Fusion TF1-M6 : pourquoi cet immense projet pourrait avoir du mal à voir le jour

Alors que les groupes TF1 et M6 ont pour projet de fusionner afin de créer un nouveau géant de la télévision, capable de rivaliser avec les plateformes américaines, l’Autorité de la concurrence a émis un premier avis défavorable à cette idée.

Concurrents depuis de nombreuses années, les groupes TF1 et M6 souhaitent désormais unir leurs forces, pour faire face à la concurrence des puissantes plateformes de streaming américaines. En effet, alors que le principal actionnaire allemand du groupe M6 a pris la décision de vendre la majorité de ses parts de l’entreprise, le groupe TF1 s’est porté candidat au rachat, enclenchant ainsi un processus de fusion entre les deux sociétés rivales. L’objectif de ce projet est de créer "le groupe de médias français proposant l’offre la plus diversifiée en télé, radio, digital, production de contenus et technologies", comme l’a indiqué un communiqué commun aux deux groupes.

Dans le détail, le groupe Bouygues, qui est le principal actionnaire du groupe TF1, va devoir débourser la somme de 641 millions d’euros pour racheter 30% du capital du groupe M6, actuellement détenu par RTL Group. Ce dernier ne se désengagera pas totalement de l’entreprise dirigée par Nicolas de Tavernost, étant donné que le groupe de médias allemand conservera 16% du capital de la nouvelle entreprise issue de la fusion entre TF1 et M6, dont Nicolas de Tavernost deviendrait le principal dirigeant. De son côté, l’actuel PDG de TF1, Gilles Pélisson, serait nommé au poste de directeur adjoint du groupe Bouygues, en charge des médias et du développement. Toutefois, ce projet de fusion entre TF1 et M6 risque de ne pas aboutir.

Fusion TF1-M6 : un premier avis défavorable de la part de l’Autorité de la concurrence

En effet, les services d’instruction de l’Autorité de la concurrence ont publié un premier rapport défavorable à cette fusion mardi 26 juillet 2022. L’institution s’inquiète notamment "des problèmes de concurrence significatifs" dans la publicité télévisuelle, étant donné que la nouvelle société résultant du rapprochement entre TF1 et M6 détiendrait pas moins de 75% du marché publicitaire. De leur côté, les deux groupes audiovisuels privés comptes répondrent à l’Autorité de la concurrence "dans les trois semaines". Pour rappel, cet avis défavorable ne préjuge pas de la décision finale du Collège de l’Autorité.

Source: Lire L’Article Complet