Les 150 ans de La Commune de Paris célébrés par Les Ogres de Barback, Corentin Coko et une vingtaine d'artistes

La Commune de Paris est un épisode célèbre et tragique de l’Histoire de France qui fête ses 150 ans cette année. Pour rendre hommage aux communards et aux poètes-chansonniers qui ont mis en musique cette révolte, plusieurs artistes se sont réunis sur le disque La Commune refleurira, sorti le 8 octobre.

L’album a été produit par Irfan, le label des Ogres de Barback. Mais comme nous l’ont expliqué deux des musiciens du groupe, Sam et Alice Burguière, juste avant leur concert du 14 octobre à Lyon, l’initiative de cet enregistrement est venu d’un de leurs amis, le chanteur Corentin Coko.

Une résonance avec la période actuelle

Des chansons qui datent de 150 ans ou plus, car certaines ont été écrites bien avant La Commune, et pourtant des thèmes qui font instantanément écho à notre société d’aujourd’hui. Dans les notes de pochette, Les Ogres de Barback expliquent : « Nous avons tenté de tisser un fil entre passé et présent. Respecter l’Histoire, montrer une époque, ses utopies, ses pensées, ses vers. Mais aussi s’approprier cette Histoire, ré-interpréter ces chansons, créer des arrangements, des mélanges, qui nous parlent aujourd’hui. Les imaginer chantées dans une manif de 2021… »

Une façon de redécouvrir l’histoire de La Commune, une série d’évènements dont on ne connaît pas forcément bien tous les rouages. Mais ces thèmes abordés dans les chansons restent encore tellement actuels que le disque donne envie de s’y intéresser plus profondément.

Des recherches pour des textes inédits

Quand on évoque La Commune, deux chansons viennent spontanément à l’esprit : L’internationale et Le temps des cerises. On apprend d’ailleurs que la seconde a été écrite bien avant et a été ensuite dédiée à une ambulancière très active pendant les affrontements entre Communards et forces de l’ordre du gouvernement d’Adolphe Thiers.

Mais ce disque a aussi été l’occasion de rechercher des textes beaucoup moins connus voire totalement inédits. Parfois, les partitions musicales n’ont même pas pu être retrouvées, ce qui a poussé certains artistes à composer aujourd’hui pour des paroles de l’époque.

Un esprit festif et des styles très différents

Ce qui transparaît à l’écoute des chansons est la dualité entre une histoire tragique et un esprit festif semblant vouloir conjurer le sort. Ce Temps des cerises qui démarre sur un piano en mode mineur nous embarque vite dans une ambiance de fête et de joie.

Ce n’est pas vraiment surprenant quand on connaît la musique des Ogres de Barback. Et même les arrangements des autres artistes du disque restent dans l’esprit de ce qui a fait leur style depuis 25 ans. Alice précise : « On ne voulait pas quelque chose de plombant. Ce sont des sujets graves, mais plein d’espoir ».

Le titre issu d’une chanson de Renaud

S’il y a un chanteur français qui a longtemps incarné ce sentiment de révolte, et en même temps ancré dans la chanson réaliste et populaire du XIXe siècle, c’est bien Renaud. Le chanteur énervant a cité plusieurs fois La Commune dans ses textes, par exemple dans Rouge Gorge en 1988, mais surtout dans une de ses premières chansons emblématiques en 1975 : Société tu m’auras pas. Et le vers « La Commune refleurira » (qui deviendra en concert à Bobino « L’anarchie refleurira ») était tout trouvé pour devenir le titre de ce disque.

L’auteur d’Hexagone et de Société tu m’auras pas, mais aussi du fameux « tatatin… » ne pouvait pas ne pas figurer sur l’album. Une apparition en forme de clin d’œil qui rappelle l’attachement du chanteur aux valeurs révolutionnaires.

Un disque pour donner envie

En se lançant dans le projet, Les Ogres de Barback se sont rappelé qu’un de leurs oncles était membre d’une association en mémoire de La Commune de Paris, et il signe d’ailleurs quelques notes à l’intérieur du livret. Une histoire de filiation en quelque sorte. Et c’est aussi l’esprit de ce disque, comme l’explique Sam : « Donner envie d’aller fouiner sur le sujet ».

Avec des interprètes comme François Morel, HK, Francesca Solleville, Christian Olivier, Michèle Bernard et bien d’autres, le pari des Ogres de Barback et Corentin Coko est effectivement réussi. A l’écoute de ces chansons fortes et prenantes, on ne peut qu’avoir envie d’aller rechercher et se documenter sur cet épisode incontournable de notre Histoire.

La Commune refleurira est sorti le 8 octobre sur le label IRFAN

Retrouvez toutes les infos sur le site officiel

Source: Lire L’Article Complet