En ne diffusant pas "Strange World" en salle, Disney entre en guerre contre le cinéma français

C’est une information qui fait l’effet d’une bombe dans la bataille que se livrent les plateformes de streaming et les acteurs du cinéma français depuis des mois. Le géant américain du cinéma Disney a annoncé mercredi 8 juin qu’il priverait les salles françaises de son prochain film d’animation, Strange World, pour diffuser ce blockbuster directement sur sa plateforme en ligne fin 2022.

« C’est la conséquence de la ‘chronologie des médias’ telle que pratiquée en France que nous jugeons inéquitable, contraignante et inadaptée aux attentes de nos audiences », a déclaré aux journal Les Echos la présidente France de Disney, Hélène Etzi.

17 mois entre la sortie au cinéma et sur les plateformes

La décision ne s’appliquera qu’en France. La chronologie des médias régit les dates auxquelles les films peuvent être diffusés, en streaming et à la télévision notamment, dans les mois qui suivent leur sortie au cinéma.

Selon le nouvel accord conclu fin janvier, les plateformes qui n’ont pas signé cet accord, dont Disney+, doivent attendre 17 mois avant de pouvoir diffuser leurs films après leur sortie au cinéma. Elles passent tout de même devant les chaînes de télévision gratuites, ces dernières diffusant toujours les films 22 mois après la sortie en salles.

>> Lire aussi : Comment Netflix veut restreindre le nombre d’utilisateurs qui regardent gratuitement ses contenus

Ce dispositif a pour objectif de protéger les salles de cinéma, en leur donnant la primeur, mais aussi les chaînes et diffuseurs qui financent le cinéma. La France
cherche ainsi à préserver la diversité de sa production cinématographique, à laquelle les différents gouvernements sont restés attentifs.

La sortie au cinéma de Buzz l’éclair » est maintenue

Dans un communiqué transmis à l’AFP, le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français, Marc-Olivier Sebbag, dénonce une « décision totalement inacceptable », « terriblement injuste » et demande à Disney de revenir sur
ce choix.

Il appelle les pouvoirs publics à permettre « une résolution rapide de ce problème
majeur pour (le) secteur ». Dans les autres pays, les films peuvent généralement être diffusés sur les plateformes un mois et demi après leur sortie en salles.
Le géant du divertissement américain se plaint également d’une fenêtre d’exclusivité de « cinq mois » seulement, avant de voir son film basculer sur les chaînes gratuites.

Rien de décidé pour la sortie d’Avatar

Pour l’instant, seul Strange World est concerné, a précisé Mme Etzi aux Echos. La sortie de « Buzz l’éclair », long-métrage d’animation de Disney et déclinaison de la saga Toy Story, est prévue en salles le 22 juin. En revanche, rien n’est décidé à ce stade pour Black Panther ou le nouvel Avatar, deux grosses productions sur lesquelles comptent les salles pour améliorer des chiffres de fréquentation en berne.

« Nous continuons d’évaluer la situation film par film et pays par pays », a commenté la présidente France de Disney.

Source: Lire L’Article Complet