INTERVIEW. Top Chef 2022 : gains, victoire, confiance en soi, Michel Sarran… Louise Bourrat se confie

Ce mercredi 15 juin, après 18 semaines de compétition, Louise Bourrat a remporté la 13ème saison de Top Chef. Ses gains, sa finale compliquée, Hélène Darroze, Michel Sarran… elle se confie à Télé Star.

Télé Star : Qu’avez-vous ressenti en soulevant le couteau de la victoire ?

Louise Bourrat : Je me suis dit : "Qu’est-ce que j’ai fait pour en arriver là ?" (rires) C’est complètement dément. Je n’arrive toujours pas à réaliser. Voir les candidats sauter dans tous les sens m’a galvanisée. C’était trop bien de les voir heureux de gagner – parce qu’on a gagné ensemble, je suis loin d’avoir fait cette finale toute seule.

Avez-vous célébré cette victoire avec Arnaud également ?

Pas avec Arnaud – qui est reparti tout de suite en Belgique -, en revanche avec sa brigade oui. On a fait un gros barbecue jusqu’à tard dans la nuit. Il y avait ma famille et mes amis aussi donc c’était un mixe assez drôle mais vraiment génial.

Etre la troisième femme à gagner Top Chef est-il une fierté supplémentaire ?

Ce serait bien qu’il y en ait plus. Oui, c’est une fierté parce que ça veut dire que je m’inscris parmi ces femmes qui réussissent, qui vont au bout de leurs rêves et qui se lancent dans des carrières ou projets dans lesquels elles ne sont pas forcément hyper valorisées ou aidées. J’espère que ça inspirera beaucoup de femmes et d’hommes à entreprendre ce qui les fait vraiment vibrer. Les seules limites qui existent sont celles que l’on se fixe soi-même.

Ce que Louise Bourrat va faire de la somme remportée grâce à Top Chef

Qu’allez-vous faire des 56 190 euros remportés avec votre victoire ?

Je pense que je vais m’acheter un bout de terrain en campagne portugaise pour construire ma maison, faire mon potager, avoir des poules, chiens, chats, des plantes… Il va se passer tellement de choses ces prochains mois et années que je vais avoir besoin de me ressourcer. Je ne perds pas de vue ce qui est vraiment important dans la vie : avoir un toit au-dessus de sa tête, manger et être entouré des gens qu’on aime. Je n’ai pas tellement plus d’aspirations que ça dans la vie.

Il s’est passé quatre mois entre le tournage de la finale et du reveal. Comment avez-vous vécu cette incertitude ?

Très très bien. Parce que la vie reprend son cours et que je suis très heureuse dans ma vie. J’étais occupée à autre chose et je pense avoir également savouré les derniers instants de "vie normale". Même si elle a déjà bien changé depuis le début de la diffusion, je fais tout pour qu’elle ne change pas trop.

Si on s’en tenait au vote des jurés, vous gagniez. Étiez-vous confiante pour le verdict final ?  

Oui et non. De toute façon, j’avais une chance sur deux de gagner. Arnaud était persuadé que j’allais gagner. Mais ce n’était pas dans la poche. Je suis quelqu’un qui doute énormément – et je pense que c’est une bonne chose. Vu qu’il avait un menu plus maîtrisé et consensuel, il y avait de fortes chances pour qu’il gagne aussi.

Louise Bourrat : "Je m’en suis beaucoup voulu, j’ai culpabilisé"

Vous avez enchaîné les galères pendant le service – que ce soit lors du dressage du plat, puis avec cette glace qui n’avait pas prise -, avez-vous pensé perdre pied ?

Sur plusieurs épreuves difficiles, j’avais pour leitmotiv : Tout a une fin. Tu es en souffrance mais il faut aller au bout parce que c’est limité dans le temps. Pendant toute la finale, je n’arrêtais pas de penser au lendemain soir quand je serai dans mon lit. La journée est difficile et longue. Je n’en pouvais plus. Je n’avais pas dormi de la nuit. J’avais mes règles, une bouillotte et des Doliprane. Avec ma naïveté et mon manque d’expérience, j’ai imaginé un menu trop ambitieux pour un service de 80 personnes, mais on apprend avec l’expérience.

Pour mes glaces, en fait, la cellule est tombée en panne donc tout a fondu. Là, je me suis dit : "T’as fait de la merde, la victoire, ce n’est pas pour toi, ce n’est pas grave, juste avance, termine le truc, rentre chez toi et oublie". Je l’ai mal vécu. Je m’en suis beaucoup voulu, j’ai culpabilisé.

Cette victoire vous a-t-elle aidée à prendre confiance en vous et à vous sentir plus légitime ?

Bien sûr, énormément ! J’en avais besoin. J’ai commencé Top Chef avec 0% de confiance et de légitimité dans ma tête. J’en ressors beaucoup plus confiante. J’ai compris que ma cuisine a un intérêt. Elle est particulière, elle a de la personnalité, elle est comme moi et elle m’est propre. Je ne m’en rendais pas compte avant.

Hélène Darroze a-t-elle tenu parole et s’est-elle fait tatouer les trois étoiles ?

Pas encore. Le reveal a eu lieu il y a un mois et on ne s’est pas revues depuis. Normalement, je tatoue à la main sans machine, ce qui prend beaucoup de temps et n’est pas aussi précis. Hélène Darroze a un emploi du temps bien chargé et je n’ai pas non plus envie de la rater. Du coup, j’ai commandé une machine, je vais m’entraîner un peu et je le lui ferai.

Pourquoi Michel Sarran a suivi le parcours de Louise Bourrat dans Top Chef

Il parait que c’est Michel Sarran qui vous a convaincue de participer à Top Chef ?

C’est une pure coïncidence. Un hasard de dingue. Michel Sarran est venu manger au restaurant deux-trois jours après que j’ai été contactée par la production. On a discuté un bout de temps, puis je lui ai dit avoir été approchée. "Si tu en as l’opportunité, tu devrais le faire parce que c’est vraiment une expérience incroyable", m’a-t-il répondu. Et après avoir goûté ma cuisine, il m’a dit que j’avais mes chances. Il pensait que j’avais les épaules pour.

A-t-il suivi votre parcours tout au long du concours ?

Oui, parce qu’il est très ami avec Hélène Darroze et Philippe Etchebest. Il demandait des nouvelles assez souvent, pas à moi directement mais je sais qu’il se tenait au courant. C’est trop chou.

Source: Lire L’Article Complet