D’Orry-la-Ville à la BBC, la chanteuse Kitty sur la route du succès

Teinture de cheveux violette, ou parfois rose, tenues quelque peu excentriques, Lorien, alias Kitty son deuxième prénom et nom de scène, 22 ans, aime se démarquer. Originaire d’Orry-la-Ville, pour elle, « le look fait partie de l’art ».

Le sien d’art, c’est la chanson. Depuis trois ans, elle étudie la musique à l’Université de Hull, au nord-est de l’Angleterre. « On a des cours de musicologie, on joue avec un orchestre et on apprend à mettre en scène un concert. » Son amour pour la musique, lui, remonte à son plus jeune âge, où bercée par la guitare de son père, elle rêvait de devenir chanteuse. « J’ai grandi à Chantilly, c’est là-bas que j’ai appris à jouer de la guitare et où j’ai pris des cours de chant au conservatoire », raconte-t-elle.

« Un son unique et excitant »

Après le bac, elle s’est envolée outre-Manche, où elle a posé, pour la première fois, son micro sur scène à Londres, dans les studios de la BBC, la célèbre radio britannique. Une représentation en juillet 2019, une autre en mars 2020 pour présenter, en avant-première, son tout premier album « The Dark Age », sorti cette semaine.

« J’étais accompagnée, entre autres, par les violonistes de ma promotion, se souvient-elle. Une sensation incroyable de chanter par-dessus de vrais instruments », poursuit la chanteuse oisienne qui a enregistré son opus depuis sa chambre. « Kitty a réussi à créer un son si unique et excitant », décrit à l’antenne Alan Raw, journaliste à la BBC.

Comparée à Lady Gaga et Mylène Farmer

« J’aime écrire des histoires à travers des paroles de chanson, explique la jeune artiste oisienne. Cet album, c’est un peu celle d’une société qui s’essouffle. » A travers les titres « 2020 » et « Notre Dame » notamment, elle tente de dresser un parallèle entre un monde contemporain qui souffre, et des époques plus ou moins lointaines, « comme l’effondrement de l’Empire gallo-romain ou les excès des années 1920 ».

Des thématiques un peu « dark », rigole-t-elle, d’où le titre de son premier opus, et un style caractéristique d’une pop moderne aux sonorités électroniques qui lui a valu des comparaisons aux plus grandes artistes du genre de ces dernières décennies telles que Lady Gaga, Mylène Farmer, ou encore Lana Del Rey.

Un premier single à 17 ans

De manière indirecte, c’est, en quelque sorte, grâce à cette dernière que Kitty a connu son premier succès sur Internet. En 2016, à seulement 17 ans, la jeune oisienne dévoile son premier titre, « Monaco ».

Et, alors qu’elle est encore inconnue aux yeux et oreilles du grand public, elle voit une chaîne YouTube tenue par des fans de la célèbre artiste new-yorkaise, reprendre son titre en y créditant le nom de Lana Del Rey, leur idole.

« J’étais à la fois flattée d’être comparée à cette célèbre chanteuse, raconte Kitty, mais aussi frustrée de ne pas recevoir les louanges de ce titre. » La vidéo, qui compte plus de 60 000 vues, existe toujours sur la plate-forme de vidéo en ligne, mais son propriétaire a depuis modifié le nom de l’auteur, s’agissant bien de la jeune artiste oisienne.

« Exporter ma musique à Paris »

Bientôt diplômée, Kitty va désormais se consacrer pleinement à sa carrière. « J’ai quelques opportunités en Angleterre, un nouveau passage à la BBC en septembre, annonce-t-elle. J’aimerais aussi exporter ma musique à Paris. »

En attendant de monter sur de nouvelles scènes, toujours fermées à cause de la crise sanitaire, Kitty écrit des chansons pour d’autres artistes. « Le contexte est très particulier, mais je suis confiante et impatiente de jouer mon album en live. »

Kitty – « The Dark Age », disponible sur les plates-formes de streaming audio.

Source: Lire L’Article Complet