Comment Riz Ahmed perd l'ouïe dans « Sound of Metal »

  • « Sound of Metal » offre un rôle exigeant à Riz Ahmed, étonnant en batteur de hard-rock qui devient sourd.
  • Ce premier film de Darius Marder fait partager l’expérience de ce jeune homme isolé par un handicap qui l’empêche de pratiquer son métier.
  • L’ingénieur du son français Nicolas Becker et son équipe ont reçu un Oscar pour leur travail impressionnant.

C’est l’histoire du batteur d’un duo de hard-rock qui devient soudainement sourd. Sound of Metal, premier film de Darius Marder présenté au
Festival de Deauville, permet d’appréhender le cauchemar que vit ce musicien interprété par
Riz Ahmed.

Va-t-il choisir de vivre avec cette surdité qui l’éloigne de sa compagne et partenaire jouée par Olivia Cooke ? Ou choisir de porter un appareil ? Tels sont les enjeux d’un film passionnant dans lequel
Mathieu Amalric fait une apparition en papa concerné.

Un Oscar pour le son

Le réalisateur, connu pour avoir écrit le scénario de A Place Beyond The Pines de Derek Cianfrance, s’est inspiré de sa grand-mère qui a soudain perdu l’ouïe après avoir pris des médicaments. Elle s’est retrouvée « piégée dans un no man’s land entre le monde sourd et le monde entendant », explique-t-il dans le dossier de presse. C’est cette expérience traumatisante que retranscrivent l’ingénieur du son français
Nicolas Becker et son équipe qui ont reçu un Oscar pour leur fabuleux travail.

« Nicolas Becker est un savant fou. Toutes ses idées pour développer ce paysage sonore sont incroyablement complexes, mais le rendu est si élégant qu’il semble presque simple, intuitif, alors qu’il y a un nombre incalculable de pistes audio qui se superposent dans le mixage sonore de ce film », explique Riz Ahmed. L’acteur n’a pas hésité à se mettre en immersion totale pour comprendre ce que ressent son personnage.

L’expérience de la surdité

Non content d’apprendre à jouer de la batterie, le comédien s’est initié à la version américaine de la langue des signes. Il portait aussi des implants qui produisaient un «bruit blanc » puissant ce qui l’aidait à simuler la perte auditive pour essayer de mieux comprendre ce que ressent son personnage. Grâce à ce procédé, Riz Ahmed ne pouvait même plus entendre le son de sa propre voix. « Bien sûr, je ne saurais jamais ce que c’est que d’être complètement sourd, mais les implants ont contribué à créer certains des effets secondaires de la surdité, et c’était intense », précise-t-il.

C’est ce que ressent aussi le spectateur au gré de ce film passionnant où le son et l’image se répondent et s’entremêlent. Le résultat est saisissant. L’isolement du héros handicapé pour pratiquer sa passion et sa tentation de replonger dans des addictions passées sont dépeints avec une grande sensibilité par Darius Marder. Sound of Metal est une réussite totale.

Source: Lire L’Article Complet