Gustave Kervern part à la pêche au « Poissonsexe »

  • Il est à la fouis question de vie marine et de sexualité dans le film d’Olivier Babinet,« Poissonsexe ».
  • Gustave Kervern incarne un biologiste qui cherche une mère pour son futur bébé.
  • Cette fable écologique à l’humour décalé interroge sur l’amour, le désir et les axolotls, bestioles craquantes à l’allure de Pokémon.

Sous le titre intrigant de Poissonsexe,
Olivier Babinet interroge la sexualité d’un homme moderne incarné par
Gustave Kervern. Dans la peau d’un biologiste marin en mal d’enfant, l’acteur et coréalisateur d’Effacer l’historique attendrit, tandis que son personnage pousse les bestioles qu’il étudie à s’accoupler pour éviter une catastrophe écologique.

« Quand j’ai commencé à écrire le film, je voulais moi-même avoir un troisième enfant. Comment concilier ce désir avec l’état du monde, les nouvelles effrayantes de la planète qui nous bombardent sans cesse ? » s’interroge le cinéaste dans le dossier de presse. Après Robert Mitchum est mort (2010) et Swagger (2016), Olivier Babinet a retrouvé le ton du Bidule, série loufoque qu’il avait créée sur Canal+ pour Poissonsexe. Cette comédie romantique au ton décalé mêle science et délire autour de la sexualité.

Des poissons sans sexe

« Le héros étudie l’activité cérébrale des poissons et tente de leur redonner du désir en analysant l’effet d’injections d’hormones sur leur cerveau », précise le réalisateur. Il s’est documenté auprès du physicien Georges Debrégeas, directeur de recherches au CNRS, pour apporter un socle scientifique à son histoire avant de l’adapter à sa sauce. « Pour Georges, ce n’était pas une option plausible que les poissons cessent de se reproduire », insiste-t-il. Le film part cependant de ce postulat pour brosser le portrait d’un brave type un peu pataud perdu dans son laboratoire dans un milieu totalement hostile. Pour l’apparence du personnage, Olivier Babinet a pensé à Peter Jackson, réalisateur au cinéma de la saga du Seigneur des anneaux.

Un désir de paternité

Cet homme enfant au tempérament lunaire dissimule un immense besoin de tendresse sous sa quête d’une mère idéale pour son futur bébé. Il a même déjà décoré la chambre de l’enfant avant sa conception ! Son cœur balance entre India Hair , vue dans Petit paysan d’Hubert Charuel et Ellen Dorrit Petersen, découverte dans Thelma de Joachim Trier. Alors que sa vie sentimentale tourne au fiasco et que sa dépression s’aggrave, la découverte d’un
axolotl, adorable salamandre marine qui ressemble à un Pokémon vivant, l’aide à retrouver le chemin de l’optimisme et de l’amour. Cettte drôle de créature est à l’image du film : aussi touchante qu’attachante.

Source: Lire L’Article Complet