American Horror Stories : Episodes 1 et 2, maison hantée et crimes saphiques, notre verdict du spin-off

La première partie du spin-off American Horror Stories est là et elle devrait plaire aux fans de Murder House.

Quelques temps après vous avoir dévoilé la bande-annonce effrayante d’American Horror Stories, spin-off d’American Horror Story, on vous propose de découvrir notre verdict du season premiere double afin de savoir s’il vaut le coup. Pour rappel, American Horror Stories est aussi une série d’anthologie mais dont chaque épisode raconte une histoire différente en rapport avec les mythes et légendes de l’univers crée par Ryan Murphy. Dans le season premiere, divisé en 2 parties, c’est à Rubberman qu’on s’intéresse, dans le décor familier de la saison 1 d’American Horror Story, la fameuse “Murder House”.

Scarlett et Maya

“Rubber(wo)man” se déroule après American Horror Story, mais les caméos y sont rares pour une bonne raison : Ryan Murphy a expliqué qu’il ne voulait pas que des personnages cultes, comme Violet (Taissa Farmiga) et Tate (Evan Peters), volent la vedette aux personnages actuels, notamment Scarlett (Sierra McCormick). Les 2 épisodes peuvent donc se regarder indépendamment du reste, même s’il y a évidemment plusieurs références à Murder House. Et c’est une des choses qui peuvent clairement plaire aux fans du genre, non seulement parce que Murder House était une excellente saison, mais aussi parce que Ryan Murphy a, pour une fois, réussi à raconter une histoire simple du début à la fin et sans (trop de) fioritures.

Scarlett et la Murder House

Le créateur de séries a en effet pour habitude de prendre les chemins les plus tortueux pour atteindre son but, or ce season premiere se regarde comme un bon film d’horreur de série B, avec ses clichés et ses jump-scares. Comme souvent avec Murphy, on retrouve donc des éléments familiers : un couple gay, une ado victime des meufs populaires de son lycée, une maison hantée – mais avec un ou 2 twists ici et là. On ne sait d’ailleurs pas s’il a voulu surfer sur la vibe de la fantastique The Haunting of Bly Manor (Netflix), mais l’histoire d’horreur se transforme rapidement en histoire d’amour lesbienne pour notre plus grand plaisir. C’est donc un pari réussi pour ce petit à-côté de Murder House, avec un décor familier et toujours aussi intrigant, des références à l’univers connu des fans, pas mal de fun grâce à une touche absurde, et une histoire simple et efficace.

Source: Lire L’Article Complet