande Ottolinger en combinaison moulante. Viendront ensuite le soutien-gorge cônique rendu célèbre par Madonna, revu par le Brésilien basé à Londres Alan Crocetti, ou encore le corset réinterprété en pièce fleurie par Palomo Spain.

La marinière iconique de Jean Paul Gaultier retravaillée par la griffe allemande Ottolinger.

En juillet, un défilé couture avec Sacai

On comprend que «s’entourer» est devenu le nouveau dogme créatif de Jean Paul Gaultier. En juillet, il nous rappellera qu’il n’en a pas fini avec la Haute Couture, mais avec une approche inédite. Le créateur promet en effet d’écrire cette nouvelle page avec Chitose Abe, la directrice artistique de Sacai, invitée pour une saison à repenser les codes de la maison. «Nous avons beaucoup de points communs créatifs et une vision de la mode similaire. Je la laisse libre de toute interprétation», expliquait Jean Paul Gaultier en mars 2020 quand il annonçait vouloir désormais privilégier une mode collaborative. La collection aurait du être présentée en juillet dernier lors de la semaine de la haute Couture, mais en raison du Covid l’événement avait été reporté. Il semble que l’heure du nouveau chapitre semble enfin sonner.

Source: Lire L’Article Complet