Ici tout commence : dans les secrets du 100e épisode

Le 19 mars, la série de TF1 (du lundi au vendredi à 18 h 30, diffusera son centième épisode. Lancée en novembre, elle s’est imposée dans le cœur du public. Retour sur les clés d’une fiction audacieuse. Et révélation des prochaines intrigues !

Pari réussi ! Le 2 novembre 2020, TF1 lançait Ici tout commence, son deuxième feuilleton quotidien, autour de Clément Rémiens, Francis Huster, Vanessa Demouy et Elsa Lunghini, entre autres. Cent épisodes plus tard, près de 21 millions de personnes ont déjà été en contact avec la série, pour une moyenne de 3,9 millions de téléspectateurs chaque soir. Tournée dans le Gard, principalement à Saint-Laurent-d’Aigouze, et produite par Telfrance, société du groupe Newen à qui l’on doit Plus belle la vie et Demain nous appartient, la quotidienne veut maintenir le cap. La productrice Sarah Farahmand possède plusieurs cordes à son arc pour se faire. Outre la création d’intrigues encore plus addictives, sorties de l’imagination d’une dizaine d’auteurs, la première consistera à mettre encore plus de cuisine à l’écran : "L’épisode 100 lance une nouvelle arche marquée par l’arrivée du chef Delobel, père de Greg, aux méthodes assez spectaculaires. Cela va donner lieu à plus de préparations filmées. Malgré le grand nombre d’émissions culinaires, nous avons constaté un vrai enthousiasme des téléspectateurs pour les scènes de cuisine. Nous allons y répondre tout au long du printemps, avec, notamment, un épisode de Pâques autour d’impressionnantes sculptures en chocolat réalisées par Thierry Papereux, maître chocolatier à Montpellier." Pour les plus passionnés désireux de reproduire certaines recettes – disponibles sur le site www.institutaugustearmand.com -, la production n’exclut pas la parution d’ouvrages de cuisine et de pâtisserie en temps voulu.

Décors et héros inédits

Si Ici tout commence s’est appuyé sur le modèle de production de sa grande sœur Demain nous appartient pour construire son succès, elle s’en distingue par son unité de lieu. En effet, 80 % des intrigues ont pour cadre l’Institut Auguste-Armand. Dans les mois à venir, la somptueuse propriété gardoise pourrait bien donner lieu à la construction de nouveaux décors au gré de l’imagination des auteurs. "Nous avons le sentiment que le château de Calvières où nous tournons a encore bien des secrets à livrer", confirme la productrice. Nouveaux décors, mais aussi nouveaux personnages. Outre les parents Delobel, incarnés par Christelle Reboul (Nos chers voisins) et Joseph Malerba (Braquo), une nouvelle cheffe fera son entrée dans les prochains mois. Et pourquoi pas de vraies stars des fourneaux, déjà médiatisées ? Si l’idée l’a tentée, la productrice précise qu’il faudrait que ces derniers aient un bon niveau de comédie et que le rôle soit suffisamment intéressant pour justifier de faire de la place dans leurs emplois du temps déjà bien chargés. À suivre donc.

Une case rajeunie

Lancé avec la volonté d’être le reflet de la jeunesse dans toutes ses diversités, Ici tout commence peut également s’enorgueillir d’avoir baissé l’âge du public de TF1 habituellement devant son poste à 18 h 30. "La télévision, analyse Sarah Farahmand, n’est pas l’ennemie des jeunes lorsqu’elle leur propose des programmes qui leur plaisent. C’est une fierté collective d’avoir rajeuni la case sans pour autant décourager une audience plus âgée." Ici tout commence courroie de transmission entre les générations ? Le constat ne doit rien au hasard. Supervisée par une cheffe dialoguiste, chaque réplique des élèves de l’Institut est soupesée afin de correspondre au langage de la jeunesse, en évitant bien de sombrer dans la caricature. Les stagiaires d’une vingtaine d’années sont même sollicités pour dresser une liste de vocabulaire couramment employé chez les ados !

Crossover, prime ?

Enfin si l’écriture d’un prime est actuellement prématurée, de nouvelles interactions avec Demain nous appartient sont envisagées. "C’est prévu même si ce n’est pas simple à organiser car nous devons les anticiper longtemps à l’avance. Mais cela doit se faire à bon escient et rester comme des petits bonbons à savourer pour le public, pour les auteurs. Comme ils ont travaillé auparavant sur Demain nous appartient, ces derniers sont toujours ravis de retrouver leurs personnages et ont tendance à se lâcher sur les séquences !", plaisante Sarah Farahmand.

Les intrigues à venir

Premier couple homosexuel de l’Institut

Greg (Mikaël Mittelstadt) et Eliott (Nicolas Anselmo) vont vivre une histoire d’amour. Leur idylle démarre au moment où les parents Delobel débarquent à l’Institut. Avec son coming out, l’élève va lever le voile sur plus d’un secret de famille…

La vengeance aux deux visages

Après des mois en hôpital psychiatrique, Louis (Fabian Wolfrom) est de retour avec en ligne de mire Salomé, son ex, Maxime, son rival, et Claire (Catherine Marchal), sa mère. Contre toute attente, il va s’allier au chef Teyssier (Benjamin Baroche) pour renverser l’Institut. Ce dernier détient la vérité sur le testament d’Auguste…

Leur amour en danger

Officiellement ensemble, Salomé (Aurélie Pons) et Maxime (Clément Rémiens) vont goûter aux joies du quotidien… Comment leurs deux personnalités talentueuses et ambitieuses vont-elles gérer leur amour en cuisine ? Telle est la question…

Source: Lire L’Article Complet