France Inter : un auditeur à bout de nerf interpelle Gabriel Attal en larmes puis est coupé

Invité de la matinale de France Inter mardi 4 janvier, Gabriel Attal a été confronté aux questions des auditeurs. Parmi eux, Patrick, qui a vivement protesté contre les annonces gouvernementales concernant la rentrée scolaire, la veille du Jour J.

"Est-ce que vous trouvez ça acceptable ?" Dimanche 2 janvier, après deux semaines de vacances à l’occasion des fêtes de fin d’année, parents d’élèves et enseignants, ont appris la veille de la rentrée scolaire les nouvelles mesures gouvernementales afin de lutter contre la propagation du Covid-19. Dans un article payant du Parisien, Jean-Michel Blanquer a ainsi annoncé plusieurs prises de disposition que devront prendre rapidement les établissements scolaires, comme en imposant la multiplication des tests, mais aussi, faciliter la campagne vaccinale. Une annonce faite au dernier moment, ce qui n’a pas manqué d’agacer plusieurs personnes du corps enseignant, mais aussi, les directeurs et directrices d’école.

Un comportement de la part du gouvernement qui n’a pas manqué d’être pointé du doigt par plusieurs professionnels, comme Patrick, époux d’une directrice d’école, qui s’est insurgé dans les questions des auditeurs dans la matinale de France Inter, mardi 4 janvier. Alors que Léa Salamé et Nicolas Demorand recevaient Gabriel Attal, cet auditeur a interpellé, avec une vive émotion, le porte-parole du gouvernement. "Est-ce que vous trouvez que la façon dont sont traités les enfants, les parents et les enseignants actuellement, est quelque chose d’acceptable, de tolérable ?", a-t-il ainsi demandé, en larmes.

L’auditeur coupé avant la fin de sa réflexion

Interrogé sur sa vive émotion par Nicolas Demorand, Patrick a déploré les méthodes de communication du gouvernement, qui selon lui n’a pas prévenu assez tôt de ces nouvelles mesures, mais surtout, fait une annonce dans un journal privé, dans un article payant, avant de faire des communiqués via l’Éducation nationale. "[Mon épouse] guette depuis trois jours ses mails pour connaître les nouvelles consignes, rien ne tombe, et à 17 heures dimanche soir, il y a un article, payant, dans Le Parisien, où monsieur Blanquer explique quelles sont les nouvelles mesures", a-t-il déploré, avant d’être brutalement couper sans finir la fin de son propos.

Source: Lire L’Article Complet