Peut-on récupérer un vêtement qui a rétréci au lavage ?

Une recette de grand-mère visant à sauver un pull rétréci en machine fait un tabac sur les réseaux. Mais qu’en est-il vraiment ? Les réponses d’un ingénieur textile.

TikTok n’est pas qu’une déferlante de chorégraphies, de tubes, de play-back et de blagues détournées, c’est aussi une foule d’astuces pour faire durer un vêtement. Parmi celles qui reviennent en boucle : ces vidéos où les internautes se montrent la mine dépitée quand ils découvrent leur pull préféré sorti du tambour de la machine à laver passé en taille enfant. S’en suit généralement une technique présentée comme imparable pour sauver le vêtement abîmé. Celle-ci se veut très simple : faire tremper le pull dans un bain d’eau froide, ajouter deux cuillères à soupe d’après-shampoing, puis le faire sécher à plat après l’avoir glissé dans une serviette en éponge. Il ressortirait alors comme neuf, ou presque.

“Irrécupérable”

Magique ? Cécile, 36 ans, a testé dans l’espoir de redonner vie à son pull en cachemire passé d’une taille M à celle d’un bébé de 6 mois. «J’ai suivi à la lettre une recette trouvée sur Internet en plongeant mon pull toute une journée dans une eau remplie d’adoucissant. Il est ressorti en taille 6 ans et extrêmement doux», résume la trentenaire avec ironie. Pour Fabrice Rimbault, ingénieur textile au CTTN – Institut de recherche sur l’entretien et le nettoyage, ce bilan globalement négatif n’est pas étonnant : «Un pull soumis à un fort retrait (phénomène de rétrécissement, NDLR) est irrécupérable. Même si l’idée de cette technique a du sens, son efficacité est quand même très limitée, elle peut fonctionner pour des pièces qui ont eu un léger feutrage».

L’après-shampoing, produit miracle ?

Par feutrage, il faut comprendre l’altération d’un tissu de laine qui, sous l’effet d’un entretien très vigoureux, prend l’aspect du feutre. Il commence par se former au lavage. Les écailles des fibres s’ouvrent sous l’action de l’eau et de la chaleur. Les fils se libèrent alors partiellement et se frottent les uns aux autres. Vient alors le coup de grâce : le séchage. L’eau s’évapore et le réseau de fibres se resserre davantage, formant une matière plus dense qu’à l’origine donnant l’effet d’un rétrécissement. La technique dévoilée sur TikTok peut alors s’avérer utile. «L’après-shampoing va faire glisser l’écaille et les fils ne vont donc plus s’accrocher les uns aux autres, ce qui va détendre le vêtement, mais ça ne fonctionnera que sur des pièces où les écailles ne sont pas trop accrochées entre elles. On peut aussi le récupérer en le repassant ou en le confiant à un pressing qui aura le matériel pour essayer de l’étirer», poursuit l’expert. En bref, un pull qui n’aura perdu que quelques centimètres au lavage.

Suivre l’étiquette

Tous les textiles ne sont pas logés à la même enseigne, certains sont susceptibles de rétrécir davantage au lavage. Sans grande surprise, le phénomène arrive souvent quand on ne lit pas les étiquettes. Celles-ci précisent si le vêtement supporte ou non un lavage à 40 degrés ou plus, puis un séchage en machine, ainsi que le repassage. Et s’il a été “traité au retrait” lors de sa fabrication. «S’il est écrit lavage à la main, ça donne une idée du comportement du vêtement», détaille Fabrice Rimbault.

La laine, le cachemire et le mohair

Si la plupart des laines passent en machine, il faut néanmoins s’assurer que le programme «linge délicat» soit enclenché, afin de garantir que l’eau de lavage ne dépasse pas les 35 degrés et que l’essorage ne soit pas trop vigoureux. Dans tous les cas, il est recommandé de ne pas faire sécher son pull en laine au sèche-linge, mais plutôt à plat et à l’air libre.

Le coton et le lin

Ces matières dites fibres cellulosiques peuvent se laver à haute température, avec le risque néanmoins qu’elles rétrécissent un peu au lavage. Il n’est pas rare de voir son jean «plus serré» une fois sorti du tambour. Mais la fibre se détend quand on l’étire ou quand on la repasse. Certains cotons sont mélangés à des fibres synthétiques comme le polyester qui n’est pas au sujet au retrait, pour éviter qu’il ne rétrécisse au lavage

L’acrylique et le polyester

​Les fils synthétiques ne diminuent de taille pas au lavage, ni au séchage. En revanche, le phénomène de retrait peut s’observer sur certains polyesters au moment du repassage. C’est aussi avec cette manière qu’on fixe ces vêtements lors de leur fabrication.

La soie

La soie non plus ne rétrécit pas au lavage, ni au séchage. Sa principale faiblesse se loge dans le risque de décolorimétrie ou les phénomènes de blanchissement. Seules les soies de crêpes peuvent se resserrer dans l’eau. Dans ce cas le vêtement peut être récupéré au repassage.

Source: Lire L’Article Complet