Robe de mariée découpée et boots plateformes : Emma Watson perturbe les codes du tapis rouge

Dans la grande foire des tapis rouges, elle fait partie des discrètes. Dimanche, l’actrice britannique a pourtant marqué les esprits en portant un look exhubérant signé Harris Reed, le créateur americano-britannique en pleine ascension.

Elle n’avait pas joué l’exercice du tapis rouge depuis décembre 2019. Pour ce retour sous les projecteurs, Emma Watson a choisi l’événement Earthshot Prize, tout nouveau prix lancé avec le soutien de la Fondation Royale du prince William et de Kate Middleton pour récompenser les solutions en faveur de l’environnement. Pendant que les observateurs se rappelaient au souvenir de la première sortie de la tenue de la duchesse de Cambridge, une robe empire lilas portée en 2011, l’actrice britannique envoyait, l’air de rien, valser les codes archétypaux du tapis rouge (robe grand soir et jambes juchées sur de hauts talons).

Emma Watson a semblé prendre plaisir à avancer dans un ensemble pantalon. Et puisqu’on parle pantalon sur tapis rouge, on se souvient que l’actrice n’en est pas, en réalité, à son coup d’essai (le Met Gala en 2016). Mais cette fois elle lui donne un twist stylistique rafraîchissant avec une création du designer émergent Harris Reed.

Emma Watson sur le tapis du Earthshot Prize en Harris Reed. (Londres, le 17 octobre 2021.)

Un romantisme non genré

À bien y regarder, la tenue qui se compose d’une blouse sans manches réalisée à partir de taffetas et de mousseline de soie et d’un pantalon noir évasé rehaussé d’une paire de boots noires à semelle épaisse en caoutchouc souligne ses engagements en faveur d’une mode éthique (le haut est réalisé à partir d’une vieille robe de mariée, le bas provient d’un vieux stock). Et se double de l’éloge d’une attitude : l’affirmation de porter ce qu’elle veut. Un peu comme Harry Styles portant une robe en une de Vogue. Rien d’étonnant à cela, c’est Harris Reed qui était aux commandes vestimentaires (encore). Le créateur mi-anglais mi-américain, âgé de 25 ans, s’est fait un nom en brouillant les frontières du genre avec ses looks haut en taffetas, en blouse vintage, en smoking rayé esprit seventies qu’il décrit comme répondant au «romantisme non binaire».

Source: Lire L’Article Complet