Sorti de son image "baba cool", le lin est la fibre vedette de la saison

Cette fibre végétale, au profil écologiquement correct, tisse sa toile dans les collections printemps-été 2021. Analyse d’un engouement.

Le grand bond

De nouvelles perspectives s’ouvriraient-elles pour le lin ? Autrefois associé aux allures froissées, il a fait une percée remarquée dans les défilés printemps-été 2021. Dans un esprit délicatement raffiné chez Fendi, sophistiqué et gothique chez Maison Margiela, minimal et champêtre chez Jacquemus, bohème chic chez Dior, pas de doute, cette fibre naturelle inspire les marques. Une étude, menée par la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC )avec le moteur de recherche Tagwalk, montre d’ailleurs que 16 % des grandes maisons proposent cette saison au moins un look en lin – un bond de 102 % par rapport au printemps-été 2020. Plus largement, 49 % des designers ont présenté au moins une silhouette en lin dans leurs collections et 64 % des marques ont utilisé ce dernier de façon significative pour la première fois.

En vidéo, le défilé Dior printemps-été 2021

Éthique et authentique

«Le lin a l’image d’une fibre simple qui a traversé le temps. Il répond ainsi aux envies de sincérité. Il est donc normal qu’il ait attiré l’attention aussi bien des consommateurs en quête de valeurs que celle des créateurs qui se tournent désormais, en phase avec la société, vers plus d’éthique», analyse Marie-Emmanuelle Belzung, déléguée générale de la CELC. Car, alors que les conditions de production du coton sont montrées du doigt, le lin affiche, lui, un profil écologique respectable. Peu gourmand en eau, il nécessite une rotation des terres, ce qui préserve leur fertilité, et une main-d’œuvre qualifiée donc mieux rémunérée. Face à ces qualités, de plus en plus d’agriculteurs se tournent vers le lin, faisant de la France le premier producteur au monde. Mais pourquoi séduit-il aussi la fashion sphère ? «Les tisseurs et tricoteurs l’ont bien réinventé, le sortant de son image «baba cool», explique Marie-Emmanuelle Belzung. L’offre évolue avec beaucoup d’innovations et d’hybridations : le lin est désormais mélangé à de la laine, du lurex…»

Retour en France

Il est aussi lié à l’histoire du patrimoine industriel français. Si de nombreuses entreprises textiles ont fermé leurs portes ou ont délocalisé en Europe et si la Chine s’est aussi emparée de cette fibre, on assiste depuis quinze ans à un retour de la chaîne de fabrication du lin en France avec de nombreux projets en cours de développement. Résultat, les griffes de luxe mais aussi l’ensemble des créateurs peuvent désormais sourcer la matière localement et afficher une grande traçabilité.

Alors le lin va-t-il devenir la nouvelle vedette des dressings ? «Il apparaît de façon continue dans les recherches sur Tagwalk, avec une hausse de 25 % en 2020 versus 2019, toutes matières confondues», souligne Alexandra Van Houtte, fondatrice du moteur de recherche. Agréable au porté, léger, écolo, intemporel, il semble cocher toutes les cases de l’été 2021. Et s’il ne représente encore que 0,4 % des fibres textiles mondiales, il est en train, peu à peu, de solidement tisser sa toile.

Source: Lire L’Article Complet