Audiard, Amalric et Noémie Merlant sur la Croisette

Non, Jacques Audiard n’est pas un réalisateur mort et il tient à le faire savoir. Notamment en conférence de presse à la question de savoir s’il considérait Les Olympiades comme une renaissance. « Donc pour vous je suis mort ? » a questionné Jacques Audiard avec humour. Avant d’ajouter : « Je vais essayer de considérer tous mes films comme des premiers. Ce sera ma marque de fabrique et ça vaut toujours mieux que se spécialiser dans les derniers films. » Plus tard en tête-à-tête, Jacques Audiard a confié à 20 Minutes sa joie de revenir à Cannes pour présenter ce film cruel et drôle sur des trentenaires en quête de sexe et de tendresse. « J’espère que ça donner des idées coquines aux festivaliers, a-t-il ajouté. Si le film leur donne envie de sexe, ça me va très bien. »

Rayonnante Noémie Merlant

Noémie Merlant était plus rayonnante que jamais pour évoquer Les Olympiades de Jacques Audiard dans lequel elle incarne une jeune femme qui redécouvre le désir. Après Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, elle retrouve un rôle pétillant de liberté. « Cannes est un festival ouvert à tous les sens du terme, a-t-elle déclaré à 20 Minutes. Et ce film qui célèbre le sexe dans toute sa diversité, sans tabou ni culpabilité, y est parfaitement à sa place. »

Absente Léa Seydoux

Les bruits les plus fous ont couru sur une éventuelle arrivée secrète de Léa Seydoux, diagnostiquée positive au Covid le week-end dernier. Et puis non, il a fallu s’y résoudre, même si elle est lumineuse en objet de désir dans L’Histoire de ma femme d’Idilko Enyedi, dans le rôle d’une femme qui se retrouve marié à un capitaine de la marine marchande à la suite d’un pari. « C’était une œuvre collective à laquelle Léa a tant apporté que nous sommes terriblement tristes qu’elle ne puisse pas présenter le film avec nous », a regretté la réalisatrice hongroise. Lauréate de la Caméra d’or en 1989, Idilko Enyedi pourrait se voir récompenser pour ce nouveau film romantique aux images à couper le souffle.

Mathieu Amalric encombré

Il a monté les marches comme acteur pour The French Dispatch de Wes Anderson. Mais Mathieu Amalric présentait aussi son propre film  Serre-moi fort, dans la section Cannes Premières. « Ça semble être l’histoire d’une femme qui s’en va » annonce le dossier de presse de ce beau film envoûtant dont la conférence de presse n’a pas eu lieu, l’acteur-réalisateur ayant été retenu dans les embouteillages.

Simon Rex bien équipé

Sean Baker, réalisateur de l’excellent The Florida Project, fait son retour sur la Croisette avec le non moins réussi Red Rocket. Cette histoire d’un acteur de porno qui revient squatter chez son ex-femme est d’autant plus réussie que l’ex-animateur de MTV 
Simon Rex livre une performance épatante en rendant sympathique ce loser irresponsable. L’acteur a cependant refusé de lever le voile sur la scène où il galope tout nu dans une rue de la ville. « Je préfère garder le secret », a-t-il déclaré quand on lui a demandé s’il portait une prothèse.

Source: Lire L’Article Complet