Shopping en ligne : 7 conseils pour des achats sans risque ni arnaque

Acheter de de nouveaux vêtements ou encore de la déco ou ses fournitures scolaires depuis son canapé, oui ; se faire pirater, on préfère éviter. Voici quelques astuces et bonnes habitudes à prendre pour écarter toute cyberattaque et mauvaise surprise.

Restez informée

Les plateformes d’e-commerce n’ont cessé de se multiplier dans le monde entier, et la crise sanitaire n’aura fait que pousser naturellement à la consommation en ligne, au point même d’atteindre un record de 22 milliards de visites, observé en juin 2020. Vêtements issus des dernières tendances mode mais aussi objets technologiques en premier lieu, ou encore maintenant courses du quotidien (42 % de la population aux États-Unis l’année dernière), tout est prétexte à commander en direct de son ordinateur, de sa tablette ou encore de son smartphone. On s’attendrait même à ce que 63 % de la population mondiale fasse des achats sur Internet d’ici 2025, selon Statista. En conséquence, la recrudescence des cybermenaces (hameçonnage, vol de données, spams, etc) selon Avira*, éditeur de logiciels antivirus, qui nous livre ses précieux conseils pour faire des achats en ligne en toute sécurité et sans se faire pirater.

1. Faire ses achats sur des boutiques de confiance

La probabilité de se faire arnaquer est beaucoup plus faible si les achats sont effectués sur des plateformes d’e-commerce réputées et/ou que l’on connaît déjà. Toutefois, il est nécessaire de bien vérifier que nous sommes sur le bon site. Une faute de frappe dans la barre d’adresse pourrait rediriger vers un site frauduleux qui ressemble à s’y méprendre à celui recherché, mais qui est en fait conçu pour dérober les données personnelles. Créer de faux sites Internet est l’une des techniques les plus courantes d’hameçonnage.

2. Faire attention aux arnaques d’hameçonnage

L’hameçonnage se présente sous plusieurs formes : de faux sites Internet, des e-mails contenant des liens d’hameçonnage, des publications sur les médias sociaux qui font la promotion d’offres trop belles pour être vraies. Lorsqu’une offre a l’air bien trop intéressante, les internautes doivent rester vigilants et vérifier tous les détails. Les escrocs utilisent souvent l’argument de l’urgence pour convaincre les acheteurs qu’ils doivent acheter le produit immédiatement, sans lire les conditions.

3. Vérifier les nouvelles boutiques en ligne

Si les consommateurs trouvent effectivement une super offre sur une boutique en ligne qu’ils ne connaissent pas, quelques instants sont à prendre pour vérifier quelques détails. Surtout pour s’assurer que le site utilise le protocole sécurisé HTTPS. Ensuite, il faut inspecter le certificat SSL pour s’assurer que le site est conforme à sa description.

À savoir : chaque site sécurisé qui utilise le chiffrement dispose d’un certificat SSL. Pour consulter ce dernier, il suffit de cliquer sur l’icône de cadenas dans la barre d’adresses. Sous Chrome et Safari, il faut cliquer sur “Afficher le certificat”. Sous Firefox, le clic se fait sur “Connexion sécurisée” puis sur “Plus d’informations”. Le nom du certificat doit correspondre à l’entreprise qui détient le site Internet et il doit être émis par une autorité de confiance comme VeriSign, Thawte, Entrust ou Symantec par exemple.

4. Shopping en ligne : éviter les Wi-Fi publics

Les réseaux Wi-Fi publics sont par nature peu sécurisés et à éviter quelle que soit l’activité.
Pour faire des achats ou consulter ses comptes sur Internet, ou d’autres activités qui contiennent des données sensibles, comme des numéros de cartes bancaires, il ne faut jamais utiliser de Wi-Fi public. Bien qu’il soit pratique de pouvoir faire ses achats n’importe où, il n’est pas à oublier que les cybercriminels peuvent facilement intercepter toutes données possibles sur un Wi-Fi public.

5. Utiliser un VPN

Si les consommateurs n’ont pas d’autres choix, ils peuvent protéger la connexion avec un VPN. Ce dernier masque l’adresse IP et crée un protocole tunnel entre le réseau local et le serveur auquel les internautes essayent d’accéder, ce qui chiffre les données en transit. Les autres utilisateurs et même le FAI ne pourront pas suivre leurs activités.
Outre le fait d’augmenter la sécurité et la confidentialité, il y a un autre avantage au fait d’utiliser un VPN pour acheter sur Internet : ceux à la recherche de bons plans pourront trouver leur bonheur. En effet, l’utilisation d’un VPN ouvre la possibilité de faire ses courses sur le site d’un autre pays, où les prix sont plus bas ou même accéder à de bonnes affaires qui ne sont pas valables pour leur région.

6. Paramétrer des mots de passe dédiés

Il faut généralement créer un compte sur chacune des boutiques en ligne, aussi la tentation est-elle grande de réutiliser les mêmes mots de passe. Pour plus de sécurité, il faut prendre le temps de créer un mot de passe unique pour chacun de ses comptes. Si l’imagination et les idées de mots de passe ne sont pas au rendez-vous, il est possible d’utiliser un gestionnaire de mots de passe. Sur ces gestionnaires, comme Avira en propose, les internautes peuvent enregistrer autant de mots de passe souhaités et se connecter instantanément à toutes leurs boutiques en ligne préférées en se souvenant uniquement d’un seul mot de passe maître.

Par ailleurs, certaines boutiques en ligne permettent aussi de se connecter à l’aide d’un autre compte, comme Facebook ou Google. Cela peut sembler pratique et facile, mais il ne faut pas oublier qu’en choisissant cette solution, la boutique a accès au profil public, à l’adresse e-mail, peut-être même la liste de contacts de l’utilisateur.
Pour limiter le volume de données personnelles, il vaut mieux créer des comptes séparés pour chaque service utilisé. Avec un gestionnaire de mots de passe, organiser tous ses comptes devient un jeu d’enfant.

7. Payer avec une carte de crédit dans la mesure du possible

Pour limiter les risques, l’utilisation d’une carte de crédit plutôt qu’une carte à débit immédiat peut être également une solution lorsqu’elle est possible. Si les détails de la carte se retrouvent entre de mauvaises mains, les cybercriminels n’auraient pas accès au compte bancaire de la personne payante. La fraude à la carte de crédit étant malheureusement très courante, les détenteurs de cartes de crédit ne sont pas responsables en cas d’achats frauduleux. Utiliser une carte de crédit virtuelle est aussi une option, qui permet d’être doté d’un numéro de carte bancaire temporaire, que les pirates ne pourront pas réutiliser.

*Merci à Avira, éditeur de logiciels antivirus qui a pour mission de protéger les personnes dans un monde connecté et de donner à chacun(e) les moyens de reprendre les rênes de sa vie numérique. Le portefeuille de l’entreprise comprend de nombreux produits primés de sécurité et de confidentialité, conçus pour Windows et Mac, pour Android et iOS, pour les réseaux domestiques et les objets connectés (IoT).

Source: Lire L’Article Complet