Epilation, cafard… Quand « Koh-Lanta » repousse les limites de la survie

Vous rêvez de passer quarante jours loin de votre famille ? Vous considérez Denis Brogniart comme un dieu parmi les hommes ? Les douches, vous n’y tenez pas tant que ça ? Peut-être que vous êtes la personne idéale pour participer à la prochaine saison de Koh-Lanta ! Mais attention, c’est une décision qui ne se prend pas à la légère.

Pour gagner la compétition, il faut déjà survivre aux autres, ce qui n’est pas tâche facile, mais il faut aussi enclencher le mode survie. Les aventuriers de la saison actuellement diffusée sur TF1 sont passés maîtres en la matière, et regorgent de trucs et astuces afin de vivre au mieux ce simili de confinement au beau milieu des îles Fidji.

L’astuce beauté : le feu

Même Enjoyphoenix n’aurait pas osé faire un tuto beauté comme celui-là. Pourtant, prendre soin de soi n’est pas une activité à négliger sur Koh-Lanta lorsque tout ce que vous avez à faire de votre journée, c’est aller chercher du bois et bronzer sur la plage. En partant de ce principe-là, Ava s’est réveillée avec la ferme intention d’ouvrir son salon d’esthétique dans les Fidji.

L’astuce est simple : pour éviter d’avoir des dessous-de-bras aussi fournis que la barbe des hommes après trente jours sans rasage, la candidate a pris un bout de bois, l’a fait chauffer dans le feu, et s’est brûlé les aisselles avec. Courageuses mais pas téméraires, ses camarades n’ont pas osé franchir le pas. On les comprend.

L’astuce gastro(nomie) : le cafard

D’habitude, ce que l’on retrouve au menu du restaurant de Koh-Lanta se résume globalement à du riz, du manioc et de la noix de coco. A part le vendredi, où c’est jour de poisson pour ceux qui savent manier le harpon. Hormis cela, les aventuriers mangeraient le sable pour étouffer leur faim s’ils le pouvaient. Angélique, elle, ne s’avoue pas vaincue et s’est lancée dans une pause goûter plus que douteuse…

La candidate venue des Hauts-de-Seine a décidé, dans le onzième épisode, de faire cuire un cafard sur une machette. Après tout, pourquoi pas ? On dit bien que les insectes seront peut-être notre viande de demain. De là à faire griller un cafard et à le déguster comme une chips, il n’y a qu’un pas qu’on ne se permettra pas de franchir.

On se dit quand même que c’est toujours mieux que le rat que les aventuriers de la tribu du Sud avaient attrapé dans l’optique de le manger en début de saison. Heureusement, ils avaient fini par le relâcher dans la nature. On n’était pas passés loin de la Ratatouille.

L’astuce loisirs : les petits trous

Seuls sur leur île, il devient difficile pour les aventuriers de compter les jours qui passent. Pour les embrouiller, Denis Brogniart porte même au poignet une montre qu’il dérègle. Comme un pied de nez face au sadisme de l’animateur de l’émission, Loïc et Bertrand-Kamal ont trouvé une astuce pour savoir rapidement depuis combien de temps ils sont naufragés.

« Je fais des trous, des petits trous, encore des petits trous ». Le principe est aussi simple que la chanson : les deux anciens membres de la tribu verte prennent un bout de bois qu’ils font chauffer, et percent un trou dans leur pull. On va dire que c’est toujours mieux que de s’en servir pour se brûler les poils des aisselles.

Source: Lire L’Article Complet